Moins d'actifs dans le Rhin supérieur à l'horizon 2030

Marie-José Durr, Audrey Isel, Marie-Laure Kayali

Au sein du Rhin supérieur, les marchés du travail restent surtout nationaux. Néanmoins, en 2011, près de 100 000 personnes franchissent quotidiennement une frontière pour aller travailler, les Alsaciens en constituant la majorité avec 58 000 frontaliers. C’est la Suisse du Nord-Ouest qui est la plus attractive : 34 000 Alsaciens et autant de Bade-Wurtembergeois y occupent un emploi. À l’horizon 2030, le vieillissement de la population devrait conduire à des réajustements de ces marchés du travail. Quelle que soit la région considérée, le nombre d’actifs devrait baisser. L’Alsace et le Bade-Wurtemberg perdraient plus de 3 % d’actifs, la Suisse du Nord-Ouest 0,5 %.

À l’image de l’ensemble de l’Union européenne, le Rhin supérieur est confronté au vieillissement de sa population.

Les pyramides des âges de ses trois principaux territoires en témoignent : leurs bases se rétrécissent, tandis que leurs sommets s’élargissent, indiquant une diminution du nombre de jeunes et une augmentation de la population âgée. Des différences notables existent cependant d’un territoire à l’autre. L’Alsace se démarque de ses voisins du Rhin supérieur par une stabilité des classes d’âge les plus jeunes à un niveau relativement élevé. Les moins de 5 ans représentent 5,9 % de la population alsacienne en 2011 et les moins de 15 ans 17,9 %. En Suisse du Nord-Ouest et dans le Bade-Wurtemberg, la faiblesse des taux de natalité creuse la base des pyramides des âges depuis deux décennies : les moins de 5 ans ne constituent plus que 4,8 % et 4,3 % de leurs populations respectives. Dans ces deux territoires, la part des moins de 15 ans est inférieure à celle des plus de 65 ans. En 2011, celle des plus de 65 ans atteint 19,5 % dans le Bade-Wurtemberg. En Suisse du Nord-Ouest, elle s’élève à 17,8 % et seulement 15,9 % en Alsace. Pour les plus de 80 ans, les territoires présentent le même profil : leur part est d’environ 5 %. De même, la part de femmes de plus de 65 ans est de quatre à cinq points supérieure à celle des hommes et elle est plus élevée de trois points lorsqu’on considère les plus de 80 ans, reflétant les écarts d’espérance de vie entre les deux sexes.

À l’horizon 2030, la population du Rhin supérieur augmenterait dans des proportions très différentes d’un territoire à l’autre.

Celle de la Suisse du Nord-Ouest progresserait de 10,1 %. Dans le même temps, la population alsacienne croîtrait de 7,2 %, soit 5 points de plus que celle du Bade-Wurtemberg. Dans tous ses territoires, la population du Rhin supérieur continuerait de vieillir, avec un accroissement important des plus de 65 ans au détriment des actifs. Avec l’allongement de la durée de vie, mais surtout avec l’arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom, la part des plus de 65 ans dans la population devrait gagner de six à huit points à l’horizon 2030. La progression des seniors serait la plus forte en Suisse du Nord-Ouest (+ 8,4 points entre 2011 et 2030), en particulier pour les hommes. Au final, en 2030, le quart de la population du Rhin supérieur aurait plus de 65 ans : la part la plus faible serait toujours observée en Alsace (23,0 %), tandis qu’elle deviendrait la plus élevée en Suisse du Nord-Ouest (26,2 %). Alors que les 15-64 ans représentaient les deux tiers de la population de chaque territoire en 2011, leur part diminuerait de cinq à sept points à l’horizon 2030. Les classes d’âge les plus jeunes se maintiendraient.

Figure 1 – La population en Alsace

  • Source : Insee, RP2011 exploitation principale, Omphale 2010.

Figure 2 – La population du Bade-Wurtemberg

  • Source  : Office statistique du Bade-Wurtemberg, estimation sur la base du recensement de la population 2011.

Figure 3 – La population de Suisse du Nord-Ouest

  • Source : Office fédéral de la statistique (OFS).

Les marchés du travail restent surtout nationaux

Avec un taux d’activité des 15 à 64 ans de 78,1 %, les trois territoires comptent plus de sept millions d’actifs (actifs occupés et chômeurs). La Suisse du Nord-Ouest détient le plus fort taux d’activité (81,2 %), devant le Bade-Wurtemberg (78,1 %) et l’Alsace (73,7 %). Cet espace aux caractéristiques économiques hétérogènes génère des mouvements d’actifs : chaque jour près de 100 000 personnes franchissent une frontière pour travailler dans un pays voisin. La Suisse du Nord-Ouest est la plus attractive pour les Alsaciens comme pour les Bade-Wurtembergeois (34 000 frontaliers dans les deux cas). Ces deux flux représentent chacun 4 % des 828 000 emplois de Suisse du Nord-Ouest ; 2,9 % sont pourvus par des actifs extérieurs au Rhin supérieur.

