L'économie présentielle dans la zone d'Yssingeaux sous une hypothèse de mobilité plus contrainte

Geneviève BUREL et François LASBATS, Insee Auvergne

La zone d'Yssingeaux (partie auvergnate de la zone d'emploi de Saint-Étienne) connaît une croissance démographique forte, fruit de son attractivité soutenue. En réponse, le nombre d'emplois dans les services à la population progresse. Il reste toutefois faible relativement à la population, en raison notamment de la forte dépendance à l'aire urbaine de Saint-Étienne : un tiers des actifs de l'Yssingelais y travaillent. De plus, le niveau de vie des résidents est plutôt modéré et la fréquentation touristique, qui contribue à la demande présentielle, génère peu d'emplois. Par ailleurs, la distance des déplacements domicile-travail est élevée et ne cesse de progresser. Il en est de même de la distance parcourue par les résidents pour accéder aux services. La part des habitants les plus âgés, et donc les moins mobiles, devrait sensiblement progresser dans les décennies à venir. La zone d'Yssingeaux serait donc réellement affectée par un renforcement des contraintes liées aux déplacements. Dans ce cas, sa croissance démographique, qui repose avant tout sur l'arrivée de nouveaux habitants, pourrait se dégrader fortement.