En Midi-Pyrénées, activité réduite rime avec durée d’inscription accrue à Pôle emploi

Magali Flachère (Insee), avec la collaboration de Daniel Cohen, Joël Dubois (Direccte), Pierre Brossier, Hanane El Larhrib (Pôle emploi)

En Midi-Pyrénées, 35 % des demandeurs d’emploi en fin de mois exercent une activité réduite fin 2014, soit 14 points de plus qu’en 1996. Les femmes sont davantage concernées par cette pratique que les hommes, que l’activité exercée soit de courte durée (78 heures ou moins, catégorie B des DEFM) ou de longue durée (plus de 78 heures, catégorie C). Dans 29 % des cas, les activités longues correspondent à des temps pleins. La crise de 2008 et le marasme économique qui en a découlé pénalisent les demandeurs d’emploi en activité réduite : ils sont autour de 18 % à n’avoir connu aucun changement de situation en deux années d’inscription (ni reprise d’emploi temporaire, ni formation, etc.), c’est 5 points de plus que les demandeurs d’emploi sans activité (catégorie A). En revanche, quelle que soit la catégorie à l’inscription sur les listes, un demandeur d’emploi sur deux déclarant retrouver un emploi ne se réinscrit pas dans les six mois : le retour à l’emploi est alors supposé durable. L’activité réduite est une pratique fréquente mais qui ne s’exerce pas en continu. Ainsi, 63 % des demandeurs d’emploi inscrits en 2011 ont eu une ou plusieurs activités réduites dans les deux ans suivant leur inscription à Pôle emploi et 6 % seulement tout au long de cette période.

En décembre 2014, 91 400 demandeurs d’emploi de la région Midi-Pyrénées exercent une activité réduite rémunérée tout en restant inscrits à Pôle emploi, soit 35 % des demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) (définitions). Adopté en 1986 par l’Unédic, le dispositif de l’activité réduite permet aux demandeurs d’emploi de cumuler sous certaines conditions un salaire et une allocation chômage. Dans les statistiques de Pôle emploi, les demandeurs d’emploi concernés sont répartis dans deux catégories selon le nombre d’heures réalisées dans le mois : 78 heures ou moins, correspondant à la catégorie B des DEFM, et plus de 78 heures, correspondant à la catégorie C. Reconnues comme de véritables emplois par le Bureau international du travail (BIT), ces activités réduites ne sont pas comptabilisées dans le calcul du taux de chômage au sens du BIT. La catégorie A, qui regroupe les demandeurs d’emploi sans activité parallèle, forme l’essentiel du bataillon : 169 600 personnes soit 65 % des effectifs.

Une progression marquée des demandeurs d’emploi en activité réduite

Figure_1 – Évolution du nombre de demandeurs d'emploi des catégories A, B et C en Midi-Pyrénées

