Le tissu économique des quartiers de gare de la ligne 15 sud du métro du Grand Paris - Des activités tertiaires supérieures à l’ouest et des services publics à l’est

Jacques Bellidenty, Céline Calvier, Philippe Pottier (Insee Ile-de-France) - Stéphanie Jankel, François Mohrt, Sophie Renouvel (Apur)

Les 16 quartiers de gare de la future ligne 15 sud du Grand Paris Express, qui reliera la gare du Pont de Sèvres à celle de Noisy-Champs, accueillent actuellement 140 000 emplois salariés. La moitié de ces emplois est concentrée dans quatre quartiers (Pont de Sèvres, Issy RER, Châtillon-Montrouge et Créteil-l’Échat). Six quartiers de gare offrent une majorité d’emplois dans les services publics tels que les hôpitaux ou les administrations publiques. Les activités tertiaires supérieures dominent le tissu économique de trois quartiers situés à l’ouest de la ligne, qui comptent de nombreux emplois de cadres. Les fonctions industrielles et support (logistique…) caractérisent trois autres quartiers où les emplois d’ouvriers sont plus présents. Parmi les actifs occupés résidents de ces quartiers, la moitié privilégient les transports en commun pour se rendre au travail.

La future ligne 15 sud du Grand Paris Express desservira 16 gares au sud de Paris (Le Grand Paris Express et les quartiers de gare). Afin d’être capable de mesurer l’impact économique qu’aura dans le futur ce nouveau réseau de transport dans les quartiers qui accueilleront ces gares, il est nécessaire de connaître leur tissu économique actuel.

Fin 2012, ces 16 quartiers de gare comptent environ 140 000 emplois salariés, soit un quart de l’emploi salarié de l’ensemble des communes traversées par la ligne 15 sud (figure 1). Quatre quartiers, dont trois situés à l’ouest de cette ligne, concentrent la moitié de ces emplois : Pont de Sèvres, Châtillon-Montrouge, Créteil-l’Échat et Issy RER.

Outre le nombre d’emplois offerts, les quartiers diffèrent également par leur caractère plutôt résidentiel ou professionnel, ainsi que par leur orientation économique. Les quartiers Pont de Sèvres, Créteil-l’Échat et Les Ardoines ont une vocation essentiellement professionnelle : le nombre d’emplois y est deux fois plus élevé que le nombre d’actifs occupés résidents. À l’inverse, les autres quartiers sont plutôt résidentiels, en particulier Fort d’Issy-Vanves-Clamart et Vitry Centre.

L’analyse des activités selon cinq fonctions majeures (Une nomenclature d'activité spécifique pour décrire le tissu économique des quartiers de gare du Grand Paris) permet d’identifier quatre « types » de quartiers. Les trois premiers sont caractérisés par une activité dominante tandis que le quatrième est plus diversifié (figure 2).

Figure_1 – Quatre quartiers concentrent la moitié des emplois

Nombre d'emplois salariés et nombre d'actifs occupés résidents par quartier de gare de la ligne 15 sud
Quatre quartiers concentrent la moitié des emplois
Emplois salariés Actifs occupés résidents
Pont de Sèvres 26 700 11 900
Issy RER 12 300 16 600
Fort d'Issy-Vanves-Clamart 3 300 9 200
Châtillon-Montrouge 16 000 13 700
Bagneux M4 5 400 8 900
Arcueil-Cachan 7 900 6 500
Villejuif-IGR 5 000 4 600
Villejuif-Louis Aragon 9 300 10 800
Vitry Centre 5 300 11 600
Les Ardoines 5 300 3 000
Le Vert de Maisons 7 900 8 100
Créteil-l’Échat 15 400 7 700
Saint-Maur–Créteil 5 600 7 900
Champigny Centre 4 700 7 100
Bry-Villiers-Champigny 3 200 2 800
Noisy-Champs 6 100 8 800
  • Sources : Insee, Clap 2012 (emplois salariés au lieu de travail), recensement de la population 2011 (actifs occupés au lieu de résidence)

Figure_1 – Quatre quartiers concentrent la moitié des emplois

Figure_2 – Six quartiers orientés vers les services publics (Répartition des quartiers de gare de la ligne 15 sud en 4 groupes, selon le principal secteur d'activité des établissements implantés dans le quartier)

