Populations légales au 1er janvier 2012 : 189 530 Gersois

Muriel Arseguel

Au 1er janvier 2012, le Gers compte 189 530 habitants. Entre 2007 et 2012, la population y augmente de 0,6 %, à un rythme supérieur à celui de métropole, mais inférieur à celui de Midi-Pyrénées. Département parmi les moins densément peuplés, le Gers gagne presque 1 200 habitants en moyenne chaque année. La croissance est d’abord portée par la proximité de l’aire urbaine de Toulouse, dont l’essor irrigue une large partie au sud-est du département et qui s’étend maintenant jusqu’à Auch. La partie ouest est moins dynamique et, ponctuellement, certaines communes parfois importantes perdent des habitants.

figure_1 – Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne

Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne
Population en 2012 Population en 2007 Évolution annuelle moyenne entre 2007 et 2012 (%)
Gers 189 530 183 615 0,6
Midi-Pyrénées 2 926 592 2 812 254 0,8
France métropolitaine 63 375 971 61 795 238 0,5
Grande aire urbaine du département
Auch 41 523 40 199 0,7
Principales unités urbaines du département
Auch 25 213 24 803 0,3
L'Isle-Jourdain 7 679 6 755 2,6
Condom 6 927 7 147 -0,6
Fleurance 6 245 6 255 0,0
Mirande 4 105 4 185 -0,4
  • Sources : Insee - Recensements de la population, exploitation principale.

Essor démographique entre Toulouse et Auch

Seule grande aire urbaine entièrement située dans le Gers, Auch compte 41 523 habitants au 1er janvier 2012. Son dynamisme démographique est soutenu (+ 0,7 % par an). Sa couronne périurbaine (44 communes, 16 300 habitants) bénéficie d’une croissance relative plus soutenue que l’unité urbaine elle-même. Cette dernière gagne cependant 80 habitants par an en moyenne entre 2007 et 2012, pour atteindre 25 200 habitants. La population de la commune d’Auch progresse légèrement par rapport à 2007. L’aire urbaine de Toulouse s’étend sur 38 communes du Gers représentant un peu plus de 20 000 habitants : c’est dans cet espace périurbain, essentiellement rural, que la croissance est la plus forte dans le département (+ 2,3 % par an en moyenne). L’Isle-Jourdain, deuxième ville du Gers avec 7 679 habitants, gagne ainsi plus de 180 habitants par an.

En dehors de ces espaces, les communes ou petites agglomérations les plus dynamiques sont situées autour d’Auch et entre Auch et Toulouse, bénéficiant de l’influence croisée des deux villes. Gimont fait exception, en perdant presque 90 habitants en cinq ans. Dans le reste du département, des communes parfois importantes perdent des habitants (Condom, Mirande, Montréal, Masseube), et de nombreuses autres stagnent, à l’image de Fleurance, Éauze ou encore Lectoure.

figure_2 – Principales communes du Gers - Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne

Principales communes du Gers - Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne
Population en 2012 Population en 2007 Évolution annuelle moyenne entre 2007 et 2012 (%)
Auch 21 960 21 704 0,2
L'Isle-jourdain 7 679 6 755 2,6
Condom 6 927 7 147 -0,6
Fleurance 6 245 6 255 0,0
Eauze 3 949 3 929 0,1
Lectoure 3 753 3 771 -0,1
Mirande 3 664 3 740 -0,4
Vic-fezensac 3 622 3 651 -0,2
Gimont 2 820 2 906 -0,6
Pavie 2 414 2 341 0,6
  • Sources : Insee - Recensements de la population, exploitation principale.

figure3 – Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle entre 2007 et 2012

  • Sources : Insee, Recensements de la population

Définitions

Unité urbaine : L’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants (pas plus de 200 m entre deux constructions). Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

Aire urbaine : La définition de l’aire urbaine est la zone d’influence, en termes d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne constituée par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine.

Pour en savoir plus

Population communale des communes du département

Population communale des aires et unités urbaines de Midi-Pyrénées

Répartition de la population selon les espaces du zonage en aires urbaines 2010