Parc naturel régional du Morvan : un rôle stratégique des commerces et des services

Bertrand Madeline, Brion David (Insee)

Dans le Parc du Morvan, Avallon au nord et Autun au sud partagent le territoire en deux pour l’accès aux équipements supérieurs. Plus éloignés toutefois, les habitants de l’ouest et du centre mettent plus de 55 minutes pour atteindre ces équipements.

Les pôles intermédiaires sont, pour la plupart, situés en périphérie du Parc et en baisse démographique. Parmi eux, seul Saulieu conforte son rôle entre 2006 et 2011. Plus nombreux et mieux répartis, des pôles de proximité complètent l’offre.

Dans l’espace le plus éloigné des pôles, au cœur du Morvan, les habitants disposent de commerces et services d’hyperproximité. Des services de substitution ou itinérants, tels que dépôt de pain ou marché, prennent aussi le relais pour l’accès aux biens et services de base. Ils sont, malgré tout, peu nombreux au sud-ouest, entre Luzy et Château-Chinon.

Pour le Parc, où l’espace rural attire de nouveaux habitants et dispose d’une capacité d’accueil touristique, maintenir l’accès aux services constitue un enjeu fort pour répondre aux attentes des nouveaux arrivants comme aux besoins de sa population vieillissante. C’est aussi un défi alors que plusieurs de ses pôles perdent des résidents et des emplois.

Le Parc naturel régional du Morvan est situé au cœur de la Bourgogne, à cheval sur les quatre départements de la région. Il est localisé pour partie dans une zone de moyenne montagne et compte 69 300 habitants. L’accès aux équipements constitue un enjeu pour répondre aux besoins d’une population vieillissante, aux attentes des nouveaux arrivants comme pour asseoir l’attractivité touristique du Parc.

Le centre et l’ouest du Morvan éloignés des équipements supérieurs

Autun au sud et Avallon au nord constituent les deux pôles d’équipements de la gamme supérieure du Parc. Chacune de ces villes concentre en effet au moins la moitié des 36 équipements les moins courants comme les hypermarchés, les lycées et les hôpitaux. Leur aire potentielle d’influence partage le territoire : 28 000 Morvandiaux de la moitié nord se trouvent davantage dans l’orbite d’Avallon, 40 200 habitants de la moitié sud dans celle d’Autun. Seules trois communes, à la périphérie du Parc, relèvent d'un autre pôle.

Un habitant du Parc sur six réside à plus d’une demi-heure en moyenne de l'ensemble des équipements de la gamme supérieure. Seulement 5 % des Bourguignons n’habitant pas une grande aire urbaine ou son aire d’influence se trouvent dans ce cas.

Figure 1 – Davantage d'habitants éloignés des équipements dans le Morvan - Part de la population éloignée des équipements

(en %)
Davantage d'habitants éloignés des équipements dans le Morvan - Part de la population éloignée des équipements
Parc du Morvan Bourgogne hors espace des grandes aires urbaines
À plus de 7 min de la gamme de proximité 11 6
À plus de 15 min de la gamme intermédiaire 12 5
À plus de 30 min de la gamme supérieure 17 5
  • Source : Insee, recensement de la population 2010 - BPE 2012 ; Distancier Odomatrix - INRA, UMR1041 CESAER.

Figure 1 – Davantage d'habitants éloignés des équipements dans le Morvan - Part de la population éloignée des équipements

L’infrastructure routière dessine la carte des temps d’accès aux équipements supérieurs. Ils sont rapides dans un rayon de 15 km autour d’Autun, desservi par un réseau routier en étoile. À Avallon, ils n’excèdent pas 45 minutes le long de l’autoroute A6 et de la départementale 606. Les habitants de l’ouest et du centre du Parc sont plus défavorisés, avec des temps d’accès plus longs, de l’ordre de 55 minutes.

Le Parc prend appui sur ces deux communes très structurantes qui rassemblent le tiers de sa population. Autun, avec 14 400 habitants, est presque deux fois plus peuplée qu’Avallon. Ces deux villes sont aussi les deux pôles d’emploi les plus importants ; elles regroupent à elles deux presque la moitié des emplois du Parc : 8 600 à Autun et 5 700 à Avallon. Elles perdent l’une comme l’autre des habitants entre 2006 et 2011, souvent au profit des communes avoisinantes. Elles perdent aussi des emplois, mais de façon plus marquée pour Autun dont les difficultés sont antérieures à la crise survenue en 2008. À Avallon, les suppressions d’emplois ne sont intervenues que sur la période récente.