Six quartiers orientés vers les services publics (Répartition des quartiers de gare de la ligne 15 sud en 4 groupes, selon le principal secteur d'activité des établissements implantés dans le quartier)
Quartiers de gare Activités dominantes* Catégories socioprofessionnelles dominantes*
Groupe 1 : Services publics Villejuif-IGR Activités liées à la santé Professions intermédiaires
Villejuif-Louis Aragon Activités liées à la santé Employés, Professions intermédiaires
Vitry Centre Administration publique Employés
Créteil-l’Échat Activités liées à la santé, Administration publique Professions intermédiaires, Employés
Champigny Centre Administration publique Employés
Noisy-Champs Enseignement Employés, Cadres
Groupe 2 : Fonctions tertiaires supérieures Pont de Sèvres Publicité et études de marché, Sièges sociaux, Informatique Cadres
Issy RER Sièges sociaux, Informatique Cadres
Châtillon-Montrouge Informatique Cadres
Groupe 3 : Fonctions industrielles et support Les Ardoines Transport, Industrie pharmaceutique Professions intermédiaires
Le Vert de Maisons Commerce de gros, Travaux de construction spécialisés, Industrie pharmaceutique Ouvriers
Bry-Villiers-Champigny Commerce de gros, Travaux de construction spécialisés Employés
Groupe 4 : Activités diversifiées Fort d'Issy-Vanves-Clamart Informatique, Travaux de construction spécialisés Cadres, Professions intermédiaires
Bagneux M4 Travaux de construction spécialisés, Electricité et Gaz Cadres
Arcueil-Cachan Administration publique, Informatique, Enseignement Employés
Saint-Maur–Créteil Activités immobilières, Enseignement Employés
  • * En termes de nombre d'emplois salariés offerts dans le quartier.
  • Source : Insee, Clap 2012

Six quartiers orientés vers les services publics

Six quartiers de gare (groupe 1), dont cinq situés dans le Val-de-Marne, se caractérisent par une prédominance des activités relevant du secteur public : Villejuif–Institut Gustave-Roussy (IGR), Villejuif–Louis Aragon, Vitry Centre, Créteil-l’Échat, Champigny Centre et Noisy-Champs (figure 3). Les établissements ayant une activité de « services publics » génèrent dans ces quartiers 30 800 emplois, soit 67 % des emplois du groupe 1 (contre 29 % dans l’ensemble des 16 quartiers et 24 % en petite couronne).

Parmi ces services publics, les activités liées à la santé concernent 30 % des emplois du groupe 1. Elles sont dominantes à Créteil-l’Échat, Villejuif-IGR et Villejuif–Louis Aragon du fait de l’implantation de grands hôpitaux (Henri Mondor, Institut Gustave- Roussy, Paul Giraud et Paul Brousse). Les deux quartiers de gare de Villejuif s’inscrivent par ailleurs dans le contrat de développement territorial (CDT) « Campus Sciences et Santé » (Les contrats de développement territorial) qui a pour ambition de favoriser l’émergence d’un pôle santé d’envergure mondiale.

L’administration publique (d’État et locale) regroupe 19 % des emplois du groupe 1. Dans les quartiers de Vitry Centre et Champigny Centre, plus d’un emploi salarié sur trois relève de ce secteur. Contrairement aux autres quartiers de gare de la ligne 15 sud, ces deux quartiers correspondent à un centre-ville, où se situent le plus souvent les services publics, notamment les mairies.

L’enseignement est également un secteur bien représenté parmi les emplois de ce groupe (14 %), en particulier à Noisy-Champs où il concerne un emploi sur deux. Ce quartier comprend notamment, en plus des établissements scolaires primaires et secondaires, l’université de Marne-la-Vallée et des écoles nationales (telles que celle des Ponts et Chaussées).

Figure_3 – Les quartiers du tertiaire supérieur concentrés à l'ouest, des services publics plus présent à l'est (Répartition de l'emploi salarié selon les cinq grandes fonctions d'activité, pour les 16 quartiers de gare de la ligne 15 sud)

  • Note : la taille des ronds est proportionnelle au nombre d'emplois salariés dans les quartiers de gare (indiqué en gras pour chaque quartier)..
  • Source : Insee, Clap 2012, traitement Apur

Trois quartiers orientés vers le tertiaire supérieur à l’ouest de la ligne 15 sud

Les quartiers de Pont de Sèvres, Issy RER et Châtillon-Montrouge (groupe 2) se distinguent par une forte présence d’activités relevant des « fonctions tertiaires supérieures ». Dans ces trois quartiers, ces activités regroupent 26 900 emplois, soit un emploi sur deux (contre un quart dans l’ensemble des 16 quartiers de gare de la ligne 15 sud et en petite couronne).

