Situation récente des immigrés dans la région

Sonia Besnard, Christelle Manceau, Insee

À l’image de l’Ouest français, la population immigrée est moins présente dans les Pays de la Loire que sur le reste du territoire français. Sur période récente, l’attractivité de la région et sa santé économique favorisent une croissance plus forte de cette population sur son territoire. La population immigrée réside surtout dans les grandes villes et certains territoires de tradition industrielle ou agricole. Quatre immigrés sur dix sont originaires d’Afrique et un tiers d’Europe. La population immigrée, en particulier celle récemment arrivée en France, connaît de fortes difficultés d’insertion sur le marché du travail.

En 2011, 114 500 immigrés (définitions) habitent dans les Pays de la Loire. Ils représentent 3,2 % de la population régionale. Cette proportion est l’une des trois plus faibles de France avec la Bretagne (2,9 %) et la Basse-Normandie (2,8 %). En France métropolitaine, les immigrés représentent 8,7 % de la population.

L’attrait de la région concerne aussi les immigrés

Entre 2006 et 2011, le nombre d’immigrés dans les Pays de la Loire augmente de 4,5 % en moyenne chaque année ( figure 1 ), plaçant la région au 3e rang en termes d’évolution de la population immigrée. Cette hausse se réalise dans le contexte régional de fort dynamisme démographique et d’une relative bonne résistance de l’économie face à la crise. Entre 2006 et 2011, la région a ainsi gagné 150 700 nouveaux habitants, dont 22 700 immigrés. Quatre régions surpassent les Pays de la Loire en gain d’immigrés (Île-de-France, Rhône-Alpes, Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Les Pays de la Loire font partie, avec le Poitou-Charentes et la Bretagne, des régions accueillant la part la plus élevée d’immigrés arrivés récemment en France : deux immigrés sur dix de la région (18 %) sont arrivés depuis moins de cinq ans.

Figure 1 – La population immigrée augmente dans les Pays de la Loire - Nombre et part des immigrés dans les départements de la région en 2011

La population immigrée augmente dans les Pays de la Loire - Nombre et part des immigrés dans les départements de la région en 2011
Nombre Part dans la population (%) Évolution annuelle moyenne 2006-2011 (%)
Loire-Atlantique 48 100 3,7 4,1
Maine-et-Loire 26 900 3,4 4,3
Mayenne 8 900 2,9 5,0
Sarthe 17 900 3,2 5,5
Vendée 12 700 2,0 4,9
Pays de la Loire 114 500 3,2 4,5
France métropolitaine 5 493 500 8,7 1,7
  • Sources : Insee, Recensements de la population 2006 et 2011.

Les immigrés résident principalement dans les grandes villes

Au sein de la région, la part des immigrés dans la population est plus forte en Loire-Atlantique et dans le Maine-et-Loire ( figure 1 ). Elle est particulièrement faible en Vendée. Pour la plupart, les immigrés vivent dans les grandes villes. Plus de huit sur dix résident dans une commune appartenant à un grand pôle urbain ou à sa couronne. La population immigrée représente entre 6 % et 8 % des habitants des villes de Nantes, Saint-Herblain, Angers, Cholet, Le Mans et Laval.

En dehors de ces villes, la population immigrée de la région se concentre dans les territoires industriels (comme Cholet, Saint-Nazaire, Sablé-sur-Sarthe, Châteaubriant) ou agricoles (comme le nord de la Mayenne ou le sud-est de la Vendée) ( figure 2 ). Dans six cantons sur dix la proportion d’immigrés dans la population est inférieure à 2 %.

Figure 2 – Les immigrés résident surtout dans les grandes villes - Part des immigrés par canton ou ville en 2011 (en %)

  • Source : Insee, Recensement de la population 2011.

Une population immigrée d’origines africaine et européenne

En 2011, la population immigrée des Pays de la Loire est principalement originaire d’Afrique (44 %) et d’Europe (35 %). La part des européens est inférieure à la moyenne nationale (- 3 points) tandis que la part des immigrés originaires d’Asie et d’Amérique est un peu plus élevée (+ 1,5 point chacun).