Le Bade-Wurtemberg propose 5,7 millions d’emplois et accueille 24 000 actifs alsaciens, soit seulement 0,4 % de l’ensemble des emplois du land. En revanche, 18,7 % des emplois sont occupés par des actifs résidant hors Rhin supérieur. Sur les 755 000 emplois d’Alsace, 0,3 % sont pourvus par des Bade-Wurtembergeois et 3,9 % par des actifs résidant en dehors du Rhin supérieur. Le poids de ces mouvements pour la population active résidente est le plus important en Alsace. Parmi ses 800 000 actifs, 2,9 % travaillent dans le land voisin et 4,2 % dans les cantons suisses du nord-ouest.

Figure 4 – Des marchés du travail surtout nationaux

  • Lecture : dans la figure de gauche, les cercles représentent la population active occupée résidente et les flèches la part de cette population qui va travailler dans un autre territoire.
  • À l'inverse, dans la figure de droite, les cercles représentent les emplois sur chaque territoire et les flèches la part de ces emplois occupés par des actifs résidant hors du territoire.
  • Sources : Offices statistiques nationaux et régionaux, Office du travail du Bade-Wurtemberg.

Des taux d’activité variables selon les territoires pour les femmes, les jeunes et les seniors

En 2011, la part d’actifs parmi les 15-19 ans en Alsace est en deçà de celle observée chez ses voisins : 21,9 %, contre 34,0 % dans le Bade-Wurtemberg et 43,9 % en Suisse du Nord-Ouest. Cet écart est plus marqué pour les jeunes femmes. Leur taux d’activité en Alsace ne dépasse pas 18 %, soit 9 points de moins que celui des hommes. Cette différence est deux fois plus faible en Suisse du Nord-Ouest et quatre fois plus faible dans le Bade-Wurtemberg. Passé 20 ans, les écarts entre territoires diminuent nettement. En Alsace les actifs représentent 70,9 % des 20-24 ans, soit un point de plus que dans le Bade-Wurtemberg, mais 6 points de moins qu’en Suisse du Nord-Ouest .

Au sein des classes d’âge intermédiaires, de 25 à 54 ans, le taux d’activité dépasse largement 80 % en 2011 dans le Rhin supérieur. Il s’élève à 90,8 % en Alsace et à 87,0 % dans les deux autres territoires. Cet écart s’explique essentiellement par le taux d’activité des femmes qui est relativement plus élevé en Alsace (86,7 %), soit 5 points au-dessus du Bade-Wurtemberg et de la Suisse du Nord-Ouest. Cette différence se fait surtout chez les 30-44 ans (de quatre à neuf points de différence). Si globalement les Alsaciens sont les plus actifs, les Bade-Wurtembergeois le sont après 50 ans.

Le taux d’activité des seniors alsaciens est ensuite très inférieur à celui de ses voisins. En 2011, il n’est que de 25,1 % en Alsace pour les 55-79 ans, alors qu’il est de 34,2 % dans le Bade-Wurtemberg et de 37,7 % en Suisse du Nord-Ouest. Le taux d’emploi des seniors est faible en Alsace et les départs en retraite sont globalement plus précoces que dans les territoires voisins. Moins de la moitié des Alsaciens de 55 à 64 ans sont actifs (45,2 %), tandis que les deux tiers de la population de cet âge le sont dans le Bade-Wurtemberg et en Suisse du Nord-Ouest. Mais dans ces deux territoires l’activité des femmes âgées de 55 à 64 ans est inférieure de 17 à 19 points à celle des hommes du même âge. Cette différence n’est que de 7 points en Alsace.

Figure 5 – Taux d'activité en 2011

Sources : Insee, RP2011 ; Office statistique du Bade-Wurtemberg ; Office fédéral de la statistique suisse.

Diminution de la population active à l’horizon 2030

Dans le Rhin supérieur la population active parmi les 15-79 ans diminuerait à l’horizon

2030 . Cette tendance serait plus marquée dans le Bade-Wurtemberg et en Alsace (- 3,5 %) qu’en Suisse du Nord-Ouest (- 0,5 %) et concernerait davantage les femmes que les hommes. Entre 2011 et 2030, la population active du Bade-Wurtemberg perdrait ainsi 193 000 personnes, en recul de 6,7 % pour les femmes et de 0,7 % pour les hommes. L’Alsace verrait quant à elle sa population active diminuer de 30 000 personnes et la Suisse du Nord-Ouest de 4 000.