Dans ces quartiers, l’activité informatique est bien implantée : plusieurs entreprises font partie du pôle de compétitivité « Cap Digital » dont la finalité est le développement de l’économie numérique et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) en Ile-de-France. Les activités de sièges sociaux et conseil de gestion sont très présentes dans les quartiers de Pont de Sèvres et Issy RER. Le secteur publicité et études de marché contribue également à l’orientation tertiaire supérieur des quartiers de Châtillon-Montrouge et Pont de Sèvres. Enfin, le secteur bancaire, les assurances et l’édition sont également des activités bien représentées dans ces quartiers.

Trois quartiers du Val-de-Marne orientés vers les fonctions industrielles et support

Les fonctions industrielles et support sont majoritaires dans trois quartiers du Val-de-Marne (groupe 3) : Les Ardoines, Le Vert de Maisons et Bry-Villiers-Champigny. Avec 8 900 salariés, ces activités représentent 54 % des emplois dans ces trois quartiers (contre 24 % dans l’ensemble des 16 quartiers de gare et 28 % en petite couronne). Parmi ces fonctions, le commerce de gros (notamment de produits pharmaceutiques et de boissons), l’industrie pharmaceutique et les transports terrestres sont les activités les plus significatives ou représentées en termes d'emplois.

Quatre quartiers au tissu économique diversifié

Dans les quatre autres quartiers (Fort d’Issy-Vanves-Clamart, Bagneux M4, Arcueil-Cachan et Saint-Maur–Créteil), la répartition de l’emploi est assez équilibrée entre les cinq grandes fonctions, avec cependant quelques spécificités locales. Dans le quartier de Fort d’Issy, plus d’un tiers des emplois sont rattachés aux fonctions tertiaires supérieures. À Bagneux M4, les activités liées aux fonctions industrielles et support offrent quatre emplois sur dix. À Arcueil-Cachan et Saint-Maur–Créteil, un emploi sur trois dépend des services publics.

Les fonctions commerciales et de services de proximité et les services d’appui au tertiaire : plus en retrait

Les activités liées aux fonctions commerciales et de services de proximité sont moins influentes, ne représentant que 14 % des emplois des 16 quartiers de gare. Cependant, ces activités ne sont pas négligeables dans certains quartiers, comme par exemple Bry-Villiers-Champigny (commerce de détail), Saint-Maur–Créteil (activités immobilières) ou encore Arcueil-Cachan, Vitry Centre et Bagneux M4 qui sont des centres-villes anciens.

Les activités de services d’appui au tertiaire représentent seulement 6 % des emplois de l’ensemble des quartiers de gare, mais elles sont davantage présentes dans les quartiers du Vert de Maisons, d’Arcueil-Cachan et de Châtillon-Montrouge. Il s’agit le plus souvent d’activités de services relatifs aux bâtiments et à l’aménagement paysager tels que le nettoyage de bâtiments.

Plus de cadres dans les quartiers orientés vers le tertiaire supérieur

Dans les trois quartiers orientés vers le tertiaire supérieur, 46 % des emplois sont occupés par des cadres, contre un sur trois dans l’ensemble des 16 quartiers de gare ainsi qu’en petite couronne. En dehors de ce groupe, Noisy-Champs et Bagneux M4 comportent aussi de nombreux emplois de cadres (33 %).

Les employés sont surreprésentés dans les quartiers orientés vers les services publics (un emploi sur trois, contre un sur quatre dans l’ensemble des 16 quartiers et 27 % en petite couronne), notamment à Noisy-Champs et Vitry Centre. Mais c’est aussi le cas d'autres quartiers n’appartenant pas à ce groupe : Saint-Maur–Créteil et Bry-Villiers-Champigny, où les employés travaillent principalement dans les fonctions commerciales et de services de proximité.

La part des ouvriers dans l’emploi est deux fois plus élevée que la moyenne dans les quartiers du groupe orienté vers les fonctions industrielles et support (32 % contre 17 % dans l’ensemble des 16 quartiers et 20 % en petite couronne). Dans le quartier du Vert de Maisons, la majeure partie des ouvriers travaillent dans le secteur du nettoyage, à Bry-Villiers-Champigny dans la construction et aux Ardoines dans le transport. À Vitry Centre ou Champigny Centre, les ouvriers sont le plus souvent agents techniques en mairie.

Un tiers des actifs occupés résidant dans les quartiers de gare de la ligne 15 sud travaillent à Paris

En 2011, 139 200 actifs occupés résident dans les quartiers de gare de la ligne 15 sud. Issy RER est le quartier qui en compte le plus grand nombre (16 600).

