Les femmes sont plus scolarisées et diplômées que les hommes, mais davantage au chômage

Stéphanie Durieux, Insee

Les filles de Provence-Alpes-Côte d’Azur sont plus scolarisées que les garçons et réussissent mieux au bac. Avec un taux de réussite de 92,2 %, c’est au bac scientifique (série S) que les filles de la région réalisent leur meilleur score en 2014. Dans le supérieur, les femmes sont nettement plus nombreuses que les hommes et se tournent davantage vers les filières littéraires et juridiques ainsi que les écoles paramédicales et sociales. Au-delà du Master, elles poursuivent plus leurs études dans la région qu’en moyenne en France métropolitaine. Bien que plus diplômées, les femmes sont moins souvent en emploi et plus fréquemment au chômage. La tendance est plus nette dans la région qu’au niveau national.

Insee Flash Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 10
Paru le : 05/03/2015

Les filles sont plus scolarisées que les garçons

En Provence-Alpes-Côte d’Azur comme au niveau national, les filles sont plus scolarisées que les garçons. Ceci se vérifie à tous les âges à partir de 15 ans (âge de fin de scolarité obligatoire), mais c’est à 18 ans que l’écart est le plus marqué : à cet âge, 72 % des filles de Paca sont élèves, étudiantes ou stagiaires, contre 62 % des garçons en 2011. Au-delà, à l’âge des études supérieures, cet écart diminue (figure 1).

L’écart de scolarisation à 18 ans entre femmes et hommes est plus net en Paca qu’en France métropolitaine. Par ailleurs, jusqu’à 20 ans, les filles de la région sont moins scolarisées qu’en moyenne nationale féminime. C’est l’inverse à partir de 23 ans.

figure 1 – Quel que soit l'âge, les filles sont davantage scolarisées que les garçons

en %
Quel que soit l'âge, les filles sont davantage scolarisées que les garçons
Âge révolu en années Filles Paca Filles France métropolitaine Garçons Paca Garçons France métropolitaine
15 ans 95,5 95,9 94,0 93,3
16 ans 91,0 91,7 83,3 83,6
17 ans 86,1 87,1 76,3 77,3
18 ans 72,5 73,7 62,4 64,7
19 ans 59,5 60,7 50,6 52,3
20 ans 46,9 47,3 39,1 39,5
21 ans 37,2 37,2 28,6 30,0
22 ans 27,4 27,3 22,2 22,5
23 ans 19,9 18,4 14,9 15,3
24 ans 12,6 10,8 11,0 9,6
25 ans 6,8 6,0 6,3 5,3
26 ans 4,4 3,7 3,8 3,3
27 ans 3,2 2,4 2,8 2,2
28 ans 2,2 1,7 2,1 1,5
29 ans 1,8 1,3 1,7 1,1
  • Note : le taux de scolarisation n'a de sens qu'à partir de 15 ans, âge de fin de scolarité obligatoire.
  • Lecture : à 15 ans, 95,5 % des filles de Paca sont scolarisées (élèves, étudiantes ou stagiaires) en 2011.
  • Champ : population de 15 à 29 ans.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2011

figure 1 – Quel que soit l'âge, les filles sont davantage scolarisées que les garçonsTaux de scolarisation en Paca et France métropolitaine en 2011

Au sein de la région, les jeunes des Bouches-du-Rhône sont les plus scolarisés (+ 4 points par rapport à la moyenne régionale). C’est dans les Alpes-de-Haute-Provence que les garçons le sont le moins et que l’écart filles-garçons est le plus fort (15 points). Enfin, le département des Hautes-Alpes est le seul de Paca dans lequel les filles sont moins scolarisées que les garçons.

À 15 ans, malgré un taux de scolarisation plus faible, les garçons sont plus nombreux que les filles sur les bancs de l’école. C’est l’inverse à 18 ans. En effet, entre 15 et 18 ans, les garçons partent plus souvent que les filles en formation professionnelle courte (CAP et apprentissage). Ainsi, à l’issue de la classe de 3e, 66 % des filles de Paca poursuivent des études généralistes ou technologiques (55 % des garçons en 2013).