Saulieu renforce son rôle

Sept communes proposent au moins la moitié des 32 équipements de la gamme intermédiaire, plus répandus sur le territoire, comme les collèges, les supermarchés, les services de police. Chacune dessine un bassin d’équipements dont le plus étendu est celui de Saulieu. Hormis Château-Chinon, elles sont toutes situées sur le pourtour du Parc.

Figure 2 – Le cœur du Morvan éloigné de la gamme intermédiaire

  • Source : Insee, BPE 2012 ; Distancier Odomatrix - INRA, UMR1041 CESAER.

L’accès est plus rapide, moins de 20 minutes en moyenne, pour les résidents à proximité de ces pôles, mais il dépasse la demi-heure pour ceux habitant à la jonction de deux bassins. Les territoires les plus éloignés des équipements intermédiaires se situent au cœur d’un périmètre bordé par Avallon, Château-Chinon, Saulieu et Corbigny, au sein de l’espace situé entre Arnay-le-Duc et Château-Chinon mais aussi au sud-ouest du Parc entre Moulins-Engilbert et Étang-sur-Arroux.

Ainsi plus d’un Morvandiau sur neuf vit à plus d’un quart d’heure en moyenne des équipements intermédiaires, soit deux fois plus que les Bourguignons résidant hors espace des grandes aires urbaines.

Ces sept pôles intermédiaires comptent tous plus de 1 500 habitants. Tous perdent des habitants à l'exception d’Étang-sur-Arroux. Certaines communes sont attractives, comme Luzy et Corbigny mais pas assez pour compenser le solde naturel négatif. Saulieu perd des habitants, mais les communes de sa périphérie en gagnent. Ce déclin démographique pourrait à terme avoir une incidence sur le degré d’équipement de ces villes.

Ces sept communes sont aussi de petits pôles d’emploi d’inégale importance, de 650 emplois sur Moulins-Engilbert à 1 600 sur Saulieu. À l’exception de Luzy, l’emploi s’est développé dans ces petits pôles économiques entre 1999 et 2011, renforçant leur rôle d’échelon intermédiaire au sein des territoires qu'ils animent. Mais la plupart perdent de l’emploi sur la période plus récente. Seules Corbigny et surtout Saulieu restent sur une dynamique positive. À Saulieu, le nombre de postes de travail progresse de 8 % en cinq ans.

Une offre de proximité éloignée

Un Morvandiau sur dix vit à plus de sept minutes des commerces et services d’usage courant comme la boulangerie, la pharmacie ou la poste ; c’est deux fois plus que pour les Bourguignons résidant hors espace des grandes aires urbaines.

Le Parc compte 14 pôles de proximité, en dehors des pôles de la gamme intermédiaire et supérieure qui remplissent aussi cette fonction. Ces communes offrent au moins la moitié des 29 équipements de la gamme de proximité. Vézelay et Saint-Léger-sous-Beuvray, les plus petites, comptent moins de 500 habitants en 2011 ; Lormes et Châtillon-en-Bazois sont les plus peuplées avec respectivement 1 380 et 960 habitants. Ce sont aussi de petits pôles d’emploi ; Lormes, le plus important, rassemble près de 600 emplois.

Figure 3 – Les temps d’accès les plus élevés autour de Montsauche-les-Settons

  • Source : Insee, BPE 2012 ; Distancier Odomatrix - INRA, UMR1041 CESAER.

Cinq pôles de proximité sont situés au cœur du Parc. Ils jouent un rôle d’autant plus important que cette partie centrale du Parc est éloignée des pôles supérieurs et intermédiaires. Le temps d’accès aux biens et services d’usage courant y reste malgré tout élevé, surtout au nord, autour de Montsauche-les-Settons, commune où il faut même 10 minutes environ. Pourtant pôle de proximité, cette commune ne propose qu’une gamme incomplète de commerces et services, obligeant les habitants à se déplacer sur Saulieu ou Château-Chinon.

Le dynamisme et l’attractivité de ces petites villes se répercutent sur la vitalité de leur parc d’équipements. Éloignées des grandes aires urbaines, elles ne profitent pas de l’effet d’entraînement de celles-ci. Pourtant certaines gagnent des habitants entre 2006 et 2011 comme Liernais, Précy-sous-Thil, Lormes, Quarré-les-Tombes et Anost. D’autres, malgré la crise, captent des emplois comme Saint-Léger-sous-Beuvray, Moux-en-Morvan ou Liernais.

