La consommation d'espaces au sein du Pays de Châlons-en-Champagne - Les migrations vers la périphérie du pôle urbain influent sur la consommation d'espaces

Raphaël Lambin, Anh Van Lu

Entre 1982 et 2008, si la population du Pays de Châlons-en-Champagne a globalement augmenté de 3,0 %, le pôle urbain de Châlons-en-Champagne a perdu des habitants au profit de ses alentours proches. Ce phénomène de migration vers la périphérie du pôle est l'une des causes de l'étalement urbain. En particulier, en privilégiant le logement individuel au collectif, les habitants du pays consomment plus d'espaces en 2008 qu'en 1982 : la surface artificialisée pour l'habitat progresse de 24,2 % sur la période, évolution plus rapide que celle de la population. L'étalement urbain entraîne ainsi une surconsommation de 888 hecta- res. La baisse du nombre de personnes par ménage contribue également à l'étalement urbain, en raison des évolutions sociétales, notamment la décohabitation et le vieillissement de la population. En 2011, 7,0 % de la surface du Pays de Châlons-en-Champagne hors terrains militaires sont artificialisés.

Insee flash
No 177
Paru le : 19/12/2013