Atlas du Massif central - Organisation territoriale

Claudine CARLOT, Vincent VALLÈS (Insee Auvergne), Anne-Lise DUPLESSY, Catherine LAVAUD (Insee Limousin)

Dominé par trois pôles majeurs de rang national (Clermont-Ferrand, Limoges et Saint-Étienne), le maillage urbain du Massif central est plus important que celui des autres massifs français. Les échanges de population lient fortement les aires urbaines du Massif central à leur capitale régionale. Au sud du Massif, dans un environnement de faible densité, l'absence d'aires urbaines de taille moyenne représente cependant une réelle faiblesse. La part des cadres des fonctions métropolitaines dans l'emploi est sensiblement supérieure à Clermont-Ferrand ainsi que dans les aires urbaines du sud-ouest et de l'est du Massif qui profitent du rayonnement des pôles toulousain et lyonnais. Clermont-Ferrand, Limoges et Saint-Étienne regroupent 69 % des 9 300 chercheurs et ingénieurs du Massif central. L'étalement urbain s'accélère dans le Massif central. Les communes en périphérie des pôles urbains sont les grandes gagnantes du rebond démographique. Attirant essentiellement des jeunes familles, la population active y progresse beaucoup plus vite que les emplois proposés. Dans l'espace rural, hors de toute influence urbaine, 57 petites agglomérations occupent une position de pôle d'emploi et jouent aussi un rôle structurant majeur avec 11 % des emplois contre 8 % en France métropolitaine. Pour accéder à l'ensemble des commerces et services, les habitants de l'espace rural du Massif central apparaissent sensiblement moins favorisés que les autres ruraux métropolitains. Les territoires de montagne, handicapés par le vieillissement et le faible dynamisme démographique, sont aussi ceux où la population est la plus éloignée des commerces et services. Ce fort degré de fragilité touche 117 cantons, regroupant 297 400 habitants, soit 8 % de la population du Massif.