Des services de première nécessité plus présents au coeur du Morvan

Deux Morvandiaux sur trois résident dans une commune proposant au moins six équipements de base de type différent, comme une boulangerie, une agence postale ou une supérette. L’accès pourrait être rapide si l’habitat n’était pas autant dispersé. Ainsi, dans les communes proposant six ou sept équipements de première nécessité, la moitié des habitants résident dans un hameau ou une ferme isolée et sont contraints à se déplacer.

Ces commerces et services d’hyperproximité sont très présents au cœur du Morvan, là où les temps d’accès aux pôles d'équipements sont élevés. Mais ce n’est pas toujours le cas. Au sud-ouest du Parc, en particulier entre Château-Chinon et Luzy, ces équipements sont inexistants ou peu nombreux alors même qu’il faut plus de 15 minutes pour accéder à la gamme de proximité.

Figure 4 – Les équipements d’hyperproximité font défaut au sud-ouest et en périphérie des pôles

  • Note : un panier de base, qualifié d’équipements d’hyperproximité permet d’appréhender plus finement l’accès aux équipements de première nécessité.
  • Il est composé de huit types d’équipements du quotidien :
  • un service postal (bureau, relais ou agence postale) ;
  • une banque ou caisse d’épargne ;
  • une épicerie ou une supérette ;
  • une boucherie charcuterie ;
  • une boulangerie,
  • une école maternelle ou élémentaire ;
  • une station service ;
  • un équipement de santé (un médecin généraliste, centre de santé ou pharmacie).
  • Source : Insee, BPE 2012 ; Distancier Odomatrix - INRA, UMR1041 CESAER.

Les autres communes peu ou pas équipées sont localisées en périphérie des pôles d’Autun, d’Avallon, de Château-Chinon et de Saulieu. Elles sont souvent dans une dynamique démographique liée à la périurbanisation et comptent bon nombre d’actifs qui travaillent dans ces pôles et disposent sur leur lieu de travail d’une large palette de biens et services. Dans le Parc, 14 % des habitants ne bénéficient pas sur place d’un équipement d’hyperproximité. De même 14 % ne disposent que d’un ou de deux types d’équipements. Les services de substitution comme les dépôts, les services itinérants et les marchés prennent donc une importance primordiale d’autant qu’un ménage sur dix n’a pas de voiture et qu’un tiers de la population est à la retraite. Selon les informations collectées par le Parc, ces services de substitution permettent à 96 % des Morvandiaux d’acheter du pain dans leur commune alors que 74 % disposent sur place d’une boulangerie. Ils permettent aussi à 88 % des habitants de se procurer sur place les produits vendus en épicerie ou supérette alors que 71 % bénéficient de ce type de magasin dans leur commune.

Un personnel de santé très présent sur Autun et Avallon

Les professionnels de santé de premier recours sont davantage présents dans le Parc que dans la Bourgogne hors espace des grandes aires urbaines : 13 médecins généralistes pour 10 000 habitants contre 8 pour 10 000. Il en va de même pour les infirmiers, les masseurs-kinésithérapeutes et les dentistes, avec, en moyenne, 3 professionnels de plus pour 10 000 habitants.

Pourtant, un Morvandiau sur dix réside à plus de dix minutes d’un médecin contre un Bourguignon sur vingt hors espace des grandes aires urbaines. La part des Morvandiaux à plus de dix minutes d’un infirmier, d’un dentiste ou d’un masseur-kinésithérapeute est aussi plus élevée. De fait, les professionnels de santé sont inégalement implantés sur le Parc : 35 % des médecins généralistes, 90 % des spécialistes exercent sur Autun et Avallon.

Selon la spécialité médicale recherchée, le temps d'accès d’un habitant du Parc est identique ou supérieur à celui des Bourguignons hors espace des grandes aires urbaines ; il est similaire pour être examiné par un gynécologue ou un ophtalmologiste, plus élevé pour aller consulter un pédiatre ou un psychiatre. L'offre de soins repose sur une trentaine de spécialistes et peut rapidement se trouver fragilisée par des départs non remplacés.

Figure 5 – Un habitant du Parc sur dix vit à plus de 10 minutes d'un médecin - Part de la population vivant à plus de 10 minutes des professionnels de premier recours

(en %)
Un habitant du Parc sur dix vit à plus de 10 minutes d'un médecin - Part de la population vivant à plus de 10 minutes des professionnels de premier recours
Parc du Morvan Bourgogne hors espace des grandes aires urbaines
Médecins omnipraticiens 10 5
Masseurs-kinésithérapeutes 16 12
Infirmiers 19 8
Chirurgiens dentistes 22 19
  • Source : Insee, recensement de la population 2010 - BPE 2012 ; Distancier Odomatrix - INRA, UMR1041 CESAER.

