Augmentation du chômage en 2014, plus forte à l’est de la région

Martine Barré, Insee

Au quatrième trimestre 2014, 9 % des actifs des Pays de la Loire sont au chômage. Ce taux est en progression de 0,5 point sur un an. Toutes les zones d’emploi sont concernées. Les hausses sont plus élevées dans l’est de la région, notamment dans deux des trois plus grandes zones d’emploi régionales : Angers et Le Mans. L’augmentation du chômage est moins prononcée sur les territoires allant de Segré à Fontenay-le-Comte. Malgré une hausse inférieure ou égale à la hausse régionale, le taux de chômage des zones littorales reste supérieur à la moyenne régionale. Le chômage augmente autant dans la zone d’emploi de Nantes qu’au niveau régional, néanmoins son taux reste relativement bas comparé à d’autres grandes agglomérations françaises.

Hausse du chômage sur tout le territoire au second semestre 2014

Au quatrième trimestre 2014, le taux de chômage des Pays de la Loire s’élève à 9 % de la population active. Comme en France métropolitaine, il progresse au second semestre 2014 après s’être stabilisé à 8,5 % au premier semestre (figure 1). Sur l’année, l’augmentation du taux de chômage régional, de 0,5 point, est légèrement supérieure à celle observée au niveau de la France métropolitaine (+ 0,4 point). Le niveau atteint fin 2014 dans la région est le plus élevé de ces quinze dernières années. Il est cependant inférieur d’un point au taux de chômage observé au niveau national. La région des Pays de la Loire reste l’une des régions les moins touchées par le chômage, après l’Auvergne, la Bretagne et Rhône-Alpes qui affichent toutes un taux de chômage de 8,9 %.

Figure 1 – Un resserrement progressif entre les taux de chômage régional et national - Évolution des taux de chômage dans les Pays de la Loire et en France métropolitaine depuis 2011

(en % des actifs)
Un resserrement progressif entre les taux de chômage régional et national - Évolution des taux de chômage dans les Pays de la Loire et en France métropolitaine depuis 2011
Pays de la Loire France métropolitaine
T4 |2011 7,6 8,9
T1 |2012 7,7 9,1
T2 |2012 7,9 9,3
T3 |2012 8,1 9,4
T4 |2012 8,4 9,7
T1 |2013 8,6 9,9
T2 |2013 8,7 10
T3 |2013 8,7 9,9
T4 |2013 8,5 9,6
T1 |2014 8,5 9,7
T2 |2014 8,5 9,7
T3 |2014 8,8 9,9
T4 |2014 9 10
  • Source : Insee, taux de chômage national (au sens du BIT) et taux de chômage localisés.

Figure 1 – Un resserrement progressif entre les taux de chômage régional et national - Évolution des taux de chômage dans les Pays de la Loire et en France métropolitaine depuis 2011

Entre fin 2013 et fin 2014, tous les départements des Pays de la Loire enregistrent une hausse de leur taux de chômage. Elle est plus forte que la moyenne régionale dans la Sarthe (+ 0,6 point) qui présente le taux le plus élevé (figure 2). Dans le Maine-et-Loire, la hausse du chômage est identique à la moyenne régionale (+ 0,5 point). À l’inverse, le chômage progresse un peu moins qu’en moyenne régionale dans la Loire-Atlantique, la Vendée et la Mayenne (0,4 point). La Mayenne est, avec la Lozère et le Cantal, l’un des trois départements français ayant les plus faibles taux de chômage. Ce résultat est à relier au fait que la Mayenne est un territoire peu attractif pour la population active.

Figure_2 – Dégradation du chômage plus prononcée dans la Sarthe en 2014

Taux de chômage et évolution par département (moyennes trimestrielles corrigées des variations saisonnières)
Dégradation du chômage plus prononcée dans la Sarthe en 2014
en % des actifs en points
4e trimestre 2014 4e trimestre 2013 4e trimestre 2012 Évolution annuelle 2013/2014 Évolution annuelle 2012/2013
Loire-Atlantique 8,8 8,4 8,2 0,4 0,2
Maine-et-Loire 9,5 9 8,9 0,5 0,1
Mayenne 6,9 6,5 6,8 0,4 -0,3
Sarthe 10,1 9,5 9,6 0,6 -0,1
Vendée 8,6 8,2 8 0,4 0,2
Pays de la Loire 9 8,5 8,4 0,5 0,1
France métropolitaine 10 9,6 9,7 0,4 -0,1
  • Source : Insee, taux de chômage national (au sens du BIT) et taux de chômage localisés.