Près d’un immigré de la région sur quatre est né au Maghreb, cette part est plus faible que la moyenne nationale (- 6 points). Les personnes nées dans les autres pays d’Afrique représentent 20 % de l’immigration régionale (+ 6 points par rapport à la moyenne nationale). Parmi les pays européens, les Britanniques sont très présents dans la région (7 % contre 3 % au niveau national).

La Vendée et la Mayenne se démarquent en accueillant davantage d’immigrés d’origine européenne qu’africaine ( figure 3 ). En Mayenne, un immigré sur quatre est né au Royaume-Uni. En Vendée, les personnes originaires du Royaume-Uni représentent 17 % des immigrés, et celles du Portugal, 11 %.

Figure 3 – Un immigré sur deux est originaire d'Europe en Mayenne et en Vendée

Un immigré sur deux est originaire d'Europe en Mayenne et en Vendée
Europe Afrique Asie Amérique
Loire-Atlantique 30 47 16 7
Maine-et-Loire 30 45 20 5
Sarthe 31 51 14 4
Mayenne 50 38 9 3
Vendée 56 24 14 6
Pays de la Loire 35 44 16 5
France métropolitaine 38 44 15 4
  • Source : Insee, Recensement de la population 2011.

Figure 3 – Un immigré sur deux est originaire d'Europe en Mayenne et en VendéeLieu de naissance des immigrés des Pays de la Loire par département en 2011 (en %)

Les femmes et les jeunes immigrés fortement touchés par le chômage

En 2011, la part des chômeurs dans la population immigrée de 15 à 64 ans est près de trois fois supérieur (27,6 %) au taux régional (10,5 %). Les immigrés arrivés en France depuis moins de cinq ans sont davantage touchés par le chômage (41,3 %), tout particulièrement dans la Sarthe et le Maine-et-Loire où près d’un sur deux est au chômage. Ces deux départements sont ceux où le taux de chômage est le plus élevé de la région (11,6 % et 11 % au sens du recensement de la population).

Les femmes de la population régionale sont plus souvent au chômage qu’en moyenne régional (11,4 % contre 10,5 %). Les femmes immigrées le sont encore davantage (32 %), notamment celles arrivées depuis moins de cinq ans en France : une sur deux est au chômage.

Tout comme les non-immigrés de la région, les immigrés de 15 à 24 ans sont plus fréquemment au chômage que leurs aînés. En 2011, le taux de chômage des jeunes immigrés s’élève à 41 %. Il est particulièrement fort dans les départements de la Sarthe et du Maine-et-Loire (respectivement 48 % et 46 %).

Encadré

Encadré : Immigrés et étrangers dans les Pays de la Loire en 2011

Sur 114 500 immigrés, 46 800 sont devenus français par acquisition (41 % des immigrés) et 67 700 ont gardé leur nationalité d’origine (59 %). Ainsi, la qualité d’immigré ne doit pas être confondue avec celle d’étrangers (définitions) . Parmi les étrangers, en plus des immigrés, 10 800 personnes sont nées en France, ce qui porte à 78 500 le nombre d’étrangers vivant dans la région.

Figure 4 – Immigrés et étrangers dans les pays de la Loire en 2011

  • Source : Insee, Recensement de la population 2011.

Définitions

Un immigré est une personne née étrangère à l'étranger et résidant en France. Les personnes nées françaises à l'étranger et vivant en France ne sont donc pas comptabilisées. À l'inverse, certains immigrés ont pu devenir français, les autres restant étrangers. La qualité d'immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s'il devient français par acquisition. C'est le pays de naissance, et non la nationalité à la naissance, qui définit l'origine géographique d'un immigré.

Un étranger est une personne qui réside en France et ne possède pas la nationalité française, soit qu'elle possède une autre nationalité (à titre exclusif), soit qu'elle n'en ait aucune (c'est le cas des personnes apatrides). Les personnes de nationalité française possédant une autre nationalité (ou plusieurs) sont considérées en France comme françaises. Un étranger n'est pas forcément immigré, il peut être né en France (les mineurs notamment).

Pour en savoir plus

Brutel C., Les immigrés récemment arrivés en France : une immigration de plus en plus européenne , Insee, Insee Première, n°1524, novembre 2014.

Joseph S., , Insee Pays de la Loire, Faits et Chiffres n°429, décembre 2011.

Fiche nationalité-immigration