Revenus des ménages et richesse fiscale : une lecture intercommunale

Jean-Philippe THANRY

Suite à la montée en charge de l'intercommunalité, plus de 90% des Lorrains vivent dans une commune adhérant à ce système de coopération en 2005. Si la Moselle a rattrapé son retard, le processus est en cours dans les Vosges. Comme au niveau communal, des écarts demeurent entre EPCI. Ainsi, la richesse fiscale par habitant varie du simple au triple. Contiguité territoriale oblige, les communes qui s'assemblent se ressemblent fréquemment, si bien que se dégagent aux deux extrémités de la typologie des EPCI «doublement riches» et d'autres «doublement pauvres». Au contraire, d'autres, dont la CA2M et la CUGN, agrègent des communes diverses. Au sein de chaque EPCI, une mise en commun aboutie des ressources fiscales passe par la TPU. En Lorraine, plus d'un habitant sur deux vit dans une commune ayant opté pour ce régime. Toutefois, les communes les plus riches ne contribuent pas seulement à leur EPCI d'appartenance, ainsi 90 communes lorraines abondent la péréquation départementale.

Economie Lorraine
No 106
Paru le : 01/11/2007