Des inégalités entre femmes et hommes persistantes mais qui se réduisent

Fabien Batlle

Les inégalités entre les femmes et les hommes sont différenciées et plus ou moins marquées selon les régions. Elles traduisent le plus souvent une situation moins favorable des femmes mais pas toujours. Ainsi, Midi-Pyrénées fait partie des régions les moins inégalitaires pour l’espérance de vie, le taux de scolarisation à 18 ans ou encore le taux d’activité, avec des niveaux plus élevés dans la région pour chacun de ces indicateurs tant pour les femmes que pour les hommes. À l’opposé, elle se situe parmi les régions où les écarts sont les plus marqués entre les sexes pour la part des 60 ans ou plus vivant en institution et le taux de chômage des 25 à 54 ans. C’est aussi le cas pour la part des diplômés du supérieur, où la situation des femmes est bien plus favorable que pour les hommes dans la région et pour les deux sexes qu’au niveau national. En termes de salaire, les inégalités sont fortement marquées en défaveur des femmes et se traduisent par des montants inférieurs de plus de 20 % à celui des hommes. Ces inégalités se sont réduites globalement en Midi-Pyrénées comme en moyenne en France en dix ans.

Les inégalités entre femmes et hommes sont plus ou moins marquées selon la région française et selon le critère examiné (figure 1). Ainsi Midi-Pyrénées fait partie des régions les moins inégalitaires au regard de la moyenne nationale en ce qui concerne l’espérance de vie, le taux de scolarisation à 18 ans ou encore le taux d’activité. Et pour ces trois indicateurs, la région se situe favorablement avec des taux plus élevés qu’au niveau national. À l’opposé, elle se situe à la sixième place des régions les plus inégalitaires pour la part des 60 ans ou plus vivant en institution, à la huitième pour le taux de chômage des 25 à 54 ans et à la dixième pour la part des diplômés du supérieur ; ces classements traduisant des situations différenciées. Pour le taux de chômage comme pour la part des diplômés du supérieur, la situation est néanmoins plus favorable dans la région qu’en moyenne nationale pour les femmes comme pour les hommes.

Figure1 – Un écart d’espérance de vie entre hommes et femmes plus faible que la moyenne nationale

  • * Ces indicateurs sont construits comme le ratio entre la région et la moyenne française des écarts entre femmes et hommes. Par exemple pour les chefs de familles monoparentales, on estime la différence entre la part des femmes dans cette situation et la part des hommes pour Midi-Pyrénées et on la rapporte à celle de la France pour en déduire la position relative de la région. Ainsi, pour les valeurs au dessus de 1, les différences entre sexes sont plus marquées dans la région qu’en moyenne nationale et inversement pour les valeurs inférieures à 1.

Figure1

Région la moins inégalitaire en matière de taux de scolarisation

Les inégalités entre hommes et femmes se matérialisent également dans le domaine de l’éducation (figure 2). Première grande inégalité, les filles s’engagent moins souvent dans des filières professionnelles (– 15,5 points par rapport aux garçons en Midi-Pyrénées contre - 14,3 points en France). Autre inégalité marquée entre les sexes mais légèrement moins qu’au niveau national, le taux d’emploi des non diplômés est très inférieur chez les femmes (- 14,6 points contre - 16,6 points en France). En revanche, avec un taux de scolarisation à 18 ans plus élevé à la fois pour les femmes et pour les hommes (respectivement + 2,3 et + 5,3 points), la région Midi-Pyrénées est la région la moins inégalitaire de France métropolitaine selon ce critère.

figure2 – Figure 2 : Des écarts de salaire encore importants, aussi bien en France qu’en Midi-Pyrénées - Écarts entre femmes et hommes sur 18 variables couvrant les différents thèmes des inégalités femmes / hommes en 2011

