Deux-Sèvres : tassement de l’emploi marchand

Didier Lampin et Valérie Baltz (Insee)

L’emploi salarié marchand se contracte légèrement en 2014, mais moins qu'au niveau régional. Le chômage et le nombre de demandeurs d’emploi augmententnotamment chez les jeunes. La création d’entreprises a diminué ainsi que les défaillances. La construction de logement poursuit sa contraction, mais avec moins d’intensité qu’en 2013. L’activité du secteur hôtelier a été moindre, les hôtels et les campings ont perdu en fréquentation. La production de lait de chèvre qui s’est enfin stabilisée.

L’emploi salarié marchand non agricole en baisse

À l’image de 2013 (-0,8 %), l’emploi salarié marchand non agricole en Deux-Sèvres a encore reculé de 0,7 % en 2014. L’évolution est cependant moitié moindre que celle du niveau régional (-1,5 %). Dans le département, les services marchands et l’intérim enregistrent en 2014 des hausses d’effectif salarié alors qu’ils reculent ailleurs en région.

En 2014, les activités commerciales ont détruit des emplois (-0,9 %) contrairement à 2013 où les effectifs étaient restés stables (0,0 %). L’effectif salarié dans la construction a poursuivi son recul. En 2013, le secteur avait cédé 5,0 % de l’effectif ; le rythme de 2014 est légèrement moindre (-4,2 %). Tous les trimestres se sont inscrits à la baisse (respectivement : -1,0 %, -0,4 %, -1,2 %, -1,8 %). Après -2,0 % en 2013, l’industrie continue de perdre des emplois en 2014 (-2,1 %) (figure 1) .

figure_1 – Évolution trimestrielle de l’emploi salarié des secteurs principalement marchands

  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d’emploi.

Les services marchands hors intérim ont été créateurs nets d’emplois : l’effectif salarié augmente de 1,0 % (après -0,6 % en 2013). Au total, 370 postes ont été créés en 2014. L’intérim, qui avait créé de nombreux emplois en 2013 (+10,5 %), a fortement fluctué durant 2014. Mais fin 2014, les effectifs du secteur n’avaient gagné que 0,7 % par rapport à décembre 2013, soit une trentaine d’emplois supplémentaires.

Le taux de chômage augmente de 0,5 point pour atteindre 7,9 %

La diminution du taux de chômage en 2013 (-0,2 point) a été effacée en 2014. Fin 2014, 7,9 % des actifs des Deux-Sèvres sont au chômage. Le taux de chômage deux-sévriens s’est légèrement dégradé au 1er trimestre (+0,1 point), puis est resté stable au 2e trimestre (figure 2) . La franche dégradation est survenue durant les derniers trimestres qui enregistrent chacun une hausse de 0,2 point. Au final, si le taux de chômage reste moins important en Deux-Sèvres que dans les autres départements de la région, la dégradation en 2014 est de même ordre qu’au niveau régional (+0,5 point).

figure_2 – Le taux de chômage en Deux-Sèvres

  • Sources : Insee, taux de chômage localisé.

Une progression de la demande d’emploi supérieure à celle de la région

Avec une progression de 9,1 % en 2014, le nombre de demandeurs d’emploi des catégories A, B ou C s’est fortement renforcé en 2014 (+ 4,7 % en 2013). Cette année, la tendance départementale est bien supérieure à celle de la région (+7,4 %). Le chômage des seniors s’est accru de 11,3 %, plus que dans les autres départements de la région. De même, la situation des jeunes de moins de 25 ans s’est aussi dégradée (+6,4 %). C’est dans les Deux-Sèvres que la part des jeunes parmi les demandeurs d’emploi est la plus importante, 18,4 %.

En ne considérant que la catégorie A (hors les demandeurs d’emploi ayant eu une activité réduite) la hausse des demandeurs d’emploi atteint 10,9 % (+2,9 % en 2013). L’aggravation de la situation est plus forte encore qu‘en région (+6,9 % en 2014 contre +3,4 % en 2013).

Moins de créateurs d'entreprises

La création d’entreprises a reculé (-4,5 %) plus que dans l’ensemble de la région (-1,7 %). Dans le département, la baisse concerne aussi bien les sociétés (-1,5 %) que les entreprises individuelles (-9,7 %) et même les auto-entreprises (-4,1 %).

Les défaillances ont toutefois diminué (-7,5 %) alors qu’elles ont progressé de +2,8 % en Poitou-Charentes.

Stabilisation des livrraisons de lait de chèvre

Après trois années de réduction de la production de lait de chèvre, le mouvement s’est stabilisé en 2014. Dans le département, les livraisons se maintiennent et les prix ont augmenté presque tous les mois par rapport aux mêmes mois de 2013. Au final, le prix moyen annuel enregistre une hausse de 4 %. Les Deux-Sèvres contribuent à 61 % de la production laitière caprine de la région Poitou-Charentes. La décapitalisation du cheptel régional de chèvres a continué, elle a été de 4 % entre 2013 et 2014.

Une baisse de la demande de logements neufs moins prégnante

Les autorisations de construire diminuent encore en Deux-Sèvres (-5,7 %) mais à un rythme nettement plus faible qu’en 2013 (-21,5 %). En 2014, la baisse des autorisations ne concerne que les logements individuels purs (-17,2 %). Les logements individuels groupés (+10,3 %) d’une part et les logements collectifs et en résidence (+20,6 %) d’autre part ayant suscité plus de projets. Il faut toutefois noter que le niveau de ces derniers est particulièrement bas, trois fois moins qu’en 2007, l’année record.

Les mises en chantier continuent de décroître, après une morose année 2013 (-17,6 %), elles perdent 13,7 % en 2014. La faiblesse des entames de chantier continue de peser sur l’activité des entreprises du secteur de la construction.

Une fréquentation touristique qui recule

Hôtels et campings deux-sèvriens avaient enregistré de bons résultats en 2013. Ce n’est pas le cas en 2014 où la fréquentation recule dans les deux types d’hébergement. Les hôtels ont perdu 7,7 % des nuitées et les campings 5,9 %. Dans les hôtels, le recul des nuitées de la clientèle française (-9,1 %) n’a pas été compensé par la hausse relative de celles des extranationaux (+10,4 %). La part des clients étrangers dans le total des nuitées hôtelières reste la plus faible de la région (8,8 %).

Dans les campings, les nuitées de la clientèle française (-4,3 %) comme celles des étrangers (-9,3 %) ont été moindres. Les extranationaux y représentent une clientèle non négligeable : 31 % des nuitées.

La plus faible part d'allocataires dans le département

En 2014, les Deux-Sèvres demeurent le département de la région avec la plus faible part d’allocataires parmi les 25-59 ans (10,4 %). 19 050 personnes sont bénéficiaires d’une allocation de minima sociaux. C’est 6,0 % de plus qu’en 2013, la plus forte augmentation parmi les départements de la région. Le département connaît une forte hausse du nombre d'allocataires de l'Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) (+9,0 %), de l'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) (+4,4 %) et du Revenu de Solidarité Active (RSA) (+6,6 %).

Pour en savoir plus

«Des difficultés accrues pour l’économie régionale en 2014», Insee conjoncture Poitou-Charentes n° 5, mai 2015.

Baltz V., «Les situations de précarité persistent en Poitou-Charentes», Insee Analyses, à paraître prochainement.