L’emploi progresse légèrement grâce aux services et à l’industrieL’emploi salarié marchand au 2è trimestre 2015

Daniel Ah-Son, Insee

Au 2e trimestre 2015, l’emploi salarié marchand poursuit sa croissance (+ 0,2 %), soutenu principalement par les services (+ 0,4 %) et l’industrie (+ 0,4 %). Dans les autres secteurs, l’emploi demeure stable. Sur les douze derniers mois, l’emploi progresse de 3,6 %.

Au 2e trimestre 2015, l’emploi salarié marchand augmente de 0,2 % par rapport au 1er trimestre (figure 1). Cette hausse est portée par les secteurs des services et de l’industrie.

En glissement annuel, l’emploi salarié reste très bien orienté, avec une croissance de 3,6 %.

L’emploi dans les services marchands augmente de 0,4 % après un repli au premier trimestre (figure 3).

Le secteur des autres activités de services (définitions) est celui qui crée le plus d’emplois (+ 1,4 %). Ce sont les activités créatives, artistiques, sportives et culturelles qui y sont les mieux orientées. Sur un an, l’emploi dans le secteur associatif progresse, notamment grâce aux emplois aidés.

Dans les transports et l’entreposage, l’emploi repart à la hausse (+ 1,3 %). Les créations de postes ont principalement concerné les transports routiers de fret (figure 4). L’emploi rebondit également dans les entreprises d’information et de communication avec une hausse de 1,8 %, après deux trimestres en baisse.

L’emploi poursuit sa croissance dans les activités financières et d’assurances (+ 0,9 %) avec un 6e trimestre de hausse consécutif.

L’emploi dans l’enseignement et la santé continue de progresser mais à un rythme moins soutenu (+ 0,7 %).

Dans le secteur immobilier, l’emploi recule nettement (– 3,2 %). Le secteur de l’hébergement et restauration est également en repli (– 0,6 %), après trois trimestres de hausse. L’hébergement demeure particulièrement en retrait. Les activités scientifiques et techniques, de services administratifs et de soutien enregistrent à nouveau une baisse d’effectifs (– 0,5 %).

Sur un an, le secteur des services reste très dynamique (+ 4,7 %).

Figure 1 – L’emploi salarié continue sa progression au 2e trimestre

indice 100 au 4e trimestre 2005
L’emploi salarié continue sa progression au 2e trimestre
La Réunion France métropolitaine*
2009 T2 108,2 100,3
2009 T3 108,9 100,0
2009 T4 109,0 100,1
2010 T1 108,1 100,0
2010 T2 109,2 100,1
2010 T3 109,9 100,3
2010 T4 110,7 100,5
2011 T1 110,8 100,7
2011 T2 111,1 101,0
2011 T3 113,0 100,9
2011 T4 113,7 100,8
2012 T1 113,3 100,8
2012 T2 114,2 100,7
2012 T3 113,7 100,4
2012 T4 113,9 100,0
2013 T1 112,3 99,9
2013 T2 114,0 99,6
2013 T3 114,9 99,7
2013 T4 115,7 99,7
2014 T1 116,8 99,6
2014 T2 117,1 99,6
2014 T3 119,3 99,2
2014 T4 120,5 99,3
2015 T1 121,1 99,3
2015 T2 121,3 99,5
  • * Données CVS.
  • Source : Insee, Estimations d'emploi.

Figure 1 – L’emploi salarié continue sa progression au 2e trimestreÉvolution de l’emploi salarié marchand depuis 2008

Figure 2 – L’emploi est dynamique dans les services et l’industrie

Indice base 100 au T4 2005
L’emploi est dynamique dans les services et l’industrie
Industrie Construction Commerce Services
2009 T2 106,8 120,3 102,9 108,1
2009 T3 108,1 116,2 103,6 110,1
2009 T4 107,1 108,6 104,9 111,9
2010 T1 104,8 108,2 103,4 111,3
2010 T2 104,2 109,0 103,6 113,6
2010 T3 107,2 110,4 103,4 113,9
2010 T4 105,6 105,6 105,3 116,1
2011 T1 105,5 107,4 103,0 117,1
2011 T2 104,9 109,4 102,9 117,4
2011 T3 109,1 110,9 103,6 119,4
2011 T4 108,3 106,3 105,3 121,4
2012 T1 107,9 110,1 102,6 121,0
2012 T2 108,4 108,4 102,9 122,9
2012 T3 110,3 108,1 102,6 121,6
2012 T4 109,7 101,6 105,5 122,4
2013 T1 109,1 103,1 102,8 120,3
2013 T2 110,4 103,7 103,7 122,7
2013 T3 112,8 103,2 103,3 124,3
2013 T4 111,7 100,3 104,7 126,3
2014 T1 110,7 106,1 103,0 128,0
2014 T2 111,7 107,7 103,7 127,6
2014 T3 116,6 108,4 104,9 129,9
2014 T4 113,8 102,3 107,5 133,3
2015 T1 114,9 110,4 105,5 133,0
2015 T2 115,4 110,3 105,4 133,6
  • Source : Insee, Estimations d'emploi.

Figure 2 – L’emploi est dynamique dans les services et l’industrieÉvolution de l’emploi salarié marchand par secteur

Dans l’industrie, l’emploi progresse (+ 0,4 %), mais à un rythme plus modéré qu’au trimestre précédent (+ 1,0 %). Cette croissance est essentiellement imputable à l’industrie manufacturière. L’emploi est stable (+ 0,0 %) dans l’industrie agroalimentaire.