Au baccalauréat, les filles réussissent mieux que les garçons

Au lycée, les filles choisissent plus souvent que les garçons une filière générale plutôt qu’une filière technologique ou professionnelle, en Paca comme en France. Si la majorité des lycéens et lycéennes choisissent la série scientifique, les filles optent davantage que les garçons pour les séries économiques et sociales et surtout littéraires.

Dans la région comme en France, les filles réussissent mieux au bac que les garçons, quel que soit le type de baccalauréat et quelle que soit la série du bac général (figure 2). En Paca, c’est au bac professionnel que l’écart est le plus net (+ 7 points), ainsi que dans la série ES du bac général (+ 6 points). Le taux de réussite des filles de Paca est toutefois inférieur à la moyenne métropolitaine féminine, quel que soit le bac et la série du bac général.

Avec un taux de réussite de 92,2 %, c’est au bac scientifique (série S) que les filles de Paca réalisent leur meilleur score en 2014 (89,6 % pour les garçons). Malgré cette performance, les filles choisissent moins souvent que les garçons de poursuivre leurs études supérieures dans les domaines scientifiques.

figure 2 – C'est au bac S que les filles réussissent le mieux en 2014

en %
C'est au bac S que les filles réussissent le mieux en 2014
Type de bac et de série Filles Paca Filles France métropolitaine Garçons Paca Garçons France métropolitaine
Professionnel 84,9 86,1 77,9 79,2
Techno logique 90,4 92,1 87,9 90,0
Général 91,3 92,5 88,0 89,4
dont Série ES 90,3 91,8 84,5 87,4
dont Série L 90,9 91,5 87,1 86,6
dont Série S 92,2 93,6 89,6 90,7
  • Lecture : 84,9 % des filles de Paca ayant présenté un bac pro en 2014 l'ont obtenu.
  • Source : Depp, Système éducatif français (MEN), bac 2014.

figure 2 – C'est au bac S que les filles réussissent le mieux en 2014Taux de réussite au bac en Paca et France métropolitaine en 2014

Les filles dominent les garçons dans le supérieur

Les filles sont plus nombreuses que les garçons à poursuivre leurs études dans le supérieur : 89 400 filles contre 68 700 garçons en 2011 en Paca. Ces chiffres prennent en compte les migrations interrégionales, fréquentes à l’âge des études supérieures. Autrement dit, une partie des filles et des garçons originaires de Paca poursuivent leurs études à l'extérieur de la région, et inversement viennent étudier en Paca des filles et garçons d'autres régions. En Paca comme en France, les filles se tournent traditionnellement vers les filières universitaires de droit, sciences politiques et humaines, langues, économie et médecine, ainsi que vers les écoles paramédicales et sociales. Ces écoles ainsi que les filières de lettres et sciences humaines sont beaucoup moins plébiscitées par les garçons. Ils optent à l’inverse, plus souvent que les filles, pour les filières universitaires de sciences fondamentales et de sport, ainsi que pour les écoles d’ingénieurs, les classes préparatoires aux grandes écoles (CGPE), les écoles de commerce et les IUT.

Par ailleurs, en Paca, les étudiants et étudiantes se tournent davantage vers le droit et les sciences politiques ainsi que les écoles de commerce qu’au niveau national. Enfin, les filles s’orientent plus souvent vers le paramédical dans la région qu’en France.

Au total, dans le supérieur, les filles sont nettement plus nombreuses que les garçons. En 2011, l’écart atteint 30 % en Paca, soit 4 fois plus qu’au niveau du bac. Cet écart est plus marqué dans la région qu’en France métropolitaine (25 %).