Parmi ces 139 200 actifs, un sur trois (soit 44 000 actifs) occupe un emploi à Paris, généralement dans l’arrondissement le plus proche de son lieu de résidence, et 30 % travaillent dans une commune francilienne hors Paris non rattachée aux quartiers de gare de la ligne 15 sud. Un peu plus du quart exercent une activité dans une des communes de rattachement du quartier de gare dans lequel ils résident. Enfin, 10 % d’entre eux, soit 14 300, travaillent dans une commune rattachée à un autre quartier de gare de la ligne 15 sud. Parmi eux, un tiers se dirige vers Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux ou Créteil. Ces 14 300 actifs sont probablement des futurs utilisateurs de la ligne 15 sud, tout comme ceux qui emprunteront cette ligne pour rejoindre une autre ligne du réseau métropolitain, les actifs non-résidents venant travailler dans les établissements situés au voisinage des gares, ou encore les usagers occasionnels.

Les quartiers de gare de la future ligne 15 sud ont vocation à se développer au cours des prochaines années, aussi bien sur le plan économique que démographique ; ceci devrait produire une hausse d’activité et une forte augmentation des déplacements sur cette ligne.

La moitié des actifs résidents utilisent les transports en commun pour aller travailler

La moitié des actifs occupés résidant dans les quartiers de gare de la ligne 15 sud utilisent les transports en commun (TC) pour rejoindre leur lieu de travail, soit un pourcentage équivalent à celui de la petite couronne. Cette valeur moyenne recouvre cependant de fortes disparités : elle varie de 26 % pour les actifs travaillant dans leur commune à 75 % pour ceux qui travaillent à Paris. Ces derniers privilégient les transports en commun « lourds » pour se déplacer (train, RER, métro ou tramway).

Onze quartiers de la ligne 15 sud sont d’ores et déjà desservis par au moins une gare de TC « lourd », dont les itinéraires de desserte incluent la traversée et l’arrêt dans Paris. L’utilisation des TC n’est pas seulement corrélée à l’existence d’un TC « lourd » dans le périmètre concerné. En effet, elle est conforme à la moyenne à Bagneux M4 et Vitry Centre, pourtant non desservis actuellement par un TC lourd, alors qu’elle est plus faible dans les autres quartiers non desservis (Villejuif-IGR, Champigny Centre et Bry-Villiers-Champigny). Bagneux M4 est très proche du quartier d’Arcueil-Cachan, desservi par le RER B, tandis que Vitry Centre dispose d’un réseau de bus à la fréquence de passage élevée et de la proximité du RER C. À l’inverse, les actifs résidents de certains quartiers de gare, pourtant équipés en TC « lourds », utilisent assez peu les TC pour aller travailler. C’est le cas notamment des actifs de Saint-Maur–Créteil, Pont de Sèvres et Fort d’Issy-Vanves-Clamart. Ces actifs travaillent plus souvent dans une commune rattachée à leur quartier de gare que ceux de l’ensemble des quartiers de gare de la ligne 15 sud. Par ailleurs, ils possèdent des revenus plus élevés et sont davantage motorisés.

Parmi les 14 300 actifs travaillant dans une commune rattachée à un autre quartier de gare de la ligne 15 sud, 46 % empruntent actuellement les TC. La proposition d’une nouvelle offre de transport en rocade agira vraisemblablement en faveur d’un accroissement de l’usage des TC, tout en réduisant les temps de parcours de ceux qui y ont déjà recours.

Les actifs venant travailler dans les quartiers de gare de la ligne 15 sud : d’autres utilisateurs potentiels de la ligne 15 sud

La ligne 15 sud sera également utilisée par de nombreux actifs ne résidant pas dans les quartiers de gare mais venant y travailler ou travaillant à proximité de ces quartiers. Plus de six emplois sur dix des quartiers de gare de la ligne 15 sud sont actuellement occupés par des actifs résidant hors d’une commune rattachée à ces quartiers. Ces actifs habitent le plus souvent à Paris ou dans une autre commune de la petite couronne.

Cette ligne desservira certaines villes constituant, d’ores et déjà, d'importants pôles d’emploi, vers lesquels convergent de nombreux actifs de toute la région, tels que Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux ou Créteil. Le développement de ces pôles induit par la mise en service de la ligne 15 sud devrait sans doute accroître les déplacements au sein des territoires des quartiers de gare.

Encadrés

Le Grand Paris Express et les quartiers de gare

Le métro du Grand Paris Express (GPE) est un projet de transport qui va transformer la desserte et l’accessibilité de la future métropole du Grand Paris à l’horizon 2030. Il prévoit la création de 72 nouvelles gares, réparties entre quatre nouvelles lignes (15, 16, 17 et 18) et deux extensions de lignes existantes (11 et 14).

