Marché du travail en Champagne-Ardenne : d'hier à demain.Deux méthodes de mesure du risque de délocalisation

Monique Saliou

Quand l'industrie champardennaise perdait 82 900 emplois entre 1974 et 2004, il s'en créait dans le même temps 107 400 dans le secteur tertiaire, en particulier 98 500 dans les activités de services. L'industrie champardennaise serait plus exposée au risque de délocalisation que les autres régions. Deux méthodes de mesure de l'effet délocalisation mises au point ces dernières années autorisent une appréciation du phénomène.

Insee Dossier Champagne-Ardenne
Paru le : 01/06/2006