Les espaces urbains lorrains : entre agglomération et dispersion

Christian CALZADA (Insee), Alain OGNIER (AGURAM)

Les facteurs de l'étalement urbain. L'analyse de la croissance urbaine renvoie au conflit entre intérêt général et intérêt particulier : entre une ville compacte non désirée par les individus (préférence pour les faibles densités) et une ville étalée, considérée comme non désirable pour la collectivité (nuisances). Le processus d'étalement urbain en Lorraine : vers une stabilisation ? Les dynamiques d'évolution des répartitions spatiales des densités de population en Lorraine sont caractéristiques d'une transition douce et régulière entre le centre-ville et la périphérie. Polarisation de l'emploi autour de Metz et Nancy. Entre 1962 et 2005, on observe un phénomène de polarisation de l'emploi autour des deux grandes aires urbaines de Metz et Nancy. Cette polarisation croissante de l'espace lorrain s'explique par les transformations qu'a subies le système productif depuis les années 60. Évolution de la tache urbaine : l'exemple de l'aire urbaine de Metz. L'analyse de l'évolution de la tache urbaine de l'aire urbaine de Metz sur la période 1990-2000 montre que si les surfaces «artificialisées» progressent dans la région messine, la périurbanisation ne joue qu'un rôle modeste dans cette évolution, la consommation de terrains étant due pour l'essentiel à l'aménagement de zones d'activité. Dépendance automobile. L'hypothèse d'une dépendance de notre société à l'automobile a peu à peu émergé depuis les années 70. L'urbanisation en tendant vers des densités plus faibles, désavantagerait les modes alternatifs à la voiture et favoriserait une utilisation toujours plus intensive de l'automobile. Le remède avancé par certains auteurs consisterait alors à mettre en place des politiques publiques qui tendraient vers de plus fortes densités.

Economie Lorraine
No 121-22
Paru le : 01/03/2008