Évolution du nombre de demandeurs d'emploi des catégories A, B et C en Midi-Pyrénées
Catégorie A Catégorie B, activité réduite de 78h ou moins Catégorie C, activité réduite de plus de 78h
déc-96 127 275 15 317 18 425
janv-97 127 725 15 542 18 742
févr-97 128 000 15 750 19 008
mars-97 128 258 16 000 19 350
avr-97 128 542 16 217 19 717
mai-97 128 742 16 458 20 083
juin-97 129 042 16 600 20 500
juil-97 129 283 16 733 20 892
août-97 129 525 16 892 21 242
sept-97 129 767 17 017 21 683
oct-97 130 083 17 150 22 092
nov-97 130 450 17 300 22 475
déc-97 130 717 17 417 22 933
janv-98 130 983 17 533 23 292
févr-98 131 375 17 708 23 750
mars-98 131 550 17 783 24 200
avr-98 131 708 17 883 24 567
mai-98 131 842 17 967 24 900
juin-98 131 917 18 017 25 258
juil-98 131 983 18 100 25 558
août-98 132 092 18 158 25 800
sept-98 132 158 18 250 26 033
oct-98 132 267 18 350 26 250
nov-98 132 333 18 400 26 550
déc-98 132 417 18 483 26 775
janv-99 132 425 18 608 26 950
févr-99 132 475 18 742 27 133
mars-99 132 525 18 833 27 408
avr-99 132 558 18 925 27 617
mai-99 132 625 19 025 27 842
juin-99 132 642 19 133 28 133
juil-99 132 658 19 233 28 383
août-99 132 650 19 333 28 642
sept-99 132 467 19 442 28 950
oct-99 132 142 19 525 29 225
nov-99 131 708 19 600 29 525
déc-99 131 142 19 667 29 850
janv-00 130 600 19 742 30 125
févr-00 130 058 19 742 30 392
mars-00 129 200 19 725 30 575
avr-00 128 425 19 750 30 692
mai-00 127 600 19 683 31 033
juin-00 126 733 19 667 31 100
juil-00 126 025 19 650 31 033
août-00 125 308 19 675 30 967
sept-00 124 525 19 650 30 942
oct-00 123 333 19 717 31 225
nov-00 122 042 19 817 31 500
déc-00 120 883 19 958 31 642
janv-01 119 700 20 017 31 925
févr-01 118 508 20 125 32 125
mars-01 117 750 20 283 32 275
avr-01 116 900 20 375 32 467
mai-01 116 033 20 458 32 533
juin-01 115 292 20 542 32 642
juil-01 114 525 20 583 32 783
août-01 113 742 20 658 32 850
sept-01 113 025 20 708 32 833
oct-01 112 767 20 592 32 633
nov-01 112 792 20 517 32 408
déc-01 112 825 20 458 32 175
janv-02 112 867 20 425 32 000
févr-02 112 950 20 433 31 775
mars-02 113 075 20 450 31 525
avr-02 113 283 20 475 31 358
mai-02 113 508 20 550 31 092
juin-02 113 650 20 592 30 833
juil-02 113 800 20 600 30 558
août-02 113 858 20 658 30 183
sept-02 113 992 20 692 29 950
oct-02 114 017 20 783 29 675
nov-02 114 042 20 867 29 383
déc-02 114 175 20 942 29 167
janv-03 114 417 21 025 28 900
févr-03 114 567 21 092 28 717
mars-03 114 742 21 175 28 558
avr-03 114 708 21 217 28 408
mai-03 114 542 21 267 28 158
juin-03 114 650 21 342 28 058
juil-03 114 858 21 458 28 050
août-03 115 183 21 558 28 083
sept-03 115 700 21 683 28 200
oct-03 116 158 21 842 28 300
nov-03 116 433 22 008 28 417
déc-03 116 625 22 150 28 567
janv-04 116 608 22 275 28 692
févr-04 116 650 22 408 28 833
mars-04 116 558 22 467 29 067
avr-04 116 567 22 692 29 233
mai-04 116 817 22 967 29 508
juin-04 116 817 23 200 29 875
juil-04 116 725 23 408 30 150
août-04 116 833 23 600 30 442
sept-04 116 708 23 808 30 733
oct-04 116 675 24 058 30 958
nov-04 116 733 24 275 31 250
déc-04 116 692 24 500 31 542
janv-05 116 842 24 758 31 783
févr-05 117 033 25 017 31 992
mars-05 117 225 25 267 32 217
avr-05 117 458 25 458 32 408
mai-05 117 617 25 617 32 692
juin-05 117 733 25 725 32 842
juil-05 117 775 25 867 32 958
août-05 117 725 25 975 33 092
sept-05 117 658 26 125 33 208
oct-05 117 475 26 258 33 267
nov-05 117 117 26 300 33 283
