375 000 emplois salariés dans la logistique en Ile-de-France

Laure Omont, Insee Ile-de-France - François Graille, DRIEA - Avec la participation de Cyril Saugnac, Direccte Ile-de-France

La logistique dans son ensemble, regroupant les établissements du secteur logistique ainsi que les fonctions logistiques d’établissements dans d’autres secteurs, comptabilise 375 000 emplois salariés hors intérim en Ile-de-France en 2011, soit 7 % des emplois salariés franciliens. La majorité des salariés dans la logistique (hors métiers supports) travaille en dehors des secteurs logistiques, notamment dans le commerce et l’industrie. L’activité logistique est majoritairement ouvrière et masculine ; la part des emplois de cadres est en nette progression depuis 2004. Le recours à l’intérim des établissements de la logistique est plus fréquent que dans l’ensemble des secteurs franciliens. En Ile-de-France, sept salariés sur dix des établissements de la logistique sont concentrés dans onze zones bien spécifiques représentant au total 15 % du territoire. À l’échelle du Bassin parisien, la nature des activités varie du centre du territoire à la périphérie.

Assurer la gestion du flux physique des marchandises, du lieu de production jusqu’au consommateur final, ou pour ce qui est des déchets aux lieux de leur transformation, dans des délais optimaux et au meilleur rapport qualité/prix, tel est l’enjeu de la logistique. Champ relativement complexe, la logistique regroupe dans cette étude des activités de transports de marchandises sous toutes ses formes (terrestre, aérien, maritime), mais aussi des activités opérationnelles comme l’entreposage, le conditionnement et la manutention (Méthodologie).

Une meilleure connaissance de ce périmètre et des emplois associés est essentielle pour l’articulation des politiques publiques d’aménagement et de transport. La région Ile-de-France, du fait de son positionnement géographique et de l’importance de sa population, dispose de tous les attributs d’une grande région logistique européenne, dont un grand nombre de fonctionnalités multimodales (routier, ferroviaire, aéroportuaire et fluvial). Dans ce contexte, l’organisation du transport de marchandises et de la logistique induit des enjeux majeurs pour la région. Plus largement, à l’échelle du Bassin parisien, et notamment du « corridor » nord et de la Vallée de la Seine, l’un des enjeux essentiels du développement de l’économie logistique et des emplois associés repose sur une stratégie foncière adaptée intégrant un développement bien organisé des plateformes logistiques, selon une optique de développement durable.

En Ile-de-France, en 2011, 375 000 emplois salariés (hors intérimaires) sont inclus dans le périmètre au sens large de la logistique, soit 7 % des emplois salariés franciliens. Il s’agit des emplois des établissements dont la logistique constitue l’activité principale ou des métiers relevant de la fonction logistique dans d’autres secteurs. En effet, si les activités logistiques sont dominantes au sein d’établissements dont l’activité principale relève de la logistique, elles sont aussi largement déployées dans d’autres secteurs de l’économie. La fonction logistique regroupe des métiers spécifiques relevant du transport mais aussi de la manutention, de la préparation des commandes, de l’emballage ou encore de l’expédition dans les établissements spécialisés ou non en logistique.

60 % des métiers de la fonction logistique sont exercés dans des établissements dont ce n’est pas l’activité principale

En Ile-de-France, dans l’ensemble des secteurs, 313 300 salariés exercent un métier de la fonction logistique. Parmi eux, 186 800 (soit 60 %) ne travaillent pas dans un établissement des secteurs de la logistique (figure 1) : ce sont, par exemple, des magasiniers qualifiés dans le commerce ou des ouvriers qualifiés de la manutention, conducteurs de chariots élévateurs ou caristes dans l’industrie. Les 126 500 autres salariés (40 %) exercent un métier spécifique de la fonction logistique dans un établissement d’activité logistique comme les conducteurs routiers dans un établissement de transports routiers de fret. Trois métiers regroupent à eux seuls un tiers des 313 300 salariés : conducteurs routiers et grands routiers ; conducteurs livreurs, coursiers ; ouvriers du tri, de l’emballage et de l’expédition non qualifiés. Par ailleurs, 60 000 salariés faisant pourtant partie de la logistique exercent des métiers autres que ceux de la fonction logistique : ces métiers sont qualifiés de métiers supports, comme les emplois administratifs ou informatiques des établissements spécialisés.

