Émissions de CO2 en Pays de la Loire : des pistes pour réduire l'usage de la voiture au quotidien

Denis DOUILLARD, Philippe PIROT (Dreal), Brigitte ALLAIN, Ophélie KAISER, Sébastien SEGUIN (Insee)

Les actifs et étudiants résidant dans les Pays de la Loire émettent autant de CO2 par personne qu'au niveau national hors Île-de-France. L'usage plus fréquent de la voiture dans la région est compensé par de moindres émissions de CO2 par véhicule. Proportionnellement plus nombreux que dans les autres régions et recourant moins souvent aux transports collectifs qu'ailleurs, les habitants de l'espace périurbain de la région sont les premiers contributeurs des émissions de CO2. C'est en Vendée que les émissions sont les plus élevées ; les agglomérations nantaise et angevine sont celles où les émissions de CO2 par km parcouru sont les plus faibles. Le trajet entre Saint-Nazaire et Nantes est la liaison inter-agglomérations la plus fréquentée et la plus émettrice de CO2, devant celle reliant Nantes et Angers. À l'échelle locale, des leviers d'action divers pourraient venir compléter des mesures nationales visant à réduire les émissions des transports. Elles visent à aménager le territoire pour réduire la dépendance à la voiture et les émissions de CO2, mais aussi à favoriser des choix de modes de transport moins émetteurs.

Publications grand public
Étude – No 109
Paru le : 13/09/2012