Vitrolles : Au-delà des fragilités sociales, des potentialités

Nadine Jourdan, Joachim Timotéo, Insee Paca

Cartographier la précarité au plus fin dans les villes permet de repérer les difficultés sur des espaces très localisés et de mesurer leur intensité. Cette nouvelle approche est utile à la politique de la ville pour répondre à sa mission : intervenir dans les quartiers urbains prioritaires pour réduire les écarts économiques et sociaux. Bien que Vitrolles figure parmi les pôles d'emploi majeurs du département, les fragilités sociales y sont prégnantes. Si la grande pauvreté et les inégalités de revenus y sont moindres qu'en moyenne dans le département des Bouches-du-Rhône, plusieurs facteurs de fragilité y sont plus présents : les sources de revenus de la population sont peu diversifiées, provenant essentiellement de salaires, souvent plus faibles qu'ailleurs car plus souvent issus d'emplois faiblement qualifiés. En outre, moins diplômés, les jeunes Vitrollais sont plus vulnérables face au chômage. La précarité est forte dans les quartiers du centre de la commune soutenus au titre du Contrat urbain de cohésion sociale (Cucs), tandis que ceux du sud présentent une plus grande mixité de revenus. Ces quartiers sont cependant pourvoyeurs d'emplois et relativement bien dotés en équipements de proximité. Au-delà de ces difficultés, Vitrolles dispose d'atouts dont son pôle d'emploi, ses infrastructures et la jeunesse de sa population.

Analyse
No 16
Paru le : 13/01/2012