Dans ces deux territoires, le recul du nombre d’actifs serait imputable aux deux tiers à la baisse de la population active féminine.

Cette baisse du nombre d’actifs à l’horizon 2030 concernerait particulièrement les 40-54 ans en raison du vieillissement des générations du baby-boom. Ainsi, dans le Bade-Wurtemberg, on dénombrerait 390 000 actifs de moins parmi les 40-54 ans entre 2011 et 2030 (- 17,2 %), une baisse en volume deux fois plus importante que pour l’ensemble de la population. En Suisse du Nord-Ouest, la réduction du nombre d’actifs au sein de cette tranche d’âge (- 21 000 personnes) serait même cinq fois plus importante que parmi la population prise dans son ensemble. L’Alsace perdrait 33 000 actifs parmi les 40-54 ans (- 9,1 %). La progression du nombre d’actifs d’autres tranches d’âge compenserait en partie ces baisses.

Figure 6 – Moins d'actifs en 2030

Moins d'actifs en 2030
Population active
en 2011 en 2030 Évolution 2011-2030 (en %)
Alsace 910 400 880 800 -3,3
Bade-Wurtemberg 5 521 000 5 328 400 -3,5
Suisse du Nord-Ouest 769 100 765 300 -0,5
  • Champ : actifs occupés et chômeurs âgés de 15 à 79 ans.
  • Sources : Insee, RP2011 et Omphale 2010 ; Office statistique du Bade-Wurtemberg ; Office fédéral de la statistique Suisse.

Figure 7 – La population active en Alsace

  • Source : Insee, RP2011 exploitation principale, Omphale 2010

Figure 8 – La population active du Bade-Wurtemberg

  • Source : Office statistique du Bade-Wurtemberg, estimation sur la base du recensement de la population 2011.

Figure 9 – La population active de Suisse du Nord-Ouest

  • Source : Office fédéral de la statistique (OFS).

Vers plus de seniors dans la population active

Dans l’ensemble du Rhin supérieur, les seniors auraient un poids plus important dans la population active à l’horizon 2030 : + 1,3 point en Alsace pour les 55-79 ans, + 3,6 points en Suisse du Nord-Ouest et + 4,2 dans le Bade-Wurtemberg. L’Alsace compterait ainsi 7 000 actifs de plus dans cette tranche d’âge (+ 6,8 %), la Suisse du Nord-Ouest 27 000 (+ 19,7 %) et le Bade-Wurtemberg 189 000 (+ 19,5 %).

Parmi les moins de 25 ans, le nombre d’actifs serait légèrement en baisse en Alsace (- 0,9 %) et leur part dans la population active progresserait de 0,3 point pour atteindre 12,3 %. Le Bade-Wurtemberg et la Suisse du Nord-Ouest auraient également à faire face à une baisse du nombre de leurs jeunes actifs : respectivement 90 000 et 8 000 de moins (- 13,5 % et - 7,7 %). Mais le poids des plus jeunes dans l’ensemble de la population active diminuerait alors d’un point dans ces deux territoires, pour s’établir à 10,8 % dans le Bade-Wurtemberg et à 12,0 % en Suisse du Nord-Ouest.

Sources

Bade-Wurtemberg

Le point de départ du calcul de la nouvelle projection de population en 2030 dans le Bade-Wurtemberg est le recensement de la population de 2011, calé au 31.12.2012 au niveau communal par âge et par sexe.

Dans le calcul des projections, sont pris en compte le niveau actuel de naissance de 1,4 enfant par femme, l’augmentation de l’âge moyen des mères à la naissance de près de 1,2 an, ainsi que l’augmentation de l’espérance de vie jusqu’en 2030 d’environ 2 ans à 81,4 ans pour les hommes et 85,7 ans pour les femmes. Intervient également dans le calcul des projections pour la variante principale un solde migratoire positif de 70 000 personnes observé durant l’année 2013, suivi d’un solde migratoire de 30 000 personnes jusqu’en 2020 et de 20 000 personnes jusqu’en 2030. Ces critères correspondent à ceux de la variante principale des prévisions du Land.

Source : Statistisches Landesamt Baden-Württemberg (Stala).

Suisse du Nord-Ouest

L’office fédéral suisse a calculé pour la troisième fois des scénarios d’évolution de la population des cantons basés sur les scénarios pour l’ensemble de la Suisse. L’intérêt et l’originalité de ces scénarios résident dans le fait qu’il s’agit bien d’une régionalisation de scénarios nationaux et pas seulement d’une agrégation de plusieurs scénarios régionaux ou d’une distribution des effectifs des scénarios nationaux entre différentes régions. En effet, ces scénarios démographiques cantonaux ont été calculés simultanément pour tous les cantons et réajustés à chaque pas de la projection sur les scénarios de l’évolution démographique de la Suisse. Cela a permis de garder des bilans démographiques cohérents pour chaque année de projection aussi bien au niveau des cantons qu ’au niveau de la Suisse.