Assez logiquement, les métiers de la fonction logistique sont majoritaires dans les secteurs éponymes (68 %). Néanmoins, ils sont également présents dans les autres secteurs, dès lors que les activités sont liées à la gestion de flux physiques (matières premières, produits semi-finis et finis). Ainsi, 9 % des salariés font partie de la fonction logistique dans le commerce (figure 2). Dans le commerce de gros, en particulier, les métiers de la fonction logistique sont nombreux et représentent 14 % des métiers du secteur (14 % des emplois du commerce de gros sont des métiers de la fonction logistique). En effet, la phase de distribution liée au commerce fait partie du flux aval de la chaîne logistique et peut impliquer diverses étapes d’entreposage ou de transit. Le flux amont de la chaîne, quant à lui, est davantage transversal aux secteurs industriels (réception de matières, stockages de produits industriels). Ainsi, dans l’industrie, 7 % des métiers font partie de la fonction logistique, en particulier dans l’industrie chimique (11 %), le travail du bois, les industries du papier et imprimerie (10 %) et dans la fabrication de matériel de transport (8 %).

Figure_1 – 313 300 salariés exercent un métier de la fonction logistique dans l’ensemble des secteurs de l’économie francilienne

  • Champ : emploi salarié hors intérim.
  • Sources : Insee, Clap et DADS 2011

Figure_2 – Le commerce et l’industrie : secteurs utilisateurs de métiers de la fonction logistique

Le commerce et l’industrie : secteurs utilisateurs de métiers de la fonction logistique
Nombre d'emplois salariés Ensemble des métiers de la fonction logistique Part des métiers de la fonction logistique (en %)
Agriculture 4 400 300 6,7
Commerce, dont : 689 000 60 700 8,8
Commerce et réparation d'automobiles et de motocycles 60 000 5 800 9,7
Commerce de gros 295 100 40 200 13,6
Commerce de détail, à l'exception des automobiles et des motocycles 333 900 14 700 4,4
Construction 265 000 6 900 2,6
Industrie 465 300 32 100 6,9
Services marchands, dont : 2 521 200 208 400 8,3
Établissements de la logistique 186 500 126 500 67,8
Hors établissements de la logistique 2 334 700 81 900 3,5
Services non marchands 1 458 600 4 900 0,3
Total hors logistique 5 217 000 186 800 3,6
Total 5 403 500 313 300 5,8
  • Sources : Insee, Clap et DADS 2011

Des ouvriers nombreux, mais la part des cadres est en nette progression

En 2011, les ouvriers sont plus nombreux dans les établissements logistiques que dans l’ensemble des autres services marchands (40 % contre 15 %). Ainsi, le salaire horaire brut médian dans la logistique est inférieur à celui des autres services marchands (15 € contre 18 €). En particulier, les métiers de la fonction logistique sont moins bien rémunérés dans les établissements de la logistique. En effet, à catégorie socioprofessionnelle équivalente, le salaire horaire brut médian est un peu plus faible pour les métiers de la fonction logistique exercés dans les établissements logistiques que dans les autres secteurs. Pour les professions intermédiaires de la logistique, par exemple, il est de 16 € dans les établissements de la logistique contre 20 € dans les autres services marchands. En revanche, les professions intermédiaires, les employés et les ouvriers ayant un métier support dans un établissement du secteur de la logistique sont mieux rémunérés pour le même métier que dans les autres secteurs. Par ailleurs, parmi les catégories socioprofessionnelles, la part des cadres a augmenté dans la logistique, passant de 13,5 % à 18 % entre 2004 et 2011. Cette progression est un peu plus forte que dans les services marchands.

