Populations légales au 1er janvier 2012 : 276 229 Aveyronnais

Muriel Arseguel

Au 1er janvier 2012 l’Aveyron compte 276 229 habitants. Entre 2007 et 2012, la population y augmente à peine, de 0,1 %, à un rythme faible comparé à celui de métropole et surtout de Midi-Pyrénées. En cinq ans, l’Aveyron gagne 360 habitants en moyenne chaque année. Le département reste relativement peu peuplé par rapport aux autres départements métropolitains : il figure à la 75e place. L’évolution de la population est inégale sur son territoire : la croissance se concentre autour de Rodez, assez loin parfois le long des axes routiers en direction de Decazeville, Villefranche-de-Rouergue, Albi ou vers l’autoroute A75, et, dans une moindre mesure, dans quelques communes autour de Millau ou Saint-Affrique.

Seule l’aire urbaine de Rodez est dynamique

Seule grande aire urbaine de l’Aveyron, l’aire de Rodez compte 84 100 habitants au 1er janvier 2012. Plus de 3 Aveyronnais sur 10 y vivent. Sa croissance démographique est soutenue. Sa couronne périurbaine (38 communes, 35 000 habitants en 2012) bénéficie d’une croissance relative nettement plus forte (+ 1,2 % par an) que l’unité urbaine elle-même (+ 0,3 %). La commune de Rodez perd notamment plus d’une centaine d’habitants par an en moyenne entre 2007 et 2012. Les communes les plus dynamiques du département appartiennent à l’unité urbaine de Rodez (Onet-le-Château, Luc-la-Primaube, Sébazac-Concourès) ou à sa couronne périurbaine (Baraqueville). Au total, l’agglomération ruthénoise compte un peu plus de 49 000 habitants.

figure_1 – Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne

Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne
Population en 2012 Population en 2007 Évolution annuelle moyenne entre 2007 et 2012 (%)
Aveyron 276 229 274 425 0,1
Midi-Pyrénées 2 926 592 2 812 254 0,8
France métropolitaine 63 375 971 61 795 238 0,5
Grande aire urbaine du département
Rodez 84 100 81 301 0,7
Principales unités urbaines du département
Rodez 49 078 48 314 0,3
Millau 23 571 23 536 0,0
Decazeville 15 294 16 098 -1,0
Villefranche-de-Rouergue 12 436 12 655 -0,3
Saint-Affrique 9 413 9 173 0,5
  • Sources : Insee - Recensements de la population, exploitation principale.

Deuxième agglomération de l’Aveyron avec 23 571 habitants, l’agglomération de Millau est stable. Celle de Decazeville continue à perdre de la population ; Villefranche-de-Rouergue aussi mais à un rythme très faible, tandis que Saint-Affrique progresse lentement. Hors de l’influence des villes, 3 communes sur 5 perdent des habitants : c’est surtout vrai au nord du département (Aubrac, vallées de la Truyère et du Lot) ou plus au sud (Lévézou, Grands Causses).

figure_2 – Principales communes de l'Aveyron - Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne

Principales communes de l'Aveyron - Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle moyenne
Population en 2012 Population en 2007 Évolution annuelle moyenne entre 2007 et 2012 (%)
Rodez 23 744 24 289 -0,5
Millau 22 013 22 041 0,0
Villefranche-de-Rouergue 11 712 11 957 -0,4
Onet-le-Château 11 070 10 423 1,2
Saint-Affrique 8 255 8 067 0,5
Decazeville 5 935 6 203 -0,9
Luc-la-Primaube 5 767 5 417 1,3
Capdenac-Gare 4 474 4 614 -0,6
Espalion 4 291 4 549 -1,2

    figure3 – Population municipale au 1er janvier 2012 et évolution annuelle entre 2007 et 2012

    • Sources : Insee, Recensements de la population

    Définitions

    Unité urbaine : La définition de l’unité urbaine correspond à celle, communément admise, d’agglomération. C’est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants (pas plus de 200 m entre deux constructions). Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

    Aire urbaine : L’aire urbaine est la zone d’influence, en termes d’emploi, d’une unité urbaine d’au moins 1 500 emplois (pôle). C’est un ensemble de communes comprenant un pôle et sa couronne constituée par les communes (rurales ou urbaines) dont au moins 40 % des actifs en emploi travaillent dans le pôle ou dans une commune attirée par celui-ci. Si le pôle compte au moins 10 000 emplois, l’aire est considérée comme une grande aire urbaine et sa couronne est dite périurbaine.

    Pour en savoir plus

    Population communale des communes du département

    Population communale des aires et unités urbaines de Midi-Pyrénées

    Répartition de la population selon les espaces du zonage en aires urbaines 2010