Sur un an, l’emploi dans l’industrie reste bien orienté (+ 3,3 %).

Dans le secteur de la construction, l’emploi est stable (0,0 %) (figure 2). Le secteur des travaux spécialisés perd des effectifs au profit du génie civil et de la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels. Mais il s’agit davantage de mouvements intra-sectoriels de main d’œuvre que de créations ou destructions d’emploi.

Dans le secteur du commerce, l’emploi baisse légèrement (– 0,1%). La hausse des effectifs dans le commerce de gros compense la baisse dans le commerce de détail et dans le commerce et réparation des automobiles et motocycles.

Sur un an, l’emploi dans le commerce reste toutefois dynamique (+ 1,7 %).

Figure 3 – L’emploi progresse de 0,2 % au 2e trimestre - Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur

en %
L’emploi progresse de 0,2 % au 2e trimestre - Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur
T2 2014 T3 2014 T4 2014 T1 2015 T2 2015 Glissement annuel Poids dans l'emploi au T3 2014
Ensemble 0,2 1,9 1,0 0,5 0,2 3,6 100,0
Industrie 0,9 4,4 -2,4 1,0 0,4 3,3 11,8
Construction 1,6 0,6 -5,7 7,9 0,0 2,4 11,3
Commerce 0,6 1,2 2,4 -1,8 -0,1 1,7 21,5
Services marchands -0,3 1,8 2,6 -0,2 0,4 4,7 55,4
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 4 – L’emploi stagne dans le commerce et la construction - Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur détaillé

en %
L’emploi stagne dans le commerce et la construction - Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur détaillé
T2 2015 Glissement annuel
Ensemble 0,2 3,6
Industrie dont : 0,4 3,3
Agroalimentaire 0,0 2,7
Construction 0,0 2,4
Commerce -0,1 1,7
Services marchands dont : 0,4 4,7
Transports et entreposage 1,3 2,5
Hébergement et restauration -0,6 5,1
Information et communication 1,8 -0,6
Activités financières et d'assurance 0,9 4,5
Activités immobilières -3,2 -2,7
Activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien1 -0,5 3,5
dont activités de services, administratifs et de soutien2 0,8 6,0
Enseignement, santé humaine et action sociale 0,7 5,8
Autres activités de services3 1,4 10,1
  • 1. Les activités scientifiques et techniques regroupent les activités juridiques, comptables, de gestion, d'architecture, d'ingénierie, de contrôle, de recherche développement et d'analyses techniques.
  • 2. Les activités de services administratifs et de soutien regroupent les activités d'interim, les agences de voyage, la location et à la sécurité.
  • 3. Les autres activités de services sont majoritairement composées des activités des organisations associatives. Elles comportent également les activités d’arts et spectacles ou récréatives et d’autres services personnels.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Sources

Mesurer les évolutions trimestrielles de l’emploi salarié marchand

Les emplois salariés font l’objet de déclarations sous forme de bordereaux de recouvrement des cotisations (BRC). Ces bordereaux sont adressés par les employeurs aux Unions de recouvrement de sécurité sociale et des allocations familiales (Urssaf), puis transmis trimestriellement à l’Insee. Ils concernent les salariés soumis au régime général de sécurité sociale, à l’exception :

- des apprentis dont les cotisations sont prises en charge par l’État ;

- des emplois domestiques ;

- des fonctionnaires de l’État.

Sur les données issues des BRC, une chaîne de traitement dite Epure (extension du projet Urssaf sur les revenus et l’emploi) est utilisée à La Réunion depuis 2000. Le champ est restreint aux activités les mieux représentées.

Sont exclus du champ Epure :

- les établissements non marchands ;

- l’agriculture ;

- les caisses de congés payés ;

- les établissements de vente à domicile ;

- les administrateurs d’immeubles ;

- l’Afpa.

Le champ étudié « les établissements marchands de l’industrie, de la construction, du commerce et des services » couvre 53 % des 231 000 emplois salariés de La Réunion à la fin 2012.

Les données de La Réunion ne sont pas désaisonnalisées. Les résultats sont ici présentés selon la nomenclature agrégée (NA 2008), regroupement de la nomenclature d’activités française (NAF) destiné à l’analyse économique.

Définitions

Les activités scientifiques et techniques regroupent les activités juridiques, comptables, de gestion, d'architecture, d'ingénierie, de contrôle et d'analyses techniques.

Les activités de services, administratifs et de soutien regroupent les activités liées à l’emploi (intérim), aux agences de voyage, aux activités de location et à la sécurité.

Les autres activités de services sont majoritairement composées des activités des organisations associatives. Elles comportent également les activités d’arts et spectacles ou récréatives et d’autres services personnels.

Pour en savoir plus

Les séries longues sur le « Tableau de bord de la conjoncture à La Réunion »;

Ah-Son D. ,« La croissance de l’emploi salarié marchand ralentit  », Insee Dossier Réunion n° 1, pp. 16-17, juillet 2014 ;

Ah-Son Daniel, « Emploi salarié et non salarié », Tableau économique de La Réunion (Édition 2014), pp. 54-55, avril 2014.