La ligne 15 sud constitue un axe de rocade sud proche de Paris, permettant de désencombrer les réseaux de transport en commun en cœur d’agglomération. Elle relie, entièrement en souterrain, 16 gares de Pont de Sèvres à Noisy-Champs en 35 minutes. Ce tronçon de 33 km sera le premier à être mis en service en 2020. Dans 11 des 16 gares de cette ligne, le réseau du GPE viendra se connecter au réseau de transport « lourd » existant (RER, métro ou train).

Afin de préparer l’évaluation de l’impact économique et social de ce nouveau réseau de transport, la Société du Grand Paris (SGP), la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Ile-de-France (DRIEA) et l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) ont créé en 2013 un observatoire des quartiers de gare du Grand Paris, outil de connaissance et d’analyse dont la mise en œuvre a été confiée à l’Apur.

Dans le cadre de cet observatoire, le quartier de gare est défini comme étant le territoire compris dans un rayon de 800 mètres autour de l’emplacement de la future gare, accessible en 10 minutes à pied. Ces quartiers sont généralement constitués de parties de plusieurs communes ; ces communes sont appelées « communes de rattachement du quartier de gare ». Une même commune peut aussi être rattachée à plusieurs quartiers de gare.

Les contrats de développement territorial

Les contrats de développement territorial (CDT) sont destinés à favoriser le développement des territoires stratégiques du Grand Paris. Ils sont conclus entre l’État et les territoires concernés pour une durée de 15 ans.

14 des 16 gares de la ligne 15 sud font partie d'un périmètre de CDT dans lequel des projets de contruction de logements et d'activité sont programmés.

Les territoires des CDT qui jalonnent cette ligne, Cœur Descartes, Boucles de la Marne, Grande Ardoines, Campus Sciences et Santé et Grand Paris Seine ouest, fondent le principe d’un développement économique important à l’horizon 2030.

Une nomenclature d’activité spécifique pour décrire le tissu économique des quartiers de gare du Grand Paris

Afin de mieux cerner les problématiques liées au développement du métro du Grand Paris et au fonctionnement d’une métropole, l’Apur et l’Insee ont procédé à un regroupement des activités selon les cinq fonctions majeures suivantes.

Figure_E1 –

Regroupement d'activités
1. Fonctions industrielles et support Agriculture - Commerce de gros - Construction - Industrie - Transport et entreposage
2. Fonctions commerciales et de services de proximité Commerce de détail - Commerce et réparation automobile - Hébergement et restauration - Activités immobilières - Agences de voyage - Arts, spectacles et activités récréatives - Services personnels - Organisations associatives
3. Services publics Administration publique - Enseignement - Santé - Action sociale
4. Fonctions tertiaires supérieures Information et communication - Activités financières et d'assurance - Recherche/Développement - Sièges sociaux et conseil en gestion - Publicité et études de marché - Activités juridiques et comptables - Ingénierie, architecture, contrôle et analyse technique
5. Services d'appui au tertiaire Activités de location et location-bail - Activités liées à l'emploi - Enquêtes et sécurité - Services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager - Activités administratives et autres activités de soutien aux entreprises - Autres activités spécialisées scientifiques et techniques

    Sources

    Les données concernant les établissements et les emplois salariés des quartiers de gare sont issues de Clap (Connaissance locale de l’appareil productif) au 31 décembre 2012. Le dispositif Clap permet de dénombrer et de localiser les établissements et les emplois salariés à un niveau géographique fin et par secteur d’activité détaillé.

    Les données concernant les déplacements domicile-travail autour des quartiers de gare sont issues du recensement de la population 2011.

    Les données utilisées étant géolocalisées à l’adresse, l’étude porte sur le périmètre exact du quartier de gare (disque d’un rayon de 800 mètres autour de la gare) tel qu’il est défini dans l’encadré « Le Grand Paris Express et les quartiers de gare ». Cependant, ce n’est pas le cas des données concernant le lieu de travail des actifs résidant dans les quartiers de gare, issues du recensement de la population : d’après cette source, on ne peut pas savoir si un actif travaille dans le périmètre exact du quartier de gare (seule la commune du lieu de travail est disponible).

    Pour en savoir plus

    En complément à cette étude : Fiches profils des 16 quartiers de gare à consulter sur http://www.insee.fr/ile-de-france

    « Analyse croisée des 16 quartiers de gare de la ligne 15 sud », Observatoire des quartiers de gare du Grand Paris, Apur, juillet 2014.

    « Les quartiers de gare du Centre Essonne-Seine-Orge : attractifs et structurants », Insee Ile-de-France à la page n° 419, mars 2014.