Une progression du chômage à l'est qui accentue les différences entre les territoires

Au quatrième trimestre 2014, les taux de chômage dans les zones d’emploi des Herbiers et d’Ancenis (respectivement 5,7 % et 6,2 %) restent parmi les plus faibles de l’ensemble des zones d’emploi de France métropolitaine. À l’opposé, les zones d’emploi de Saumur mais surtout des Sables-d’Olonne (respectivement 10,6 % et 11,5 %) ont des taux qui dépassent la moyenne nationale.

Contrairement aux évolutions 2012-2013, aucune zone d’emploi n’est épargnée par la hausse du chômage entre fin 2013 et fin 2014. Ces évolutions s’échelonnent de + 0,1 point à + 0,8 point (figure 3 et figure 4).

Pour onze des vingt zones d’emploi de la région l’évolution est supérieure ou égale à l’évolution régionale. La zone d’emploi de La Flèche détient la plus forte progression de la région (+ 0,8 point) suivie par Angers (+ 0,7). Le chômage augmente aussi nettement dans les zones d’emploi de Mayenne, de la Ferté-Bernard, de Sablé-sur-Sarthe, de Saumur et du Mans (+ 0,6).

Figure_3 – Taux de chômage élevé sur le littoral et à l’est de la région, hausse sensible à l’est - Taux de chômage par zone d’emploi dans les Pays de la Loire au quatrième trimestre 2014

  • Source : Insee, taux de chômage localisés.

Figure_4 – Taux de chômage élevé sur le littoral et à l’est de la région, hausse sensible à l’est - Évolution du taux de chômage par zone d’emploi dans les Pays de la Loire entre fin 2013 et fin 2014

  • Source : Insee, taux de chômage localisés.

Hausse du chômage contenue à l’ouest des Pays de la Loire

Du nord au sud de la région, les zones de Laval, Segré, Ancenis, Cholet, Les Herbiers et Fontenay-le-Comte constituent un couloir où la hausse du chômage est faible, de + 0,2 à + 0,4 point. À l’ouest de ce couloir, les zones d’emploi enregistrent des hausses un peu plus fortes mais contenues (de + 0,4 à + 0,5 point).

Comparées à 2012-2013, l’évolution de Nantes et Châteaubriant est restée proche de l’évolution régionale tandis que les taux des zones des Herbiers, Cholet, La Roche-sur-Yon, Challans et Saint-Nazaire, se sont, contrairement à l’année précédente, moins dégradés que la moyenne régionale.

Cependant, les taux de chômage des zones d’emploi du littoral sont supérieurs à la moyenne régionale alors que la population active continue de croître. Il est plus élevé et progresse davantage aux Sables d’Olonne qu’à Challans et Saint-Nazaire.

À Nantes, la plus grande zone d’emploi de la région, le taux de chômage (8,4 %) reste en deçà du taux régional. Il est l’un des plus faibles des grands pôles d’emploi de France métropolitaine. Il se situe juste après la zone d’emploi de Rennes (8,2 %), mais devant Lyon (9,3 %) et encore plus de Montpellier (13,7 %).

Définitions

Le taux de chômage localisé, estimé par zone d'emploi et par département, est le rapport du nombre de chômeurs à la population active qui comprend les personnes occupant un emploi et les chômeurs. Le nombre de chômeurs national (au sens du BIT) est ventilé chaque trimestre à partir des séries de chômage répertorié des demandeurs d'emploi en fin de mois (DEFM). L'emploi s'appuie sur les estimations d'emploi au lieu de travail issues du dispositif d'Estimations d'emploi localisées (Estel), et sur des matrices de passage du lieu de travail au lieu de résidence. Les séries sont diffusées en moyennes trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).

Une zone d'emploi est un espace géographique à l'intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent. Le découpage en zones d'emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur le marché du travail. Le découpage actualisé se fonde sur les flux de déplacement domicile-travail des actifs observés lors du recensement de 2006.

Pour en savoir plus

Indicateurs de Taux de chômage par zone d'emploi.

Bilan économique 2014 - Une année 2014 encore morose dans les Pays de la Loire, Insee Pays de la Loire, Insee Conjoncture, n°5, mai 2015.

Amonou D. et al., Légère amélioration de l’emploi malgré une activité au ralenti, Insee Pays de la Loire, Insee Conjoncture, n°4, avril 2015.