La précarité s'inscrit dans la durée

Nadège Pradines

En 2012, les ménages rencontrent toujours d'importantes difficultés financières : la baisse du pouvoir d'achat, historique, et la progression du chômage accroissent les situations de précarité. Le nombre de dossiers de surendettement demeure d'un tiers plus élevé qu'en 2007. Le nombre d'allocations versées aux Picto-Charentais augmente de 4 % en un an. L'allocation de solidarité spécifique augmente depuis 4 ans, témoin des effets durables de la crise. La région compte de plus en plus d'allocataires du RSA, notamment celui réservé aux personnes sans activité. De plus en plus de Picto-Charentais perçoivent l'allocation pour adultes handicapés, conséquence de la fragilité de l'emploi et du vieillissement de la population. Cependant, la précarité n'est pas la même dans tous les départements. La Charente est la plus affectée à la lumière des minima sociaux et des difficultés financières des ménages. Le nombre d'allocataires des principaux minima sociaux et de la CMUc augmente fortement dans les Deux-Sèvres, pourtant moins sujettes à la précarité depuis de nombreuses années. Seul le nombre d'allocations d'un minimum vieillesse diminue, pour des raisons plus générationnelles que conjoncturelles.