La mixité professionnelle en prospective

Gérard MOREAU

En Lorraine, à l’horizon 2020, environ 32% des femmes et 34% des hommes en emploi en 2005 partiront en retraite. Les femmes quitteront des métiers très différents de ceux des hommes du fait d’une ségrégation professionnelle par genre marquée. Cette ségrégation s’infléchira-t-elle au cours des prochaines années du fait du remplacement des anciennes générations par des nouvelles ? La mixité professionnelle est remise en jeu sans cesse, par les mutations continuelles qui traversent l’emploi, comme la rotation des actifs employés (arrivée de nouveaux actifs, départs en retraite, turnover) et l’évolution quantitative et qualitative du tissu productif et des métiers. Actuellement, le taux d’emploi des Lorraines est de 56%, soit 12 points de moins que celui des hommes, et la Lorraine est une des régions françaises où la mixité professionnelle est la plus faible, surtout chez les jeunes de 20 à 24 ans. Tandis que certains métiers évoluent dans le sens d’une mixité plus forte (cadres de l’industrie ou de la fonction publique, coiffeurs), d’autres pérennisent la ségrégation (services à la personne, caissiers et employés de libre-service, travailleurs du BTP). À l’avenir, la progression des niveaux de formation initiale des actifs en Lorraine, sous l’impact des nouvelles générations, pourrait améliorer la mixité professionnelle. Au contraire, l’émergence des services à la personne serait potentiellement génératrice d’une spécialisation professionnelle par genre croissante.

Economie Lorraine
No 160
Paru le : 01/03/2009