L'occupation des sols et la consommation d'espaces au sein du SCoT de la région rémoise - Un étalement urbain favorisé par la périurbanisation et les évolutions sociétales

Audrey Déjoie-Larnaudie, Hervé Loiseau

Entre 1975 et 2008, la forte croissance de la population du SCoT de la région rémoise (+14,1 %) s'inscrit dans un contexte d'étalement urbain. En effet, la surface artificialisée pour l'habitat progresse à un rythme beaucoup plus important que celui de la population (+40,8 %). L'étalement urbain entraîne une surconsommation de 1 600 hectares et s'explique non seulement par la périurbanisation mais aussi par les évolutions sociétales, notamment la décohabitation. Au 1er janvier 2012, les zones artificialisées couvrent 10,1 % de la surface du SCoT, soit 14 300 hectares, dont 2 180 hectares occupés par les infrastructures de transport. Ces zones sont fortement concentrées sur le pôle urbain rémois (37,6 % de la surface artificialisée du SCoT) mais aussi sur les 11 bourgs-centres structurants et les 13 bourgs-centres d'appui (22,5 %). Les terres agricoles occupent 64,7 % de la superficie du SCoT et la vigne, 4,9 %.

Insee flash
No 173
Paru le : 03/07/2013