La crise et le marché de l'emploi en auvergne

Christophe BERTRAN (Insee Auvergne)

La crise financière s'est rapidement propagée à l'économie réelle : production, consommation, emploi, chômage... Les répercussions sur l'emploi salarié se sont fait ressentir dès le début de l'année 2008. La décroissance de celui-ci a été plus forte en Auvergne qu'en France métropolitaine. Cette baisse succédait à une hausse, qui était moins soutenue dans la région. Hausse moins marquée comme baisse plus forte s'expliquent largement par la structure de l'économie régionale, plutôt spécialisée dans l'industrie, un secteur très affecté par la crise. Tous les grands secteurs d'activité ont été impactés, le commerce étant le moins touché. Son emploi salarié, comme celui des services marchands, progresse de nouveau depuis fin 2009. C'est l'intérim qui a été le plus touché, avec une chute de 40 % en un peu plus d'un an.Mais c'est aussi l'intérim qui est reparti le plus tôt à la hausse,à partir du deuxième semestre 2009. Corollaire à cette baisse de l'emploi, une forte hausse du taux de chômage régional : celui-ci a augmenté de 2,3 points entre début 2008 et fin 2009, malgré une explosion des heures de chômage partiel. Il reste toutefois inférieur de près de 1 point au taux métropolitain. La progression du chômage s'est accompagnée d'une évolution de ses caractéristiques, avec une masculinisation et un rajeunissement des demandeurs d'emploi. De plus la part des inscriptions de longue durée, après avoir un peu baissé en 2008, a sensiblement augmenté en 2009.