déc-05 116 700 26 350 33 225
janv-06 116 392 26 383 33 142
févr-06 115 950 26 408 33 008
mars-06 115 458 26 417 32 833
avr-06 114 800 26 433 32 642
mai-06 114 017 26 408 32 467
juin-06 113 233 26 383 32 300
juil-06 112 375 26 342 32 108
août-06 111 483 26 267 31 975
sept-06 110 525 26 208 31 733
oct-06 109 592 26 100 31 508
nov-06 108 633 26 075 31 308
déc-06 107 692 26 008 31 083
janv-07 106 558 25 892 30 925
févr-07 105 467 25 742 30 808
mars-07 104 375 25 575 30 708
avr-07 103 392 25 367 30 625
mai-07 102 500 25 100 30 533
juin-07 101 550 24 883 30 408
juil-07 100 617 24 683 30 325
août-07 99 650 24 550 30 200
sept-07 98 650 24 367 30 100
oct-07 97 525 24 133 30 192
nov-07 96 525 23 933 30 258
déc-07 95 567 23 758 30 267
janv-08 94 775 23 633 30 333
févr-08 93 958 23 550 30 450
mars-08 93 283 23 525 30 408
avr-08 92 783 23 433 30 475
mai-08 92 375 23 442 30 425
juin-08 92 117 23 450 30 367
juil-08 91 908 23 450 30 383
août-08 91 783 23 458 30 292
sept-08 91 775 23 433 30 292
oct-08 92 000 23 517 30 200
nov-08 92 500 23 592 30 033
déc-08 93 267 23 633 30 017
janv-09 94 208 23 700 29 892
févr-09 95 508 23 758 29 733
mars-09 97 017 23 842 29 667
avr-09 98 600 24 050 29 600
mai-09 100 308 24 242 29 608
juin-09 101 867 24 333 29 833
juil-09 103 483 24 442 30 108
août-09 105 267 24 583 30 442
sept-09 106 950 24 783 30 800
oct-09 108 708 24 933 31 158
nov-09 110 408 25 100 31 600
déc-09 111 875 25 325 32 075
janv-10 113 367 25 492 32 533
févr-10 114 658 25 625 33 008
mars-10 115 708 25 758 33 617
avr-10 116 592 25 842 34 217
mai-10 117 392 25 933 34 767
juin-10 118 142 26 125 35 275
juil-10 118 842 26 317 35 733
août-10 119 433 26 475 36 150
sept-10 120 017 26 650 36 600
oct-10 120 450 26 825 37 025
nov-10 120 825 26 917 37 500
déc-10 121 242 26 992 37 975
janv-11 121 658 27 125 38 408
févr-11 122 133 27 233 38 808
mars-11 122 458 27 375 39 267
avr-11 122 683 27 542 39 692
mai-11 122 792 27 658 40 333
juin-11 123 108 27 783 40 767
juil-11 123 517 27 917 41 150
août-11 124 025 28 033 41 558
sept-11 124 483 28 200 42 033
oct-11 125 133 28 325 42 433
nov-11 125 942 28 442 42 825
déc-11 126 817 28 633 43 075
janv-12 127 658 28 717 43 367
févr-12 128 492 28 892 43 633
mars-12 129 417 29 000 43 925
avr-12 130 358 29 167 44 175
mai-12 131 375 29 308 44 308
juin-12 132 325 29 500 44 592
juil-12 133 350 29 683 44 958
août-12 134 400 29 925 45 258
sept-12 135 617 30 058 45 400
oct-12 136 817 30 225 45 733
nov-12 137 933 30 467 45 958
déc-12 139 008 30 675 46 125
janv-13 140 267 30 925 46 392
févr-13 141 475 31 158 46 683
mars-13 142 792 31 492 46 800
avr-13 144 250 31 742 47 100
mai-13 145 683 32 025 47 258
juin-13 147 117 32 183 47 375
juil-13 148 350 32 367 47 658
août-13 149 375 32 500 47 792
sept-13 150 467 32 683 48 033
oct-13 151 425 32 883 48 325
nov-13 152 325 33 050 48 525
déc-13 153 250 33 167 48 875
janv-14 154 025 33 250 49 200
févr-14 154 850 33 292 49 450
mars-14 155 600 33 333 49 683
avr-14 156 225 33 367 49 983
mai-14 156 875 33 458 50 300
juin-14 157 442 33 575 50 642
juil-14 158 092 33 667 50 958
août-14 158 967 33 800 51 250
sept-14 159 633 33 883 51 658
oct-14 160 292 33 992 52 025
nov-14 161 192 34 058 52 325
déc-14 162 050 34 133 52 758
janv-15 162 783 34 258 53 158
févr-15 163 483 34 450 53 567
mars-15 164 233 34 542 54 092
avr-15 164 933 34 725 54 625
mai-15 165 683 34 875 55 267
  • Sources : Dares, Pôle emploi