La logistique plus masculine et moins jeune que les autres services marchands

Les hommes représentent 71 % des salariés des établissements de la logistique contre 55 % dans les services marchands. Les métiers de la fonction logistique sont encore plus masculins (78,5 %).

Les salariés des secteurs de la logistique sont un peu moins jeunes que ceux des autres services marchands. En effet, les moins de 40 ans y représentent 45 % des salariés contre 52 % dans les autres services marchands. Le segment des services de la logistique est celui dont les salariés sont les plus âgés : 62 % d’entre eux ont plus de 40 ans. Ceci peut s’expliquer en partie par le fait que la part des plus de 40 ans dans les métiers de La Poste (très présents dans ce segment) dépasse les 59 %.

8 800 établissements employeurs en Ile-de-France

Les 8 800 établissements de la logistique regroupent près de 190 000 salariés hors intérimaires, soit 3,5 % de l’emploi salarié francilien. Il existe par ailleurs environ 11 000 établissements actifs sans salarié dont l’activité principale relève de la logistique. Plus de la moitié d’entre eux exercent dans le transport routier de fret interurbain ou de proximité, comme les chauffeurs routiers qui travaillent à leur compte.

En France métropolitaine, un quart des intérimaires des établissements de la logistique est concentré en Ile-de-France

Avec 14 300 emplois intérimaires (en équivalent temps plein) en mission dans des établissements de la logistique en 2011, l’Ile-de-France concentre un quart des intérimaires français travaillant dans des établissements de la logistique contre 18 % dans l’ensemble des secteurs (figure 3). Cependant, tous les intérimaires du périmètre de la logistique ne sont pas pris en compte ici, car ceux exerçant des métiers logistiques dans d’autres secteurs ne peuvent pas être repérés.

Le recours à l’intérim est plus fréquent dans les établissements de la logistique : en effet, le taux de recours y atteint 7 % alors qu’il n’est que de 2,3 % en moyenne pour l’ensemble des secteurs en Ile-de-France. L’intérim est une pratique très utilisée dans le conditionnement et l’entreposage où un salarié sur cinq est intérimaire alors qu’elle reste plus exceptionnelle dans le segment des services (2 %).

Figure_3 – 14 300 emplois intérimaires dans les établissements logistiques franciliens en 2011

14 300 emplois intérimaires dans les établissements logistiques franciliens en 2011
Nombre moyen d'intérimaires (EETP*) en Ile-de-France Part des emplois franciliens en France (en %)  Taux de recours à l'intérim** (en %)
Logistique terrestre 4 500 23,2 6,3
Logistique aérienne 1 100 69,6 4,8
Logistique portuaire et maritime 100 18,4 5,5
Affrètement et organisation des transports 1 900 32,1 9,0
Conditionnement et entreposage 5 600 24,5 20,1
Services 1 100 28,5 1,9
Total logistique 14 300 26,4 7,0
Ensemble des secteurs 101 900 17,7 2,3
  • * Emplois en équivalent temps plein (en cours de période) : nombre total d'heures travaillées divisé par la moyenne annuelle des heures travaillées dans des emplois à plein temps. Sur l'année, 45 semaines de travail sont retenues pour le calcul de cet indicateur.
  • ** Nombre d'intérimaires (en équivalent temps plein) employés pour 100 salariés (champ Clap 2011 hors fonction publique).
  • Lecture : en Ile-de-France, pour 100 salariés employés, on compte 2,3 intérimaires.
  • Sources : Dares, Pôle emploi

Sept emplois salariés sur dix des établissements de la logistique concentrés sur 15 % du territoire francilien

