Début 2012 : l'activité au point mort

Bérangère Duplouy, Éric Rubiloni, Insee Provence-Alpes-Côte d'Azur

Face à un climat conjoncturel dégradé, l'économie française n'a cessé de ralentir depuis l'été 2011. Au premier trimestre 2012, l'activité s'est stabilisée et ce manque de dynamisme s'est répercuté sur le marché du travail. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'emploi salarié n'a que faiblement progressé. Les effectifs de l'industrie se sont légèrement contractés, tandis que ceux de la construction ont peiné à se redresser. Autre signe d'une conjoncture défavorable, l'ajustement des effectifs intérimaires, en cours depuis la fin de l'été 2011, s'est poursuivi. Dans le même temps, le chômage a continué de progresser. La hausse du nombre d'inscriptions à Pôle emploi est restée soutenue, notamment chez les seniors. Le taux de chômage localisé a augmenté et s'est établi à 11,3 % de la population active à la fin du 1er trimestre 2012, soit son plus haut niveau depuis début 2001.