Marché du travail en Champagne-Ardenne : d'hier à demain. Difficultés de recrutement possibles pour les métiers les moins attractifs

Virginie Guérin, Michèle Leloup

Entre 1982 et 1999, le nombre d'actifs occupés, salariés ou non salariés, a reculé de 1,1% en Champagne-Ardenne. Ce recul global n'a pas affecté tous les métiers avec la même intensité. Le nombre d'actifs, dans le secteur tertiaire, a fortement augmenté, en particulier dans les services et notamment l'aide à la personne et a favorisé le développement de l'emploi féminin. A l'inverse, le recul de l'emploi dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie et de la construction a favorisé la baisse des effectifs des métiers les moins qualifiés et celle de l'emploi masculin. Pour certains métiers, la mobilité du personnel génère des opportunités d'embauche. Dans un proche avenir, une partie des recrutements sera motivée par les nombreux départs des personnes ayant atteint l'âge de la retraite. Les activités en expansion pourraient connaître des difficultés de recrutement. Pour les métiers les moins attractifs, les tensions déjà existantes pourraient s'amplifier. Ainsi, un niveau de chômage élevé pourrait co-exister avec des besoins importants de main-d'œuvre dans les secteurs les plus dynamiques.

Insee Dossier Champagne-Ardenne
Paru le : 01/06/2006