Comme au niveau national, l’hégémonie des filles est maximale en Master (bac + 5) : pour 100 garçons, on compte 143 filles inscrites à ce niveau d’études. Au-delà du Master, en Paca, les filles poursuivent davantage leurs études qu’en moyenne française : en 2013, les doctorantes (bac + 8) dans la région sont légèrement plus nombreuses que leurs homologues masculins (+ 2 %). Ce qui n’est pas le cas en France (– 7 %).

Bien que plus diplômées, les femmes sont davantage au chômage

Les jeunes générations sont plus diplômées que les anciennes. Ainsi, en 2011, 27 % des femmes qui résident en Paca sont diplômées du supérieur contre 10 % en 1990. Cette progression est plus marquée chez les filles que chez les garçons, en Paca comme au niveau national.

Par rapport à leurs homologues masculins, les femmes de 15 à 44 ans sont également plus diplômées en 2011, à tous les niveaux du supérieur. C’est également le cas de leurs aînées âgées de 45 ans ou plus, mais uniquement jusqu’à la licence (bac + 3). Au-delà (Master et Doctorat), les hommes de 45 ans ou plus sont davantage diplômés.

Parallèlement, la part de personnes sans diplôme diminue dans le temps, un peu plus nettement pour les filles que pour les garçons. En 2011, les femmes de 15 à 24 ans sont ainsi moins souvent sans diplôme que les hommes.

Malgré leur plus haut niveau de diplôme, les femmes sont moins souvent en emploi et davantage exposées au chômage que les hommes, quel que soit leur diplôme (figure 3). Ces écarts sont plus marqués en Paca qu’en France métropolitaine. Ainsi, les femmes résidant dans la région sont particulièrement touchées par le chômage, quel que soit leur niveau de diplôme : le taux de chômage des femmes au sens du recensement s’établit à 15,0 % en 2011 dans la région, contre 12,9 % pour les hommes (respectivement 12,9 % et 11,6 % pour la France métropolitaine).

figure 3 – Plus scolarisées et diplômées, les femmes sont plus souvent au chômage que les hommes - Chiffres-clés éducation, diplôme et insertion professionnelle en Paca en 2011

Plus scolarisées et diplômées, les femmes sont plus souvent au chômage que les hommes - Chiffres-clés éducation, diplôme et insertion professionnelle en Paca en 2011
Femmes Hommes
Taux de scolarisation à 18 ans (en %) 72,5 62,4
Taux de réussite au bac général (en %) 90,7 86,8
Effectif du supérieur 89 439 68 701
Part des diplômés du supérieur (en %) 26,9 25,5
Taux d'emploi (en %) 63,2 73,1
Taux de chômage (en %) 15,0 12,9
  • Sources : Insee, Recensement de la population ; MEN-DEPP, année 2011

Les femmes sans diplôme sont les plus durement touchées par le chômage. À l’inverse, le niveau de diplôme est un atout pour l’obtention d’un emploi, pour les hommes comme pour les femmes : plus le diplôme est élevé, plus le taux d’emploi augmente. Il passe ainsi en 2011 de 44 % pour les femmes en Paca sans diplôme à 77 % pour les licenciées (bac + 3). Seule exception, en Paca comme en France : le taux de chômage des diplômées du 2e cycle (bac + 5) est plus élevé que celles du 1er cycle (bac + 3). Ce n’est pas le cas chez les hommes. Les femmes très diplômées semblent avoir plus de difficulté à trouver des postes très qualifiés.

Pour en savoir plus

Bernard J., Domens J., «  En Provence-Alpes-Côte d’Azur, une entreprise sur trois est créée par une femme », Insee Synthèse Paca n° 75, mars 2014

Giorico T., «  La palette des métiers exercés par les femmes est beaucoup plus réduite que celle des hommes », Insee Synthèse Paca n° 33, mars 2012

Jourdan N., Timotéo J., Rastit F., «  Les femmes sont davantage confrontées à la pauvreté », Insee Analyse Paca n° 2, décembre 2010

Retrouvez également le dossier « Femmes et Hommes » sur www.insee.fr