Parc naturel régional de Lorraine : l’économie résidentielle à la recherche d'un équilibre durable

Philippe DEBARD

Le Parc naturel régional de Lorraine présente une grande variété d’ambiances paysagères, entre plateaux agricoles du Saulnois et de la Woëvre, Côtes de Meuse et de Toul, forêts et étangs multiples. Ce cadre de vie attire de plus en plus les classes moyennes et supérieures dans les zones périurbaines de Toul, Pont-à-Mousson et Metz, ou plus récemment dans le rural meusien. La croissance démographique se concentre dans la partie ouest du Parc. Dans la partie est, plus éloignée des zones de croissance et de richesse, la population, en moyenne plus âgée, ne s’accroît pas. Si le territoire compte encore une forte spécificité dans l’agriculture et l’artisanat, et quelques grands établissements orientés vers la santé, l’action sociale ou l’industrie, plus de deux actifs sur trois y résidant travaillent à l'extérieur Ce modèle d’économie résidentielle se traduit par une extension des zones pavillonnaires. Un des défis du PnrL sera de concilier ce modèle à une consommation économe d’espaces agricoles et naturels. De même, le recours à l’automobile, pour les déplacements domicile-travail et l’accès aux équipements, constituera un enjeu décisif en termes de développement durable.

Economie Lorraine
No 182
Paru le : 24/09/2009