Davantage de logements, pour moins d'occupants

Annick Détroit, Marie Léger.

En Bourgogne comme sur le reste du territoire, entre 1999 et 2006, le nombre de logements croît nettement plus vite que la population. L’évolution des comportements sociaux favorise la réduction de la taille des ménages et induit donc une augmentation du nombre de logements. Cependant, avec 8 % de logements inoccupés la Bourgogne se classe dans le peloton de tête des régions où la vacance est élevée. L’espace périurbain suscite toujours le même engouement pour les familles désireuses d'acquérir une maison individuelle. Toutefois, dans ce même espace, le nombre de logements collectifs a doublé pendant la période. Les caractéristiques des logements de banlieue sont plus proches de celles du périurbain que des villes-centre. Ces villes-centre perdent des habitants et les logements abritent maintenant moins de deux personnes en moyenne. Enfin, les pôles d’emploi de l’espace à dominante rurale sont en perte de vitesse : des habitants, souvent âgés, sont partis en laissant des maisons vides.

Insee Bourgogne Dimensions
No 153
Paru le : 03/07/2009