Une étude portant sur le renouvellement du parc d’entrepôts en Ile-de-France (DRIEA, Samarcande, juin 2013) a permis de distinguer onze territoires spécifiques de la logistique, au sens où ils répondent à un ensemble de critères combinant en particulier homogénéités fonctionnelle et économique des zones de marché de l’immobilier logistique, présence d’entrepôts, desserte routière et continuités territoriales (Cf. données complémentaires sur insee.fr). Depuis 1980, presque 85 % des constructions d’entrepôts y ont été réalisées alors que les communes concernées par ces territoires, au nombre d’environ 200, ne représentent qu’un peu moins de 15 % de la superficie de la région. Il s’avère par ailleurs qu’il s’y concentre sept emplois salariés sur dix des établissements de la logistique. Le territoire du grand Roissy est particulièrement dense en emplois logistiques puisque 18 % des effectifs salariés y travaillent dans cette activité contre 6 % en moyenne dans l’ensemble des onze territoires (figure 4). Ce territoire est la porte d’entrée de l’Ile-de-France depuis le « corridor » nord. En outre, la logistique aérienne, l’affrètement et l’organisation des transports sont très présents autour de Roissy.

Figure_4 – Sept emplois sur dix des établissements de la logistique sont concentrés sur 15 % du territoire francilien

  • Périmètres DRIEA, Samarcande.
  • Source : Insee, Clap 2011

Une plus forte concentration d’activités logistiques en grande couronne

Paris et la petite couronne regroupent seulement 55 % des salariés franciliens des établissements de la logistique (dont 14 % à Paris et plus de 17 % en Seine-Saint-Denis) alors qu’ils concentrent 68 % de l’emploi total francilien. Les services et l’affrètement des transports sont davantage présents au coeur de l’agglomération parisienne, le conditionnement et l’entreposage, spécialités consommatrices d’espace, davantage en grande couronne.

Au sein des établissements de la logistique, les métiers logistiques occupent les trois quarts des salariés en grande couronne contre 60 % à Paris. En effet, avec la présence des sièges sociaux dans la capitale, les fonctions supports y sont bien plus nombreuses. En grande couronne, les métiers de la fonction logistique sont particulièrement représentés dans la logistique terrestre (82 %) par rapport à Paris (60 %) et à la petite couronne (70 %) (Cf. données complémentaires sur insee.fr).

Des activités logistiques diversifiées au sein du Bassin parisien

Les emplois salariés des établissements logistiques représentent en Ile-de-France 3,5 % de l’ensemble des salariés contre 5 % dans le reste du Bassin parisien. L’Ile-de-France se distingue du profil du reste du Bassin parisien par la forte présence de logistique aérienne, d’affrètement et d’organisation des transports. Par conséquent, les deux segments les plus employeurs du transport terrestre et des services ne regroupent que les deux tiers des salariés en Ile-de-France contre près des trois quarts dans le reste du Bassin parisien.

Dans le Bassin parisien hors Ile-de-France, les départements frontaliers avec l’Ile-de-France sont plutôt spécialisés dans le transport terrestre de fret ainsi que dans le conditionnement et l’entreposage (figure 5). L’affrètement et l’organisation des transports ainsi que la logistique portuaire et maritime sont davantage présents dans les départements éloignés de l’Ile-de-France, tout particulièrement en Seine-Maritime. Par ailleurs, dans le Bassin parisien hors Ile-de-France, 56 600 salariés des établissements de la logistique (soit 36 %) sont concentrés dans trois départements (Seine-Maritime, Loiret et Oise) alors que ces mêmes départements ne concentrent que 29 % de l’emploi total.

Figure_5 – La grande couronne et les départements limitrophes de la région, zones privilégiées pour le conditionnement et l'entreposage dans le Bassin parisien (Répartition des emplois salariés des établissements de la logistique dans le Bassin parisien)

(en %)
La grande couronne et les départements limitrophes de la région, zones privilégiées pour le conditionnement et l'entreposage dans le Bassin parisien (Répartition des emplois salariés des établissements de la logistique dans le Bassin parisien)
Affrètement et organisation des transports Conditionnement et entreposage Logistique aérienne Logistique portuaire et maritime Logistique terrestre Services
Paris et petite couronne 12,17 5,82 11,55 1,62 32,19 36,65
Grande couronne 7,72 18,65 10,62 0,18 38,87 23,96
Départements limitrophes 3,61 21,98 0,50 0,39 48,20 25,32
Bassin parisien éloigné 9,08 12,83 0,31 6,95 46,59 24,24
  • Source : Insee, Clap 2011