Figure_1 – Évolution du nombre de demandeurs d'emploi des catégories A, B et C en Midi-Pyrénées

Hausse continue depuis 20 ans des demandeurs d’emploi en activité réduite

Entre 1996 et 2014, le nombre de demandeurs d’emploi en activité réduite a augmenté de manière tendancielle en Midi-Pyrénées comme dans l’ensemble de la France métropolitaine (figure 1). La part de ces demandeurs d’emploi parmi l’ensemble des DEFM de catégories A, B et C suit également cette tendance lourde jusqu’au moment de la crise de 2008 mais elle se stabilise depuis (figure 2).

Stabilisation du poids des demandeurs d’emploi en activité réduite après la crise de 2008

Figure_2 – Évolution de la part des demandeurs d'emploi en activité réduite parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi (catégories A, B, C)

Moyenne mobile sur 12 mois
Évolution de la part des demandeurs d'emploi en activité réduite parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi (catégories A, B, C)
Midi-Pyrénées France métropolitaine
déc-96 21% 18%
janv-97 21% 18%
févr-97 21% 18%
mars-97 22% 18%
avr-97 22% 19%
mai-97 22% 19%
juin-97 22% 19%
juil-97 23% 19%
août-97 23% 20%
sept-97 23% 20%
oct-97 23% 20%
nov-97 23% 20%
déc-97 24% 21%
janv-98 24% 21%
févr-98 24% 21%
mars-98 24% 21%
avr-98 24% 22%
mai-98 25% 22%
juin-98 25% 22%
juil-98 25% 22%
août-98 25% 22%
sept-98 25% 23%
oct-98 25% 23%
nov-98 25% 23%
déc-98 25% 23%
janv-99 26% 23%
févr-99 26% 23%
mars-99 26% 24%
avr-99 26% 24%
mai-99 26% 24%
juin-99 26% 24%
juil-99 26% 24%
août-99 27% 24%
sept-99 27% 25%
oct-99 27% 25%
nov-99 27% 25%
déc-99 27% 25%
janv-00 28% 26%
févr-00 28% 26%
mars-00 28% 26%
avr-00 28% 26%
mai-00 28% 26%
juin-00 29% 26%
juil-00 29% 27%
août-00 29% 27%
sept-00 29% 27%
oct-00 29% 27%
nov-00 30% 27%
déc-00 30% 27%
janv-01 30% 28%
févr-01 31% 28%
mars-01 31% 28%
avr-01 31% 28%
mai-01 31% 29%
juin-01 32% 29%
juil-01 32% 29%
août-01 32% 29%
sept-01 32% 29%
oct-01 32% 29%
nov-01 32% 29%
déc-01 32% 29%
janv-02 32% 29%
févr-02 32% 29%
mars-02 31% 29%
avr-02 31% 29%
mai-02 31% 28%
juin-02 31% 28%
juil-02 31% 28%
août-02 31% 28%
sept-02 31% 28%
oct-02 31% 28%
nov-02 31% 28%
déc-02 31% 28%
janv-03 30% 28%
févr-03 30% 28%
mars-03 30% 28%
avr-03 30% 28%
mai-03 30% 27%
juin-03 30% 27%
juil-03 30% 27%
août-03 30% 27%
sept-03 30% 27%
oct-03 30% 27%
nov-03 30% 27%
déc-03 30% 27%
janv-04 30% 28%
févr-04 31% 28%
mars-04 31% 28%
avr-04 31% 28%
mai-04 31% 28%
juin-04 31% 28%
juil-04 31% 28%
août-04 32% 28%
sept-04 32% 29%
oct-04 32% 29%
nov-04 32% 29%
déc-04 32% 29%
janv-05 33% 29%
févr-05 33% 30%
mars-05 33% 30%
avr-05 33% 30%
mai-05 33% 30%
juin-05 33% 30%
juil-05 33% 30%
août-05 33% 30%
sept-05 34% 30%
oct-05 34% 30%
nov-05 34% 31%
déc-05 34% 31%
janv-06 34% 31%
févr-06 34% 31%
mars-06 34% 31%
avr-06 34% 31%
mai-06 34% 31%
juin-06 34% 31%
juil-06 34% 32%
août-06 34% 32%
sept-06 34% 32%
oct-06 34% 32%
nov-06 35% 32%
déc-06 35% 32%
janv-07 35% 32%
févr-07 35% 33%
mars-07 35% 33%
avr-07 35% 33%
mai-07 35% 33%
juin-07 35% 33%
juil-07 35% 33%
août-07 35% 33%
sept-07 36% 33%
oct-07 36% 34%
nov-07 36% 34%
déc-07 36% 34%
janv-08 36% 34%
févr-08 36% 34%
mars-08 37% 34%
avr-08 37% 34%
mai-08 37% 34%
juin-08 37% 34%
juil-08 37% 35%
août-08 37% 35%
sept-08 37% 34%
oct-08 37% 34%
nov-08 37% 34%
déc-08 37% 34%
janv-09 36% 34%
févr-09 36% 33%
mars-09 36% 33%
avr-09 35% 32%
mai-09 35% 32%
juin-09 35% 32%
juil-09 35% 31%
août-09 34% 31%
sept-09 34% 31%
oct-09 34% 31%
nov-09 34% 31%
déc-09 34% 31%
janv-10 34% 31%
févr-10 34% 31%
mars-10 34% 31%
avr-10 34% 31%
mai-10 34% 31%
juin-10 34% 31%
juil-10 34% 31%
août-10 34% 31%
sept-10 35% 32%
oct-10 35% 32%
nov-10 35% 32%
déc-10 35% 32%
janv-11 35% 32%
févr-11 35% 32%
mars-11 35% 33%
avr-11 35% 33%
mai-11 36% 33%
juin-11 36% 33%
juil-11 36% 33%
août-11 36% 33%
sept-11 36% 33%
oct-11 36% 33%
nov-11 36% 33%
déc-11 36% 33%
janv-12 36% 33%
févr-12 36% 33%
mars-12 36% 33%
avr-12 36% 33%
mai-12 36% 33%
juin-12 36% 33%
juil-12 36% 33%
août-12 36% 33%
sept-12 36% 33%
oct-12 36% 33%
nov-12 36% 33%
déc-12 36% 33%
janv-13 36% 33%
févr-13 35% 33%
mars-13 35% 33%
avr-13 35% 32%
mai-13 35% 32%
juin-13 35% 32%
juil-13 35% 32%
août-13 35% 32%
sept-13 35% 32%
oct-13 35% 32%
nov-13 35% 32%
déc-13 35% 32%
janv-14 35% 32%
févr-14 35% 32%
mars-14 35% 32%
avr-14 35% 32%
mai-14 35% 32%
juin-14 35% 32%
juil-14 35% 32%
août-14 35% 32%
sept-14 35% 33%
oct-14 35% 33%
nov-14 35% 33%
déc-14 35% 33%
janv-15 35% 33%
févr-15 35% 33%
mars-15 35% 33%
avr-15 35% 33%
mai-15 35% 33%
  • Sources : Dares, Pôle emploi

