La filière lait en Charentes-Poitou : de nombreux emplois et des stratégies de réorganisation

Jean-François Bigot, Boris Simon (Insee), Myriam Chegut et Emmanuel Martin (DRAAF)

Situé aux confins du croissant laitier français, le bassin Charentes-Poitou, comprenant les quatre départements du Poitou-Charentes, la Vendée et la Haute-Vienne, constitue une zone intermédiaire où se côtoient des productions végétales (céréales, oléagineux, protéagineux et vignes) et des productions animales. La filière laitière en Charentes-Poitou repose sur deux produits distincts par leurs origines et leurs modes de production, mais intimement liés par la filière aval, le lait de vache et le lait de chèvre. En retrait des grands bassins de production de lait de vache que sont le Grand Ouest et la Normandie, Charentes-Poitou s'impose comme le leader national du fromage de chèvre. En 2010, l'ensemble de la filière lait, de la production à la transformation ainsi que la fabrication d'équipements dédiés, a généré 15 200 emplois. L'industrie du lait représente plus de 20 % des effectifs des industries agroalimentaires (IAA) en Vienne et Deux-Sèvres alors qu'elle pèse moins de 5 % en Vendée. En Charente, l'industrie du Cognac est dominante. En 2010, 4 300 exploitations ont livré leur production à une quarantaine d'établissements dont 22 situés sur le territoire du bassin. Le marché, mondialisé et ultra concurrentiel et la disparition des quotas laitiers en 2015, supposent de la part de la filière une réactivité et une adaptabilité accrues. Confrontées à des marchés européens importants, mais mâtures, à une demande croissante des pays émergents et à la concurrence de nouveaux pays exportateurs, les entreprises laitières rayonnant sur Charentes-Poitou s'associent ou fusionnent pour gagner des parts de marché, notamment à l'export.