Trois scénarios ont été calculés. Le scénario « moyen » (AR-00-2010), qui constitue le scénario de référence, prolonge les évolutions observées au cours des dernières décennies. L’indicateur conjoncturel de fécondité retenu pour les Suissesses et les ressortissantes de l’Espace Économique Européen sera en légère hausse (respectivement de 1,45 et de 1,47). L’âge moyen de lamère à la naissance restera constant, soit 31,5 ans pour les Suissesses et 31,1 ans pour les ressortissantes de l’Espace Économique Européen. L’espérance de vie à la naissance progressera aussi bien pour les hommes (83,7 ans pour les Suisses et 84,6 ans pour les ressortissants de l’Espace Économique Européen) que pour les femmes (87,7 ans pour les Suissesses et 88,1 ans pour les ressortissantes de l’Espace Économique Européen). Les migrations seront supérieures à celles de 2013.

Source : Office fédéral de la statistique suisse (OFS).

Alsace

Les projections 2007-2040 se fondent sur un modèle propre, baptisé Omphale 2010. Ce modèle est basé sur les populations départementales par sexe et âge au 1er janvier 2007, issues du recensement de la population. Il applique, pour chaque sexe et âge, des quotients d’émigration entre zones de départ et zones d’arrivée, ainsi que des quotients de fécondité et de mortalité. Les divers quotients sont déterminés en ne prenant en compte que les tendances de fécondité, de mortalité et de migrations observées par le passé. Ces projections ne peuvent donc s’assimiler à des prévisions : les hypothèses retenues ne sont pas probabilisées.

Les projections retenues sont celles du scénario dit central :

- la fécondité de chaque département est maintenue à son niveau de 2007 ;

- la mortalité de chaque département baisse au même rythme qu’en France métropolitaine où l’espérance de vie atteindrait 83,1 ans pour les hommes et 88,8 ans pour les femmes en 2040 ;

- les quotients migratoires entre départements, calculés entre 2000 et 2008, sont maintenus constants sur toute la période de projection. Ils reflètent les échanges de population entre départements. En ce qui concerne les échanges avec l’étranger, l’hypothèse métropolitaine (solde migratoire de + 100 000 personnes par an) est ventilée au prorata du nombre d’immigrants par département.

Ces projections sont ensuite calées sur la nouvelle projection de population métropolitaine centrale publiée par l’Insee en décembre 2010 (Chiffres pour l’Alsace n° 12).

Source : Institut national de la statistique et des études économiques (Insee Alsace).

Définitions

L’étude porte sur trois territoires : l'Alsace, la Suisse du Nord-Ouest et le land du Bade-Wurtemberg. En raison des difficultés liées à la disponibilité des données sur la population active, notamment en ce qui concerne les flux internes à l’Allemagne, le Pays de Bade et le Palatinat du Sud n’ont pu être isolés dans le champ de l’étude. Ce dernier ne correspond donc pas exactement au Rhin supérieur, qui inclut le Palatinat du Sud et uniquement le Pays de Bade au lieu de la totalité du land du Bade-Wurtemberg.

En 2012, le Bade-Wurtemberg compte 10,570 millions d’habitants, l’Alsace 1,860 million et la Suisse du Nord-Ouest 1,420 million. Le Pays de Bade, avec 2,420 millions d’habitants, représente 23 % de l’ensemble du land du Bade-Wurtemberg. Dans le Palatinat du Sud, qui fait partie du land de Rhénanie-Palatinat, résident 301 000 habitants.

En 2030, la population du Bade-Wurtemberg s'élèverait à 10,801 millions, celle d'Alsace à 1,986 et celle de la Suisse du Nord-Ouest à 1,550.

La population active en 2030 est obtenue en appliquant les taux d’activité 2011 par tranche d’âge quinquennale à la structure de la population estimée pour 2030.

Pour en savoir plus

Faits et chiffres 2014, Conférence Franco-Germano-Suisse du Rhin supérieur, novembre 2014.

Six millions d'habitants dans le Rhin supérieur, Chiffres pour l'Alsace n° 50, Insee Alsace, avril 2014.

Arbeiten beim Nachbarn, Statistisches Monatsheft Baden-Württemberg, novembre 2013, S. 5-13, Office statistique du Bade-Wurtemberg (STALA).

Grenzgänger im Oberrheingebiet, décembre 2013, Statistisches Amt Basel-Stadt (Office statistique de Bâle-Ville).