Figure 5 – Un habitant du Parc sur dix vit à plus de 10 minutes d'un médecin - Part de la population vivant à plus de 10 minutes des professionnels de premier recours

Le Parc compte quatre hôpitaux. Ceux de Lormes et Château-Chinon peuvent prendre en charge les habitants du sud ouest ; mais ils ne proposent qu’une palette incomplète de spécialités. L’accueil et le traitement des urgences sont assurés par les hôpitaux d’Avallon et d’Autun, qui proposent une large gamme de spécialités médicales et sont ainsi plus adaptés pour prendre en charge l’ensemble des pathologies. À l’extérieur du Parc, l’hôpital de Semur-en-Auxois prend le relais et accueille bon nombre de malades du nord-est du Parc.

Étude financée pour le Parc naturel régional du Morvan par le Fonds national d’aménagement et de développement du territoire

Encadrés

Territoire de l’étude

Le territoire de l’étude couvre 124 communes. Parmi elles, 117 adhérent à la charte du Parc naturel régional du Morvan, une commune non adhérente Menades, enclavée dans son périmètre, et six villes partenaires du Parc. Il s’agit d’Autun, de Chatillon-en-Bazois, de Corbigny, de Empury, de Saint Brancher, et d’Arnay-le-Duc.

Un territoire de référence comprenant l’ensemble du territoire bourguignon hors espaces des grandes aires urbaines permet de situer le niveau d’équipement en commerces et services du Parc et l’accessibilité à ces équipements.

Des territoires aux enjeux différents

Quatre territoires distincts avec des problématiques et des enjeux différents se dessinent au sein du Parc :

· Autun et Avallon jouent un rôle structurant pour le Parc mais ces deux pôles d’équipements de la gamme supérieure, les seuls présents dans le Parc, perdent des emplois. Ils perdent aussi des habitants mais les communes en périphérie sont sur une dynamique positive.

· Saulieu gagne des emplois malgré la crise et conforte son rôle de pôle d’emploi. Saulieu perd des habitants mais les communes de sa périphérie en gagnent, renforçant les besoins en équipements dans cette partie du Morvan.

· Le nord du Parc autour de Montsauche-les-Settons est une zone touristique mais en baisse démographique. Ce territoire situé entre Saulieu, Lormes, Quarré-les-Tombes et Château-Chinon est éloigné de la plupart des équipements mais la zone compense avec une forte dotation en équipements d’hyperproximité.

· Le quart sud-ouest du Parc est doublement fragilisé. Les communes situées entre Luzy, Château-Chinon, Moulins-Engilbert et Saint-Léger-sous-Beuvray perdent des habitants et sont significativement éloignées des équipements, malgré les quatre pôles intermédiaires qui l’entourent.

25 000 actifs en emploi domiciliés dans le Parc

Parmi les habitants du Parc, 25 000 actifs ont un emploi. Plus de 80 % d’entre eux travaillent dans le Parc naturel régional, généralement sur Autun, Avallon, Château-Chinon, Saulieu, Lormes ou encore Luzy.

Ceux qui sortent quotidiennement du Parc se dirigent généralement vers Semur-en-Auxois (300 actifs), Le Creusot (250 personnes), Paris, Dijon, Auxerre ou Nevers.

Les Morvandiaux, comme les Bourguignons qui vivent en dehors de l'espace d'influence des grandes aires urbaines, effectuent une vingtaine de kilomètres pour aller travailler.

Les pôles de services du Parc bénéficient aussi de l’arrivée quotidienne des 10 400 actifs qui résident hors du Parc mais viennent y travailler. Ils se dirigent principalement vers les pôles d’emploi situés en périphérie du Parc comme ceux d’Avallon, d’Autun, de Corbigny et de Saulieu.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus

Équipements sportifs : la Bourgogne bien placée, mais l’accès pour tous reste à améliorer , Insee Bourgogne Dimensions n°192, Décembre 2013.

Bassins de vie : un inégal accès aux équipements en Bourgogne , Insee Bourgogne Dimensons n°181, Décembre 2012.

Équipements : accès aisé et densité faible dans le périurbain , Insee Bourgogne Dimensions n°166, Juin 2011.