La population normande en 2008. Dynamisme démographique du périurbain

Isabelle BIGOT

Depuis 1999, les populations de Haute et Basse-Normandie augmentent respectivement de 0,3 % et 0,4 % par an, contre 0,7 % en moyenne au niveau national. L’Eure et le Calvados témoignent de la dynamique démographique la plus forte, avec respectivement + 0,7 % et + 0,5 % par an. L’Orne est le seul des cinq départements normands à ne pas enregistrer de croissance démographique. Les communes périurbaines sont les plus dynamiques, avec une croissance de 1,2 % par an en Basse-Normandie et de 0,9 % par an en Haute-Normandie. Dans les deux régions normandes, à l’exception de Rouen qui conserve son attractivité, la croissance périurbaine se fait au détriment des villes-centres. Dans l’espace rural, la croissance démographique se diffuse surtout en dehors des pôles d’emplois, dont les plus importants perdent des habitants. Les emplois à fort potentiel de développement économique représentent 7 % de l’emploi total de chacune des deux capitales régionales, comme dans les 29 grandes aires urbaines françaises.

Cent pour Cent
No 212
Paru le : 19/01/2011