Mobilité résidentielle des ménages actifs bretons : entre éloignement et rapprochement des villes-centres au gré des trajectoires de vie (Octant Analyse n° 46)

Ludivine Neveu-Chéramy

Les ménages actifs bretons, majoritairement propriétaires, affichent une prédilection pour la maison individuelle et un goût prononcé pour les habitations spacieuses. Cependant, ce constat masque une population composite aux conditions de logement distinctes. Pour la plupart des couples d'actifs, la périurbanisation s'avère le moyen de mettre en adéquation attentes et possibilités en termes d'habitat. En revanche, les personnes seules et les familles monoparentales connaissent des situations de logement plus contraintes. Actuellement, la progression des dépenses de logement et de transport conjuguée à la hausse des prix de l'immobilier, pèsent sur les migrations résidentielles des actifs. Entre 2003 et 2008, les mouvements centrifuges dominent même si certaines catégories de ménages se rapprochent des villes-centres.

Publications grand public
Octant Analyse – No 46
Paru le : 22/02/2013