Figure_5 – La grande couronne et les départements limitrophes de la région, zones privilégiées pour le conditionnement et l'entreposage dans le Bassin parisien (Répartition des emplois salariés des établissements de la logistique dans le Bassin parisien)

Un accroissement de la part des emplois de la logistique en grande couronne au sein du Bassin parisien

Entre 2004 et 2011, l’emploi des établissements de la logistique a été plutôt stable dans l’ensemble du Bassin parisien. Plus précisément, l’emploi de ces activités a diminué tant à Paris, et en petite couronne que dans les départements limitrophes de la région Ile-de-France ou ceux plus éloignés du Bassin parisien. En revanche, les emplois logistiques progressent fortement en grande couronne où ils représentent 25 % de ceux du Bassin parisien en 2011 contre 22 % en 2004.

Seule la part du segment des services diminue, passant de 35 % à 28 % au sein de l’emploi logistique dans le Bassin parisien sur cette période.

Encadrés

14 % des emplois du commerce de gros sont des métiers de la fonction logistique

Les activités du commerce de gros, bien que non intégrées dans cette étude dans l’approche secteurs d’activités logistiques, sont proches des activités de transport de marchandises et de logistique. Le commerce de gros comprend en effet l’organisation des flux, la gestion des approvisionnements, la préparation de commandes, l’emballage. Secteur relativement stable ces dernières années, le commerce de gros regroupe 5,5 % des effectifs salariés franciliens. Plus de 60 % des emplois du commerce de gros sont localisés en dehors de Paris et des Hauts-de-Seine alors que ces deux départements concentrent la moitié de l’emploi total francilien. Avec 61 200 salariés dans le commerce de gros, les Hauts-de-Seine sont néanmoins le département francilien le plus important du secteur. Mais c’est dans le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis et l’Essonne que le commerce de gros pèse le plus dans l’emploi total (autour de 7 %). Paris et la petite couronne regroupent 64 % des emplois franciliens du commerce de gros. En revanche, en termes de métiers, c’est en grande couronne que la fonction logistique est la plus présente dans le commerce de gros (17,8 % contre 11,3 % en petite couronne).

Près de 54 % des emplois salariés du commerce de gros de l’Ile-de-France sont localisés dans les onze territoires qui concentrent les établissements de la logistique francilienne.

Méthodologie

L’approche par établissement du transport de fret et de la logistique s’appuie sur un repérage des établissements dont l’activité principale relève des transports de fret ou de la logistique. Le périmètre de cet ensemble d’activités désigné sous le terme « logistique » est divisé en six segments, composés des secteurs suivants :

Logistique terrestre

4920Z Transports ferroviaires de fret

4941A Transports routiers de fret interurbains

4941B Transports routiers de fret de proximité

4941C Location de camions avec chauffeur

4950Z Transports par conduites

5221Z Services auxiliaires des transports terrestres

5229A Messagerie, fret express

7712Z Location et location-bail de camions

Logistique aérienne

5121Z Transports aériens de fret

5223Z Services auxiliaires des transports aériens

7735Z Location et location-bail de matériels de transport aérien

Logistique portuaire et maritime

5020Z Transports maritimes et côtiers de fret

5040Z Transports fluviaux de fret

5224A Manutention portuaire

5222Z Services auxiliaires des transports par eau

7734Z Location et location-bail de matériels de transport par eau

Affrètement et organisation des transports

5229B Affrètement et organisation des transports

Conditionnement et entreposage

5210A Entreposage et stockage frigorifique

5210B Entreposage et stockage non frigorifique

5224B Manutention non portuaire

8292Z Activités de conditionnement

Services

4942Z Services de déménagement

5310Z Activités de poste dans le cadre d'une obligation de service universel

5320Z Autres activités de poste et de courrier

Les activités de transport de fret et de logistique sont également exercées dans les autres secteurs de l’économie. Dans ces secteurs, l’aspect logistique est appréhendé par une approche « fonction » ou « métier », l’idée étant de repérer les métiers relevant spécifiquement d’une fonction logistique ou de transport de fret au sein de secteurs comme l’industrie ou le commerce, par exemple. La fonction logistique est composée de 26 métiers, classés en deux catégories (« logistique » et « transport »).

