231 000 emplois salariés de la filière logistique dans l’espace Paris Seine Normandie® en 2012

Bruno Blazévic (Insee)

Les activités logistiques regroupaient 231 000 salariés fin 2012 sur le territoire Paris Seine Normandie®. Ces effectifs sont quasiment stables par rapport à 2010, abstraction faite des effets de la restructuration de l’entreprise « La Poste ». Les emplois sont en recul dans les activités de logistique terrestre mais aussi portuaire et maritime. Les activités de conditionnement et d’entreposage, ainsi que la logistique aérienne, développent en revanche leurs effectifs, essentiellement en région Île-de-France.

Le territoire Paris Seine Normandie® (PSN) comprend l'Île- de-France, la Haute et la Basse-Normandie. Dans cet espace, à la fin 2012, 231 000 salariés sont employés dans un établissement logistique. Entre 2010 et 2012, ce nombre s’est rétracté de 1,8 % (– 4 200 emplois), davantage que dans l’ensemble de l’appareil productif (– 0,3 %). Cette moins bonne tenue des emplois dans la filière logistique s’observe particulièrement sur l’année 2012 (– 1,6 %) : 3 700 emplois de moins contre 500 en 2011.

Le nombre des établissements de la filière à l’échelle PSN recule de 5,1 % sur la période 2010-2012 alors que l’ensemble de l’appareil productif reste stable. Cette baisse est imputable aux restructurations de l’entreprise « La Poste », largement représentée dans le segment des services de déménagement, poste et courrier. Sur cette période en effet, le nombre d’établissements du segment chute de plus d’un tiers, tandis que 4 000 de ses emplois disparaissent. En dehors de ce segment, l’évolution de l’emploi dans la filière logistique serait en effet quasiment stable entre 2010 et 2012 (– 0,1 %).

Un recul des emplois plus marqué en Haute-Normandie

Sur la seule Haute-Normandie, la tendance est plus marquée. Le nombre d’emplois salariés dans la filière s’élève à 37 800 à la fin 2012, soit 4,0 % de moins qu’en 2010 (contre – 1,1 % dans l’ensemble de l’appareil productif). À la différence de l’échelle PSN, la perte annuelle est mieux répartie sur les deux années (1 000 emplois perdus en 2012 contre 600 en 2011).

Tableau 1 – 231 000 emplois salariés de la filière logistique dans le territoire PSN en 2012 - Emplois salariés de la filière logistique au 31 décembre 2010 et 2012

Unités : nombre d'emplois, %
231 000 emplois salariés de la filière logistique dans le territoire PSN en 2012 - Emplois salariés de la filière logistique au 31 décembre 2010 et 2012
PARIS-SEINE-NORMANDIE® HAUTE-NORMANDIE
2010 2012 Taux d'évolution (%) Part dans la métropole en 2012 (%) 2010 2012 Taux d'évolution (%) Part dans la métropole en 2012 (%)
ENSEMBLE APPAREIL PRODUCTIF 6 502 819 6 483 517 -0,3 29,3 608 959 602 100 -1,1 2,7
ENSEMBLE FILIERE LOGISTIQUE 235 238 231 050 -1,8 26,1 39 319 37 762 -4,0 4,3
Logistique terrestre 90 748 89 893 -0,9 21,8 14 014 13 729 -2,0 3,3
Logistique aérienne 8 954 9 653 7,8 62,7 4 22 n.s. 0,1
Logistique portuaire et maritime 8 266 7 499 -9,3 30,9 6 159 5 648 -8,3 23,3
Affrètement et organisation des transports 26 250 25 891 -1,4 43,4 6 409 6 243 -2,6 10,5
Conditionnement et entreposage 28 279 29 438 4,1 26,0 5 653 5 445 -3,7 4,8
Services de déménagement, poste et courrier 72 741 68 676 -5,6 26,3 7 080 6 675 -5,7 2,6
  • Source : Insee - CLAP DADS

La région reste, avec 37 800 emplois, la première région logistique française si on rapporte ces emplois à l’ensemble de son économie. Elle enregistre toutefois un recul d’emploi plus marqué que dans les deux régions voisines du territoire PSN, la Basse-Normandie et l’Île-de-France. Cette dernière concentre logiquement les trois quarts des emplois logistiques de PSN, avec 175 500 salariés