Figure_2 – Évolution de la part des demandeurs d'emploi en activité réduite parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi (catégories A, B, C)

La pratique de plus en plus fréquente des activités réduites reflète à la fois l’évolution des cycles conjoncturels et une adaptation des demandeurs d’emploi aux nouvelles contraintes structurelles du marché du travail. Entre 1996 et 2000, période de croissance économique et de besoin en main-d’œuvre, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A diminue en Midi-Pyrénées. Écho d’un marché du travail cherchant à s’ajuster plus rapidement à l’activité par de l’emploi de courte durée, le nombre des demandeurs d’emploi en activité réduite augmente dans le même temps et leur poids progresse de 9 points, passant de 21 % à 30 %, soit 18 700 personnes supplémentaires. De 2001 à 2003, avec l’éclatement de la bulle Internet, la tendance s’inverse. La progression de l’exercice d’une activité réduite reprend ensuite jusqu’en 2008, avec un poids maximal des catégories B et C de 37 %. En ce début de crise, un net fléchissement s’observe, lié à la baisse des besoins en main-d’œuvre, en particulier temporaire. Depuis, une rupture de tendance se dessine, avec un léger accroissement du poids des activités réduites en 2010 puis une stabilisation, autour de 35 % dans la région.

Cette stabilisation est en trompe l’œil : elle traduit une augmentation aussi marquée pour les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite que pour ceux n’en exerçant pas. Depuis décembre 2008, le développement des activités réduites s’est par ailleurs révélé plus rapide pour les activités d’une durée supérieure à 78 heures : + 9,9 % par an jusqu’en décembre 2014 contre + 5,7 % par an pour les activités de courte durée.

En France métropolitaine, le poids des demandeurs d’emploi en activité réduite est légèrement inférieur à celui observé dans la région, de 2 à 3 points selon les mois, mais l’évolution reste similaire.

Quel profil pour les demandeurs d’emploi en activité réduite ?

Les femmes inscrites en tant que demandeurs d’emploi A, B ou C sont davantage concernées par les activités réduites que leurs homologues masculins. En décembre 2014, 39 % d’entre elles sont inscrites à Pôle emploi dans les catégories B ou C en Midi-Pyrénées, contre 30 % des hommes.

Le secteur dans lequel l’activité réduite s’exerce n’est pas connu mais il peut dans certains cas se rapprocher de celui recherché pour un emploi pérenne. Ainsi, 34 % des catégories B et 29 % des catégories C recherchent un métier relatif aux services aux particuliers et aux collectivités ou à la santé et l’action sociale, contre seulement 22 % pour la catégorie A. La surreprésentation des catégories B et C dans ces secteurs très féminisés est à lier à celle des femmes dans l’exercice d’une activité réduite. Les demandeurs d’emploi en activité réduite courte recherchent également plus souvent un emploi pérenne dans la communication, l’information et les arts et spectacles (11 % des B contre 5 % des C et 4 % des A). Ces métiers sont notamment recherchés par les intermittents du spectacle, très souvent inscrits en activité réduite.

La pratique d’une activité réduite va également de pair avec une durée d’inscription au chômage plus longue. En effet, 43 % des demandeurs d’emploi inscrits depuis un an ou plus exercent une activité réduite, contre 22 % pour ceux inscrits depuis moins de 3 mois. Exercer un emploi rémunéré de durée réduite permet de reporter la consommation de ses droits à l’Assurance chômage et d’en ouvrir de nouveaux, ce qui allonge la durée de couverture.

