Comptes définitifs 2010 GuyaneUne activité spatiale moins dynamique, compensée par la demande intérieure

Insee Guyane

Peu impacté par les crises sociales ou économiques, le produit intérieur brut (PIB) Guyanais progresse de 3,7 % en 2010, après avoir augmenté de 4,6 % en 2009. La consommation des ménages demeure le principal moteur de la croissance, soutenue par une forte croissance démographique. La situation financière des entreprises reste stable.

La Guyane reste le département français où la démographie est la plus dynamique. Sa population augmente cinq fois plus vite que celle de la France métropolitaine. Dans ce contexte, la stabilité du chômage (21 %), malgré la progression du nombre de demandeurs d’emploi (+ 10,7 %), traduit une augmentation de la population active en emploi. Ainsi, la hausse des rémunérations de l’ensemble des salariés (+ 3,1 %), en ligne avec l’augmentation de la population (+ 2,9 %), et combinée à une inflation quasi nulle (+ 0,2 %), soutient le pouvoir d’achat et participe à la hausse de la consommation des ménages. Celle-ci progresse fortement, + 7,8 %.

Le taux de marge des entreprises (27,2 %) diminue légèrement. Leur taux d’épargne est stable (20,8 %) de même que leur taux d’investissement (22,8 %). Tout comme en 2009, l'investissement global progresse relativement peu (4,6 %). Cette hausse porte principalement sur l’investissement en logement des ménages, sans doute à relier en partie à la hausse démographique.

Les dépenses des administrations publiques n’augmentent que de 2,6 %. On observe une amélioration du besoin de financement des administrations publiques locales dont le ratio de déficit public diminue de près de cinq points (38,4 %). Les importations demeurent dynamiques, en lien avec la demande intérieure. Elles progressent de 2,6 %.

Les exportations régressent de 3,8 %. Ceci s’explique par la large diminution des exportations de transport spatial (– 11,2 % en valeur), qui représentent près des 90 % de l’ensemble des exportations guyanaises. Du fait d’une activité moins soutenue qu’en 2009, Arianespace réalise, en 2010, un chiffre d’affaires en recul de 12,9 %.

Avec une population en hausse de 2,0 % en 2010, le PIB par habitant s’élève à 15 063 euros, soit moins de la moitié du PIB par habitant de la France entière (30 758 euros), quand il est de 18 775 euros en Guadeloupe. Il progresse pourtant de 1,4 % par rapport à 2009.

Figure 1 – La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut

La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut
Consommation finale (ménage, état, association..) Investissement Importations Exportations Variations de stock PIB
2008 3 236 092 761 527 -1 860 596 1 028 491 -16 211 3 149 303
2009 3 284 484 795 306 -1 884 718 1 082 484 17 140 3 294 696
2010 3 453 839 832 126 -1 932 939 1 040 964 21 596 3 415 586
  • Champ : Guyane.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 1 – La consommation finale représente la plus grande part du produit intérieur brut Niveau des composantes du PIB en Guyane, en valeur (en milliers)

Figure 2 – La consommation finale des ménages progresse

La consommation finale des ménages progresse
Consommation finale des ménages à prix courants Revenu disponible brut
2008 1606,328 2123,777
2009 1590,924 2183,261
2010 1715,73 2409,364
  • Champ : Guyane.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 2 – La consommation finale des ménages progresseNiveau de la consommation finale et du revenu disponible brut des ménages en Guyane, en valeur (en centaines de milliers)

Figure 3 – Entreprises : le taux d’investissement diminue légèrement

Entreprises : le taux d’investissement diminue légèrement
Taux de marge Taux d'investissement Valeur ajoutée brute
2008 32,9 25,5 1137
2009 28,7 23,9 1163
2010 27,2 22,8 1155
  • Champ : Guyane.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 3 – Entreprises : le taux d’investissement diminue légèrementTaux de marge et taux d’investissement en Guyane, en valeur (en % et en centaines de milliers)

Figure 4 – Les administrations continuent de consommer

Les administrations continuent de consommer
Consommation finale des administrations Investissement Part de la consommation des administrations dans consommation finale
2008 1630 327 0,50
2009 1694 433 0,52
2010 1738 330 0,50
  • Champ : Guyane.
  • Source : Comptes régionaux définitifs.

Figure 4 – Les administrations continuent de consommerNiveau de la consommation finale et des investissements des administrations en Guyane, en valeur (en % et en centaines de milliers)

Sources

L’existence de statistiques spécifiques, notamment sur le commerce extérieur, permet l’élaboration de comptes régionaux en Guadeloupe, Guyane et Martinique selon les méthodes et concepts du système de comptabilité nationale. Les comptes des DOM sont en base 2005. La production de ces comptes régionaux n'est donc pas une régionalisation des comptes nationaux comme dans les régions métropolitaines.

Les comptes régionaux annuels donnent une fois par an une description globale et détaillée de l'économie régionale. Cette description porte sur les ressources et emplois de biens et de services, l'activité des branches, les comptes des secteurs institutionnels et les tableaux entrées-sorties (TES) et les tableaux économiques d'ensemble (TEE).

Définitions

Le Produit intérieur brut (PIB) mesure la richesse produite sur un territoire donnée, grâce à la somme des valeurs ajoutées des biens et services produits sur le territoire. Il est publié en valeur ou à prix courant.

Pour en savoir plus

« Comptes économiques définitifs 2008-2010 de la Guyane», Chiffres détaillés - avril 2015.

Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer (CEROM) - Guyane

Hurpeau B., « L'année économique et sociale en Guyane », Insee 2011.

L'économie française - Comptes et dossiers - Insee Références - Édition 2011.