Les activités de conditionnement et d’entreposage ainsi que la logistique aérienne développent leurs emplois

La logistique terrestre reste le type d’activité le plus représenté : 90 000 emplois salariés dans le territoire PSN (soit 39 % des emplois de la filière) et 13 700 en Haute-Normandie (36 %). Ces effectifs sont en baisse modérée. Le recul de l’emploi est plus marqué dans la logistique portuaire et maritime (essentiellement présente en Haute-Normandie) : 800 emplois « perdus » entre 2010 et 2012, soit – 9 %. À l’inverse, la logistique aérienne (presque exclusivement en Île-de-France) connaît un développement sensible de l’emploi : + 700 salariés, soit + 8 %. Les effectifs des activités de conditionnement et d’entreposage sont également en hausse en Île-de-France (+ 1 300 salariés), mais pas en Haute-Normandie (– 200).

Les emplois correspondant à la « fonction » logistique (voir méthodologie) sont présents dans tous les secteurs d’activité. On en dénombre 367 000 à la fin 2012 dans le territoire PSN et près de 52 000 en Haute-Normandie. Entre 2010 et 2012, ils ont diminué de 1,6 % à l’échelle PSN, un peu plus dans les établissements de la filière (– 2,2 %) que dans le reste de l’appareil productif (– 1,3 %).

La richesse dégagée par la filière logistique dans le territoire PSN est estimée à 16,3 milliards d’euros en 2011, soit + 2,8 % en un an. Cette part rapportée à la valeur ajoutée générée par l’ensemble de l’économie du territoire reste identique : 3,9 %

Figure_1 – L’EMPLOI LOGISTIQUE EN HAUTE-NORMANDIE (HN) ET DANS PARIS SEINE NORMANDIE®(PSN)

  • Richesse dégagée : Fichier économique enrichi 2011
  • Sources : Insee - Emplois et établissements : CLAP et DADS 2012

Sources

Dans le cadre de cette étude, la filière logistique correspond au champ des établissements dont l’activité principale relève de la logistique réalisée pour « compte d’autrui ». La sélection est restrictive aux activités liées au transport de marchandises et de courrier, à l’entreposage et au conditionnement ; elle exclut les activités de transports de personnes, en particulier la SNCF et une large composante des transports aériens et de leurs services auxilliaires.

Les emplois correspondant à la « fonction » logistique sont présents dans tous les secteurs d’activité, notamment dans les établissements assurant cette activité pour « compte propre » (établissements en dehors de la filière). La « fonction » recouvre 26 métiers représentatifs des tâches logistiques : conducteurs routiers ou d’engins, gestionnaires de stocks, ouvriers du conditionnement, gestionnaires des transports, manutentionnaires, etc.

Pour être menée à bien, l’activité de logistique nécessite d’être suivie, encadrée ou soutenue par d’autres activités au sein de l’établissement (administration, gestion, fonctions commerciales, etc.) : on définit ainsi l’emploi « support », comme complémentaire des emplois logistiques dans la filière, et calculé en proportion des autres emplois dans les établissements hors filière.

Définitions

La richesse dégagée correspond à une ventilation entre établissements d’une même entreprise de la valeur ajoutée créée par l’entreprise. Elle permet de quantifier le poids local de l’activité économique.

La valeur ajoutée est le solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

Pour en savoir plus

« La Haute-Normandie, atout logistique dans l’espace Paris Seine Normandie » / Insee Haute-Normandie ; Bruno Blazévic, Jean-Philippe Caritg et Martial Maillard - In : Insee Cahier d’Aval Haute-Normandie N°96 (septembre 2014)

« Panorama économique de l’espace Paris Seine Normandie » / Insee Haute-Normandie ; Bruno Blazévic, Martial Maillard - In : Insee Cahier d’Aval Haute-Normandie N°92 (octobre 2011)

« La logistique : une activité de poids dans l’économie haut-normande » / Insee Haute-Normandie ; Jean-Philippe Caritg - In : Insee Cahier d’Aval Haute-Normandie N°85 (juin 2010)

www.logistique-seine-normandie.com/ Tél : 02 76 30 50 82