Métiers de la logistique

387a Ingénieurs et cadres des achats et approvisionnements industriels

387b Ingénieurs et cadres de la logistique, du planning et de l'ordonnancement

477a Techniciens de la logistique, du planning et de l'ordonnancement

487a Responsables d'entrepôt, de magasinage

487b Responsables du tri, de l'emballage, de l'expédition et autres responsables de la manutention

651a Conducteurs d'engin lourd de levage

651b Conducteurs d'engin lourd de manœuvre

652a Ouvriers qualifiés de la manutention, conducteurs de chariots élévateurs, caristes

652b Dockers

653a Magasiniers qualifiés

676a Manutentionnaires non qualifiés

676b Déménageurs (hors chauffeurs-déménageurs), non qualifiés

676c Ouvriers du tri, de l'emballage, de l'expédition, non qualifiés

Métiers du transport

389a Ingénieurs et cadres techniques de l'exploitation des transports

389c Officiers et cadres navigants techniques de la marine marchande

466b Responsables commerciaux et administratifs des transports de marchandises (non cadres)

466c Responsables d'exploitation des transports de voyageurs et de marchandises (non cadres)

480b Maîtres d'équipage de la marine marchande et de la pêche

546c Employés administratifs d'exploitation des transports de marchandises

641a Conducteurs routiers et grands routiers

643a Conducteurs livreurs, coursiers

654b Conducteurs qualifiés d'engins de transport guidés (sauf remontées mécaniques)

655a Autres agents et ouvriers qualifiés (sédentaires) des services d'exploitation des transports

656b Matelots de la marine marchande

656c Capitaines et matelots timoniers de la navigation fluviale

676d Agents non qualifiés des services d'exploitation des transports

Les métiers spécifiques de La Poste (451a - Professions intermédiaires de La Poste et 521a - Employés de La Poste), particulièrement présents dans le segment "Services", font également partie de la fonction logistique.

Cette étude s’appuie sur la méthodologie présentée par Mariotte H., « L’emploi dans la fonction logistique en France », SESP en bref n° 16, mars 2007.

Une partie de l’étude est consacrée au commerce de gros, à l'exception des automobiles et des motocycles. Ce secteur correspond à l’ensemble de la division 46 de la NAF rév.2.

Sources

La Déclaration annuelle de données sociales (DADS), année 2011, a permis de réaliser l’approche « métier ». Cette déclaration est une formalité administrative que doit accomplir toute entreprise employant des salariés. Elle permet d’étudier la structure de l’emploi.

La source Connaissance locale de l’appareil productif (Clap), au 31 décembre 2011, permet de dénombrer et de localiser les établissements et les emplois salariés.

L’étude se restreint aux établissements actifs employeurs recensés dans la source Clap. L’emploi étudié se restreint à l’emploi salarié.

Le Bassin parisien comprend l’Ile-de-France, la Picardie, la Champagne-Ardenne, le Centre, la Basse-Normandie, la Haute-Normandie, plus les deux départements de l’Yonne et de la Sarthe.

Pour en savoir plus

Graille F., Salagnac C., « Les dynamiques de construction d’entrepôts dans le Bassin parisien (1980-2010) - Fascicule 1 - Le Bassin parisien hors Ile-de-France », DRIEA, octobre 2013 ; « Fascicule 2 - L’Ile-de-France dans le Bassin parisien », DRIEA, à paraître.

Blazévic B., Caritg J.-P., Maillard M., « La Haute-Normandie, atout logistique dans l’espace Paris Seine Normandie », Insee Haute-Normandie, Cahier d’Aval n° 96, septembre 2013.

« Le renouvellement du parc d’entrepôts en Ile-de-France », DRIEA, Samarcande, juin 2013.

« La filière « Transport-logistique » un enjeu stratégique pour l’Ile-de-France », Direccte, avril 2013.