Sur-occupation des logements : 91 000 Lorrains concernés

Steve PIRALLA

La sur-occupation des logements, composante du mal-logement, diminue en Lorraine. Elle passe de 4,9% à 3,4% des ménages (7% en France) entre 1999 et 2010. Elle touche principalement les locataires, mais aussi les ouvriers ou employés ainsi que les ménages qui habitent dans moins de trois pièces ou qui comptent cinq personnes ou plus. On les rencontre davantage dans les zones urbaines et plus encore en ZUS. Cette baisse de la sur-occupation est due à la diminution de la taille moyenne de la famille, de 2,68 à 2,28 personnes en vingt ans. L'amélioration peut perdurer, si la nouvelle baisse attendue à 2,08 personnes en 2030 est permise par la construction de 110 000 logements.

Economie Lorraine
No 316
Paru le : 27/06/2013