Charente : Une baisse de l’emploi généralisée

Didier Lampin (Insee)

L’année 2014 a été difficile pour l’activité et l’emploi salarié marchand. Le chômage et le nombre de demandeurs d’emploi ont progressé mais moins qu'au niveau régional. Les vendanges d'Uni blanc ont donné de bons rendements et des taux d'alcool convenables, cependant les exportations de cognac se sont tassées. La construction de logement s’est encore repliée. L’activité du secteur hôtelier s’est aussi contractée.

Forte baisse de l’emploi salarié marchand non agricole

En 2014, l’emploi salarié marchand non agricole recule (-1,9 %) en Charente, après une faible hausse en 2013 (+0,1 %). Chacun des grands secteurs d’activité enregistre en 2014 des baisses d’effectif salarié.

Le commerce (-0,4 %) a conservé le même rythme de destruction d’emplois qu’en 2013 (-0,5 %). L’année avait plutôt bien commencé, les effectifs s’étaient accrus (+0,8 %) au 1er trimestre, mais la tendance s’est brutalement retournée : -0,1 % au 2e trimestre ; -0,6 % au 3e trimestre ; -0,5 % au 4e trimestre. L’effectif dans la construction a continué à se restreindre. En 2013, le secteur avait cédé 3,8 % de l’effectif salarié, le rythme de 2014 est à peine moindre (-2,9 %). Les pertes se sont produites surtout au 2e trimestre -1,3 % et au 4e trimestre (-1,1 %). L’industrie continue de détruire des emplois, le rythme s’accélère avec -1,9 % après -1,3 % en 2013 (figure 1)

figure_1 – Évolution trimestrielle de l’emploi salarié des secteurs principalement marchands

  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimation d’emploi.

Contrairement à 2013, les services marchands hors intérim n’ont pas été créateurs nets d’emplois. Les effectifs diminuent de 1,8 % (après +1,2 % en 2013). Aucun trimestre n’a enregistré d’amélioration (respectivement : -0,9 %, -0,3 %, -0,5 %, -0,2 %). L’intérim a fortement fluctué durant 2014, mais en décembre 2014, les effectifs avaient perdu 7,7 % par rapport à fin 2013.

Le taux de chômage à 10,3 %, en augmentation de 0,3 point

La diminution du taux de chômage observée en 2013 (-0,3 point) a été entièrement gommée en 2014. Fin 2014, 10,3 % des actifs de la Charente sont au chômage. Sur l’année, le taux de chômage charentais a stagné, puis reculé durant les deux premiers trimestres (respectivement : +0,0 point et -0,1 point), puis il s’est dégradé surtout au 3e trimestre (+0,4 point) ; au 4e trimestre il est resté stable (+0,0 point) (figure 2). Si le chômage reste plus important en Charente que dans la région (9,5 %), la dégradation sur 2014 a été la plus faible de ses départements.

figure_2 – Le taux de chômage en Charente

  • Source : Insee, taux de chômage localisé.

Une progression de la demande d’emploi moindre que la moyenne régionale

La progression de la demande d’emploi a été plus faible en Charente que dans les autres départements de la région. En 2014, le nombre de demandeurs d’emploi des catégories A, B ou C s’est accru de 5,3 % en 2014 contre 2,2 % l’année précédente. Mais la tendance reste moins forte qu’au niveau régional (+7,4 %). Le chômage des seniors s’est aussi accru (+8,8 %). En 2014, seule la Charente voit la situation des jeunes de moins de 25 ans se stabiliser (+0,2 %), C’est aussi en Charente que la part des jeunes reste la plus faible, soit 16,5 %. Sur l’unique catégorie A, qui exclut les demandeurs d’emploi ayant eu une activité réduite, la hausse des demandeurs d’emploi atteint 3,8 % contre (+1,1 % en 2013).

Des expéditions de cognac en léger repli.

Le temps ensoleillé, chaud et sec dans lequel se sont déroulées les vendanges de l’Ugni blanc, a donné exceptionnellement à la fois de bons rendements et des taux d’alcool pur très convenables. Après trois années record, le bilan de la campagne des exportations de Cognac traduit une tendance baissière, notamment vers la Chine. En 2014, les ventes de bouteilles à l’export ont été de 155,6 millions de bouteilles. Le repli par rapport à 2013 atteint 3,6 % en volume et 11 % en valeur. Néanmoins, la valeur des ventes de Cognac à l’étranger contribue au commerce extérieur français à hauteur de 2,1 milliards d’euros en 2014. En Amérique du Nord, première destination de ce produit, les sorties ont progressé de +12 % en volume et de 8 % en valeur.

Moins de créations d’entreprises mais aussi moins de défaillances

En 2014, les créations totales d’entreprises ont baissé (-3,5 %). Seul, le régime de l’auto-entreprise a suscité des créations supplémentaires (+3,9 %), celles des entreprises individuelles traditionnelles (-13,2 %) et des sociétés (-8,7 %) fléchissent plus que la tendance régionale.

Les défaillances ont pour leur part reculé de 2,4 %.

La construction de logements en grande difficulté

La construction de logements est orientée à la baisse depuis 2007. Les autorisations de construire diminuent encore en Charente (-8,6 %). Mais le rythme a cependant été divisé par deux par rapport à 2013 (-16,6 %). En 2014, la baisse concerne les autorisations de logements individuels purs (-13,4 %) et les logements collectifs et en résidence (-19,4 %). Les logements individuels groupés ont progressé (+28,8 %) mais restent à un niveau peu élevé. L’individuel (pur et groupé) représente 82 % des logements autorisés.

Les mises en chantier ont reflué fortement (-32,1 %) pesant sur l’activité des entreprises de la construction. Tout type de logements confondus, elles n’atteignent plus que 980 unités contre 1 450 en 2013.

Une fréquentation touristique qui s’atténue

Après une année 2013 déjà en repli, les hôtels de Charente enregistrent de nouvelles pertes de clientèle en 2014. Le nombre de nuitées de l’hôtellerie traditionnelle se contracte de 8 %. L’hôtellerie de plein air est encore plus touchée, avec une perte d’un cinquième de ses nuitées (-20,6 %) entre la saison 2013 et 2014. Le taux d’occupation moyen sur l’ensemble de la saison [de mai à septembre] approche seulement 20 %. La fréquentation des campings au niveau régional s’est améliorée (+2,6 %) mais pas dans les départements situés à l’intérieur des terres. En revanche, les campings de Charente reçoivent une part de clientèle étrangère importante, près de 40 % de la fréquentation contre seulement 17 % au niveau régional.

Légère diminution de l’AAH

En 2014, la Charente demeure le département de la région avec la plus forte part d’allocataires parmi les 25-59 ans (13,9 %). 23 750 habitants sont bénéficiaires d’une allocation de minima sociaux. C’est 4,1 % de plus qu’en 2013. Le nombre d’allocataires de l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) a légèrement augmenté (+0,7 %) et celui de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) a diminué pour la deuxième année consécutive (-0,9 %). Le département connaît une forte hausse du nombre d’allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA) (+7,3 %).

Pour en savoir plus

« Des difficultés accrues pour l’économie régionale en 2014 », Insee conjoncture Poitou-Charentes n° 5, mai 2015.

Baltz V., « Les situations de précarité persistent en Poitou-Charentes », Insee Analyses à paraître prochainement.