Un tiers des demandeurs d’emploi des catégories B et C s’inscrivent à Pôle emploi à la fin d’un contrat à durée déterminée (CDD) ou d’une mission d’intérim, ce qui n’est le cas que d’un quart des demandeurs d’emploi sans activité. En revanche, la part des licenciements à l’origine de la période de chômage est similaire pour les trois catégories A, B et C : autour de 13 %.

Le niveau de formation des demandeurs d’emploi exerçant un emploi est légèrement supérieur à celui des demandeurs d’emploi sans activité. En effet, 29 % des inscrits en catégorie B ou C ont un diplôme de niveau bac+2 ou bac+3 contre 25 % dans la catégorie A.

Par ailleurs en décembre 2014, 18 % des demandeurs d’emploi bénéficient d’un droit payable au RSA. Parmi ceux-ci, 22 % sont en activité réduite.

Près de 30 % des demandeurs d’emploi en activité réduite longue travaillent à temps plein

Entre 2005 et 2014, le nombre moyen d’heures travaillées n’évolue guère, aux alentours de 42 heures par mois pour les B et 124 heures par mois pour les C. En décembre 2014, 29 % des demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite longue travaillent même à temps plein (151 heures), soit 3 points de plus qu’en décembre 2005. Parmi les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite courte, seuls un quart travaillent durant un nombre d’heures proche du plafond mensuel (entre 65 et 78 heures), en 2014 comme en 2005.

Avec la crise, des difficultés accrues pour les demandeurs d’emploi en activité réduite

Les cohortes 1, 2 et 3 (méthodologie), constituées par rapport à la crise économique de 2008, permettent d’identifier l’évolution des comportements vis-à-vis des fluctuations conjoncturelles du marché du travail.

Les demandeurs d’emploi de la cohorte 1, c’est-à-dire ceux s’étant inscrits au moins deux ans avant la crise, sont autour de 10 % à n’avoir connu aucun changement de situation dans les 24 mois suivant leur inscription (figure 3) : ni reprise d’emploi temporaire, ni formation, etc. Cette part est comparable, que les demandeurs exercent une activité réduite (B et C) ou pas (A). En revanche, la crise de 2008 et le marasme économique qui en découle pénalisent les demandeurs d’emploi en activité réduite. Ceux de la cohorte 2, inscrits au plus fort de la crise, sont ainsi 17 % à ne connaître aucun changement de situation dans les 24 mois suivant leur inscription. C’est 5 points de plus que les demandeurs d’emploi de catégorie A. La situation ne s’améliore pas après la crise (cohorte 3) : 19 % des catégories B et C restent inscrits pendant 24 mois, contre 14 % pour les A.

Une étude de l’Unédic de 2007 avançait déjà un certain nombre de raisons pour expliquer les écarts de durée de chômage entre les différentes catégories. Même si l’exercice d’une activité réduite constitue parfois un tremplin vers un retour à l’emploi pérenne, le développement d’un marché du travail plus précaire diminue la probabilité d’obtenir un contrat à durée indéterminée (CDI) à l’issue d’un emploi temporaire. Par ailleurs, exercée à temps plein, l’activité réduite peut constituer un obstacle à la recherche active d’un emploi et donc être un frein à la sortie du chômage. La pratique d’une activité réduite semble bien favoriser le fait de rester demandeur d’emploi. Néanmoins, son effet sur une sortie des listes pour une reprise d’emploi plus précoce ou plus tardive reste incertain. Ainsi, avec la persistance de la crise (cohorte 3), les demandeurs d’emploi de catégorie A, tout comme ceux des catégories B et C, sont 18 % à déclarer dans les 24 mois suivant leur inscription une sortie des listes pour une reprise d’emploi, sans réinscription dans les 6 mois. Avant et pendant la crise, ce taux était plus élevé : respectivement 23 % et 21 %. Cette baisse significative de 3 à 5 points traduit des difficultés accrues mais comparables quelle que soit la catégorie d’inscription du demandeur d’emploi.

Depuis la crise, de plus en plus de demandeurs en activités réduites dès leur inscription

Figure_3 – Situation des demandeurs d'emploi 24 mois après leur entrée dans la cohorte (%)

