La périurbanisation en Champagne-Ardenne : travail et grands services de plus en plus loin du domicile

Sandrine Rigollot

Entre 1999 et 2005, le mouvement de périurbanisation se poursuit. Il traduit à la fois l’installation de populations de plus en plus loin des villes et la concentration de l’emploi dans les agglomérations, dont l’attractivité se trouve d’autant accrue. Parmi les salariés du périurbain, la moitié quitte chaque jour sa commune de résidence pour aller travailler dans une commune de son agglomération. La périurbanisation amplifie le nombre de déplacements domicile-travail, les temps d’accès aux équipements les plus rares -hôpital, cinéma, hypermarché - et aussi à de nombreux équipements d’usage plus fréquent - garde d’enfants, écoles, collège. L’habitant du périurbain est plus jeune que celui des agglomérations et vit plus souvent en famille. Sur la période récente, le contraste s’est renforcé avec un rajeunissement des populations résidant dans le périurbain et un vieillissement de celles des pôles urbains. Les groupes sociaux ne se répartissent pas de façon homogène sur l’espace périurbain. Les moins favorisés sont davantage localisés dans les villes et dans une couronne éloignée de celles-ci.

Insee flash
No 94
Paru le : 01/10/2008