Attractivité économique des zones d'emploi : davantage d'atouts pour Belfort et Besançon

Pierre Quillery, Willy Cadet

La faible attractivité économique des régions du Grand-Est n'empêche pas certaines zones d'emploi de ces régions d'être attractives. Elles sont cependant incapables de diffuser cette attractivité aux zones voisines. Parmi les zones les plus attractives du Grand-Est, on compte Belfort, Besançon et Vesoul. Sur la période 1997-2004, Montbéliard et Dole, qui étaient les zones d'emploi les plus attractives de la région, ont perdu de leur rayonnement. Les gains et les pertes d'attractivité sont essentiellement le fait d'évolutions divergentes de l'emploi entre le début et la fin de la période. En dehors de densités économique et de population généralement faibles, les zones d'emploi francs-comtoises ne présentent pas de caractéristiques particulièrement défavorables à leur attractivité. Des profils économiques relativement proches ne conduisent d'ailleurs pas forcément à une attractivité économique comparable. Seules les zones d'emploi de Dijon et de Besançon ont à la fois des caractéristiques et une attractivité économique comparables. Dans une zone d'emploi, les effets positifs d'une importante densité économique peuvent être atténués par une spécialisation économique trop marquée. C'est notamment le cas pour la zone d'emploi de Montbéliard. Les zones les plus attractives économiquement, sont généralement celles où la croissance de la population est la plus favorable.

l'Essentiel INSEE Franche-Comté
No 100
Paru le : 01/12/2007