Situation des demandeurs d'emploi 24 mois après leur entrée dans la cohorte (%)
Inscription entre le 01/07/2005 et le 30/06/2006 Inscription entre le 01/07/2008 et le 30/06/2009 Inscription entre le 01/01/2010 et le 31/12/2010
A B et C A B et C A B et C
Demandeur d'emploi (première demande) 9 10 12 17 14 19
Demandeur d'emploi (demandes suivantes) (1) 17 19 22 21 22 21
Reprise d'emploi non durable déclarée (2) 3 3 3 2 2 2
Reprise d'emploi durable déclarée (3) 21 23 18 19 18 18
Entrée en stage de formation 3 3 3 2 3 3
Arrêt de recherche d'emploi temporaire 9 9 9 10 10 10
Retraite, dispense de recherche d'emploi 3 2 2 1 1 1
Absence au contrôle 25 25 24 23 24 24
Radiation administrative 8 5 6 3 5 3
Autres cas 2 2 2 1 2 1
Total 100 100 100 100 100 100
  • (1) Réinscription sur les listes ayant lieu dans les 24 mois, suite à une sortie des listes : reprise temporaire d'emploi, radiation, entrée en stage de formation, etc.
  • (2) Reprise d’emploi déclarée, suivie d’une réinscription sur les listes dans les 6 mois.
  • (3) Reprise d’emploi déclarée, non suivie d’une réinscription sur les listes dans les 6 mois.
  • Lecture : 24 mois après leur inscription, les demandeurs d’emploi en activité réduite (B et C) de la cohorte 1 sont 3 % à être entrés en stage de formation.
  • Champ : Midi-Pyrénées. Demandeurs d'emploi de catégories A, B ou C entrés sur les listes de Pôle emploi dans une des trois cohortes, non inscrits dans les 6 mois précédant l'entrée et restant inscrits au moins 1 mois.
  • Source : Fichier Historique Statistique, Pôle Emploi - Calculs Insee

Un demandeur d’emploi sur deux déclarant retrouver un emploi ne se réinscrit pas dans les six mois

Dans les mois suivant leur inscription, un certain nombre de demandeurs d’emploi quittent les listes de Pôle emploi, suite à un contrat de travail ou un stage de formation, un départ en retraite, ou encore suite à une radiation administrative des listes. Les sorties des listes pour un retour à l’emploi peuvent être temporaires, par exemple dans le cas d’une période d’essai ne débouchant pas sur une embauche, ou définitives dans les cas plus favorables. Mesurer ces phénomènes n’est en revanche pas aisé puisque seuls les retours à l’emploi déclarés à l’agence par les anciens demandeurs d’emploi peuvent être identifiés (définitions). Ainsi, avant la crise de 2008 (cohorte 1), les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite lors de leur inscription à Pôle emploi sont 36 % à déclarer reprendre au moins une fois un emploi dans les 24 mois qui suivent, contre 33 % pour les demandeurs d’emploi de catégorie A. Avec la crise, ces proportions baissent pour tous et demandeurs d’emploi de catégorie A, B ou C se retrouvent sur un pied d’égalité : quelle que soit la catégorie, la part de reprises d’emploi baisse pour atteindre 30 % dans la cohorte 2 et 28 % dans la cohorte 3.

Ces retours à l’emploi dans les 24 mois couvrent plusieurs réalités et parcours chez les demandeurs d’emploi. En Midi-Pyrénées, une fois sur deux, le retour à l’emploi est supposé durable car il ne donne pas lieu à une réinscription dans les 6 mois. Il intervient en moyenne dès le 3e trimestre d’inscription. En revanche, une fois sur quatre, ce retour à l’emploi est ponctuel et suivi d’une réinscription à Pôle emploi. Ce dernier parcours est fréquent parmi les demandeurs d’emploi ayant une qualification d’employé et un niveau de diplôme CAP/BEP.

63 % des demandeurs d’emploi de Midi-Pyrénées inscrits en 2011 ont exercé une activité réduite

Figure_4 – Alternances entre les catégories A, B et C pour les demandeurs d’emploi inscrits en 2011 et durant les 24 mois suivant leur inscription

Alternances entre les catégories A, B et C pour les demandeurs d’emploi inscrits en 2011 et durant les 24 mois suivant leur inscription
Catégorie A en continu 37%
Alternance entre les catégories A et B 15%
Alternance entre les catégories A et C 10%
Alternance entre les catégories A, B et C 32%
Alternance entre les catégories B et C 4%
Catégorie B en continu 1%
Catégorie C en continu 1%
  • Lecture : 37 % des demandeurs d’emploi inscrits en 2011 en Midi-Pyrénées n’ont pas exercé d’activité réduite durant leur période de chômage.
  • Champ : Midi-Pyrénées. Demandeurs d'emploi de catégories A, B ou C entrés sur les listes de Pôle Emploi durant l’année 2011, non inscrits dans les 6 mois précédant l'entrée, restant inscrits au moins 1 mois et suivis pendant 24 mois.
  • Source : Fichier Historique Statistique, Pôle Emploi

Figure_4 – Alternances entre les catégories A, B et C pour les demandeurs d’emploi inscrits en 2011 et durant les 24 mois suivant leur inscription

L’activité réduite ne s’exerce pas en continu

Les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite dès leur inscription à Pôle emploi ne prolongent pas nécessairement cette pratique tout au long de leur période d’inscription. De même, un demandeur d’emploi initialement sans activité peut en exercer une par la suite. La construction de la cohorte 4 (méthodologie) apporte un éclairage sur ces alternances de situations entre les catégories A, B et C. En Midi-Pyrénées, 63 % des demandeurs d’emploi inscrits en 2011 exercent une activité réduite au cours des deux ans qui suivent et seulement 6 % tout au long de cette période (figure 4).