%
Figure 2 : Des écarts de salaire encore importants, aussi bien en France qu’en Midi-Pyrénées - Écarts entre femmes et hommes sur 18 variables couvrant les différents thèmes des inégalités femmes / hommes en 2011
Midi-Pyrénées France
Femmes Hommes Écart Femmes Hommes Écart
Population -Santé
- Part de chefs de famille monoparentale chez les 25 à 54 ans 11,6 2,6 9,0 12,4 2,5 9,9
- Part de 60 ans ou plus vivant en institution 5,9 2,9 3,0 5,3 3,1 2,2
- Age moyen à la parentalité 30,0 32,8 -2,8 29,7 32,7 -3,1
- Espérance de vie 85,4 79,7 5,7 85,0 78,4 6,6
Enseignemen- Education
- Taux de scolarisation à 18 ans 76,0 70,1 5,9 73,7 64,8 8,9
- Part des inscrits au baccalauréat professionnel 25,8 41,3 -15,5 26,5 40,8 -14,3
- Part des diplômés du supérieur chez les 25 à 54 ans 41,8 34,8 7,0 37,7 31,6 6,0
- Taux d'emploi des non diplômés de 25 à 54 ans 60,3 74,9 -14,6 57,3 73,9 -16,6
Travail - Emploi
- Taux d'activité chez les 25 à 54 ans 88,5 95,2 -6,8 86,6 95,2 -8,6
- Nombre de familles professionnelles concentrant la moitié des emplois 12 18 -6 13 20 -7
- Part de salariés à temps partiel chez les 25 à 54 ans 29,6 5,5 24,1 27,3 5,1 22,2
- Taux de chômage des 25 à 54 ans 11,5 9,1 2,4 12,1 10,1 2,0
Revenus - Salaires
- Salaire net moyen EQTP 20 128 25 321 -20,5 21 464 26 606 -19,3
- Salaire net moyen EQTP des cadres 37 770 47 868 -21,1 41 973 53 303 -21,3
- Revenu salarial net moyen 17 428 23 625 -26,2 18 278 24 518 -25,5
Conditions de vie - Société
- Part des familles monoparentales propriétaires de leur logement 30,1 52,6 -22,5 27,6 47,5 -19,9
- Proportion parmi les cadres dirigeants 22,0 78,0 -56,1 21,6 78,4 -56,8
- Proportion parmi les licenciés des fédérations de sport 28,8 70,8 -42,0 28,8 67,4 -38,6
  • Sources : Insee, DEPP, Ministère des sports

Inégalités plus marquées qu’en France face au chômage

L’insertion professionnelle des femmes est plus difficile que celles des hommes : en témoignent notamment des taux d’activité plus faibles (88,5 % chez les femmes de Midi-Pyrénées de 25 à 54 ans contre 95,2 % chez les hommes) et de chômage plus élevés (11,5 % chez les femmes de 25 à 54 ans contre 9,1 % chez les hommes), ainsi qu’une plus forte concentration dans quelques métiers et un travail plus souvent à temps partiel (29,6 % contre 5,5 %). Les écarts hommes-femmes sont néanmoins moins marqués qu’au niveau national, excepté pour le taux de chômage. En Midi-Pyrénées, le taux de chômage des femmes de 25 à 54 ans est supérieur de 2,4 points à celui des hommes (+ 2,0 points en moyenne nationale). Ces inégalités se répercutent sur le niveau de salaires des femmes inférieur de 20,5 % à celui des hommes en Midi-Pyrénées, en équivalent temps plein (19,3 % en moyenne nationale).

Des inégalités qui tendent à se réduire

Entre la fin des années 1990 et le début des années 2010, la majorité des indicateurs observés évoluent dans le même sens en Midi-Pyrénées et en France, excepté la part des 60 ans ou plus vivant en institution et les familles monoparentales propriétaires de leur logement. Globalement, la position relative de la région par rapport à la moyenne nationale est restée relativement stable entre 1999 et 2011 (radar 2 en données complémentaires). Parmi les 5 indicateurs pour lesquels la position relative de Midi-Pyrénées a changé, 3 l’ont fait en convergeant vers cette moyenne (la part de diplômés du supérieur, celle de familles monoparentales propriétaires de leur logement et celle d’inscrits au baccalauréat professionnel) et 2 en divergeant (personnes de 60 ans ou plus vivant en institution, taux de scolarisation à 18 ans). Parmi les personnes de 60 ans ou plus vivant en institution, l'écart entre hommes et femmes s'est accentué en Midi-Pyrénées alors qu’il est resté le même en France. À l’origine plus important qu’en France, l’écart de taux de scolarisation à 18 ans est devenu nettement plus faible dans la région en 2011.

Pour en savoir plus

« Des facteurs persistants d’inégalité salariale femme-hommes », 6 pages Insee Midi-Pyrénées n°153, novembre 2013

« Des inégalités professionnelles persistantes entre les sexes, mais moindres pour les nouvelles générations », Insee Analyses Midi-Pyrénées n°7, novembre 2014