Profil du créateur à statut « classique » : les créateurs sont plus jeunes en Corse

Elisabeth GALLARD

En 2010, moins de la moitié des nouveaux entrepreneurs corses a choisi un statut « classique ». Avant de créer leur entreprise, ils étaient en majorité salariés du privé ou chômeurs, leur principal objectif étant d'assurer leur propre emploi. Dans le commerce ou l'hébergement-restauration, secteurs ou ils sont parmi les plus nombreux, un sur deux a changé d'orientation professionnelle en créant son entreprise. Les créateurs sont jeunes et peu diplômés, et les créatrices sont plus nombreuses qu'en moyenne nationale. S'ils profitent aussi souvent qu'ailleurs d'un soutien financier ou d'aides, ils bénéficient davantage d'accompagnement et de conseil d'une structure dédiée à la création ou à l'innovation. Les créateurs recourent peu aux prestataires de services locaux, bien qu'ils travaillent principalement avec une clientèle de particuliers et de proximité. Malgré ce contexte, ils déclarent innover autant que dans les autres régions. Enfin, plutôt que des perspectives d'extension, ils envisagent surtout un maintien de l'équilibre de leurs activités dans les six mois suivants.

Quant'île
No 21
Paru le : 28/06/2012