Un tiers alterne entre les trois catégories A, B et C. La part des demandeurs d’emploi en activité réduite augmente régulièrement au fur et à mesure de l’ancienneté de l’inscription sur les listes de Pôle emploi : elle passe de 15 % à l’inscription à 49 % des demandeurs d’emploi toujours inscrits au bout de 24 mois (figure 5).

Figure_5 – La part des demandeurs d’emploi en activité réduite augmente avec l’ancienneté d’inscription

  • Source : Fichier Historique Statistique, Pôle Emploi

Encadré

Les motivations pour exercer une activité réduite

Pour les demandeurs d’emploi, la pratique d’une activité réduite présente plusieurs intérêts, dont le premier est bien sûr de percevoir un supplément de revenu. D’après une enquête de l’Unédic menée en 2012 au niveau national, quatre motivations non exclusives les unes des autres ressortent particulièrement. Ainsi, pour deux tiers des enquêtés, exercer une activité réduite se fait à défaut d’obtenir un emploi plus attractif. L’activité réduite permet également d’acquérir une expérience professionnelle (62 % des enquêtés), notamment pour les jeunes, ou de se maintenir en activité pour les plus âgés. L’activité réduite se voit aussi comme un tremplin vers un retour à un emploi pérenne chez 41 % des enquêtés. Celle-ci permet en outre d’accroître la durée d’indemnisation (29 % des enquêtés) puisqu’un allocataire qui travaille s’ouvre de nouveaux droits à l’Assurance chômage.

Définitions

Dans cette étude, deux types d’analyses sont menés. La première analyse concerne une description du stock des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B et C indemnisés ou non, qui dresse un portrait des demandeurs d’emploi en activité réduite et retrace l’évolution de cette pratique. Une deuxième analyse, complémentaire, consiste en une étude de cohortes (analyse « en flux ») qui permet de suivre le parcours des demandeurs d’emploi.

Ainsi, trois cohortes ont été construites, notamment pour étudier les sorties des listes des demandeurs d’emploi des catégories A, B et C. Ces trois cohortes ont été choisies selon leur position vis-à-vis de la crise de 2008. Chaque personne de chaque cohorte est ensuite suivie durant 24 mois :

- la cohorte n°1 comprend les inscriptions ayant eu lieu entre le 01/07/2005 et le 30/06/2006, soit avant la crise,

- la cohorte n°2 comprend les inscriptions ayant eu lieu entre le 01/07/2008 et le 30/06/2009, soit au plus fort de la crise,

- la cohorte n°3 comprend les inscriptions ayant eu lieu entre le 01/01/2010 et le 31/12/2010, soit dans une période de persistance des effets de la crise.

Dans ces trois cohortes, la catégorie du demandeur d’emploi n’est cependant connue qu’à l’inscription sur les listes et reste fixée sur l’ensemble de la trajectoire suivie.

Une cohorte plus récente a été constituée afin d’examiner les alternances de classement entre les différentes catégories A, B et C, un demandeur d’emploi ne restant pas nécessairement inscrit dans la même catégorie durant toute sa période de chômage :

- la cohorte n°4 comprend les inscriptions ayant eu lieu dans l’année 2011 et suit les demandeurs d’emploi durant 24 mois.

Définitions

Les demandeurs d’emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi sont classés dans cinq catégories :

catégorie A : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi,

catégorie B : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois),

catégorie C : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. plus de 78 heures au cours du mois),

les catégories D et E regroupent les demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en raison d’un stage, d’une formation, etc. (D) ou car ils sont en emploi (E).

Les reprises d’emploi explicitement déclarées sous-estiment le nombre de reprises d’emploi réelles. En effet, chaque mois, de nombreux demandeurs d’emploi sortent des listes parce qu’ils n’ont pas actualisé leur situation (ils sont alors enregistrés comme absents au contrôle) ou à la suite d’une radiation administrative. Or, une partie de ces demandeurs d’emploi a en fait retrouvé un emploi. L’enquête sur les sortants des listes de Pôle emploi, menée entre septembre 2013 et juin 2014, estime ainsi que 48 % des absences au contrôle sont en réalité des reprises d’emploi.

Pour en savoir plus