Plus de la moitié des échanges migratoires, entre 2000 et 2005, se font avec les régions voisines

Gilles Zemis, Patrice Perron

Les flux migratoires avec les autres régions de métropole se sont intensifiés. Le déficit migratoire s'est légèrement atténué entre 2000 et 2005 par rapport à la décennie précédente. Le déficit migratoire avec l'Alsace semble avoir disparu, tandis que l'excédent avec l'Île-de-France s'est réduit. Les flux migratoires les plus importants se font avec Rhône-Alpes. Cependant, les échanges les plus intenses ont lieu avec la Bourgogne et l'Alsace. La région conserve un important déficit migratoire parmi les 20-29 ans. Elle est devenue attractive pour les ouvriers, tandis qu'elle enregistre une importante perte nette de cadres et de professions intermédiaires. Les immigrés arrivés entre 2000 et 2005 viennent plus fréquemment qu'en moyenne en métropole de pays d'Europe n'appartenant pas à l'Union européenne à 25.

l'Essentiel INSEE Franche-Comté
No 102
Paru le : 01/01/2008