Les nouveaux cantons du département du Rhône

Sylvain Brouillet

Au lendemain de l’élection départementale de mars 2015, le département du Rhône* comprendra 13 cantons au lieu de 54. Les 31 cantons situés dans la Métropole de Lyon* seront supprimés. Les 23 restants seront modifiés pour obtenir 13 nouveaux cantons au nombre d’habitants comparables. Sur son territoire de compétence, le nouveau département du Rhône comptera alors 26 conseillers départementaux, 13 femmes et 13 hommes.

* voir l’encadré sur la Métropole de Lyon et le Nouveau Rhône

Le Rhône comprendra 13 cantons

Dans le Rhône, la nouvelle carte cantonale est définie par le décret du 27 février 2014. Parmi les 54 cantons actuels, 31 disparaissent car ils sont situés dans la Métropole de Lyon (dorénavant hors champ de compétence du département). Les autres sont modifiés pour former 13 nouveaux cantons à partir de mars 2015. Avec plus de 39 000 habitants en 2012, le canton de Genas est le plus peuplé. Celui de Thizy-les-Bourgs est celui qui l'est le moins, avec 27 000 habitants. Auparavant, la population des cantons du Rhône se situait dans une fourchette allant de 4 000 à 57 000 habitants. Le canton de Belleville est celui qui regroupe le plus grand nombre de communes (29), quand celui de Villefranche-sur-Saône n’en compte qu’une seule.

De fortes disparités entre les cantons

Les cantons les plus denses sont situés au sud-est du département, à proximité de la Métropole lyonnaise et de Villefranche-sur-Saône. Ceux de l’ouest sont plus étendus et plus ruraux. C’est dans les cantons de Thizy-les-Bourgs et de Tarare que la part des personnes de 65 ans et plus est la plus importante (22 % et 18 %, contre 13 % dans le canton de Genas).

À proximité de la Métropole de Lyon, la population est globalement plus diplômée que dans l’ouest du territoire : 33 % des individus sont diplômés du supérieur dans les cantons d’Anse et de Brignais, contre 14 % et 16 % dans ceux de Thizy-les-Bourgs et de Tarare. Cette différence de profil s’accompagne de disparités notables pour les catégories socioprofessionnelles. Le chômage est plus important à Villefranche-sur-Saône (17 % de chômeurs dans la population active au sens du Recensement) et, dans une moindre mesure, dans les cantons du nord du département (Thizy-les-Bourgs, Tarare, Gleizé et Belleville) que dans le reste du département.

Figure_1 – Nouveaux cantons du département du Rhône

Figure 2A – Populations des nouveaux cantons et caractéristiques de la population

en nombre, en %
Populations des nouveaux cantons et caractéristiques de la population
Cantons du Rhône Population 2012 Évolution annuelle moyenne (1999-2011) Moins de 20 ans 65 ans et plus Peu ou pas diplômés Diplômés du supérieur Population active (15 ans ou plus) Chômeurs
Anse (n°1) 35 746 1,3 27,8 15,2 28,3 33,5 16 969 6,5
L'Arbresle (n°2) 37 220 1,2 27,7 14,5 34,8 23,1 18 165 7,1
Belleville (n°3) 33 967 1,9 28,0 15,4 36,9 19,4 16 563 9,2
Le Bois-d'Oingt (n°4) 27 804 1,5 27,9 15,3 31,1 28,3 13 402 6,4
Brignais (n°5) 36 716 0,8 27,6 15,7 29,0 33,2 17 460 7,5
Genas (n°6) 39 189 1,1 27,9 13,2 30,6 26,9 19 615 6,8
Gleizé (n°7) 30 749 0,7 27,4 15,9 36,1 22,8 14 556 9,0
Mornant (n°8) 38 486 1,3 26,7 14,8 30,8 27,5 18 923 6,5
Saint-Symphorien-d'Ozon (n°9) 36 706 0,9 26,9 15,0 30,1 29,8 17 823 6,7
Tarare (n°10) 27 522 0,9 26,7 18,2 43,5 15,9 12 825 10,5
Thizy-les-Bourgs (n°11) 27 286 0,3 24,1 22,3 46,0 14,2 11 909 10,0
Vaugneray (n°12) 30 597 1,5 27,2 17,1 34,0 24,7 14 722 5,5
Villefranche-sur-Saône (n°13) 36 241 1,3 25,3 15,4 39,6 20,1 16 859 16,9
Ensemble du département 438 229 1,1 27,1 15,8 34,3 25,0 209 791 8,3
  • Source : Insee, Recensements 2012 pour les populations légales et 2011 pour les caractéristiques de la population (exploitations principale)

Figure 2B – Répartition de la population active occupée

en %
Répartition de la population active occupée
Cantons du Rhône Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Anse (n°1) 1,2 9,4 25,4 29,2 21,9 12,9
L'Arbresle (n°2) 3,5 7,6 14,0 28,1 23,9 22,8
Belleville (n°3) 8,2 7,8 10,0 23,1 25,3 25,6
Le Bois-d'Oingt (n°4) 4,1 9,7 17,6 29,3 23,3 16,0
Brignais (n°5) 0,7 8,3 24,0 29,8 23,2 14,0
Genas (n°6) 0,8 6,7 20,3 31,7 24,0 16,5
Gleizé (n°7) 3,1 8,3 13,4 27,4 25,7 22,1
Mornant (n°8) 3,2 7,1 16,8 30,1 23,9 18,9
Saint-Symphorien-d'Ozon (n°9) 1,0 8,2 21,5 31,0 23,0 15,4
Tarare (n°10) 2,5 7,2 9,0 22,0 29,2 30,0
Thizy-les-Bourgs (n°11) 4,8 9,0 7,3 19,9 26,7 32,3
Vaugneray (n°12) 6,3 7,9 13,4 26,4 24,8 21,1
Villefranche-sur-Saône (n°13) 0,1 4,9 11,9 26,5 29,4 27,2
Ensemble du département 2,9 7,8 16,3 27,7 24,7 20,5
  • Source : Insee, Recensement 2011 (exploitation complémentaire)

Encadré

La métropole de Lyon et le Nouveau Rhône

La loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles du 27 janvier 2014 crée la métropole de Lyon au 1er janvier 2015 en remplacement de la communauté urbaine de Lyon (Grand Lyon) sous la forme d’une collectivité à statut particulier qui, sur son territoire, se substitue au département du Rhône.

La métropole comprend ainsi 59 communes (avec l’entrée de Quincieux). A titre transitoire, entre le 1er janvier 2015 et 2020, les conseillers communautaires élus en mars 2014 exercent le mandat de conseillers métropolitains, ils sont au nombre de 165. Les habitants de la métropole ne sont donc pas amenés à voter les 22 et 29 mars 2015.

La partie du département du Rhône située en dehors de la Métropole de Lyon (« Nouveau Rhône ») est constituée de 228 communes. Sur ce territoire, entre janvier et mars 2015, le conseil général actuel conserve ses compétences, avec 23 cantons et un conseiller général par canton. Les élus continuent d’exercer leur mandat jusqu’aux élections départementales de mars 2015.

Lors de ces dernières, le nouveau mode de scrutin ainsi que la nouvelle carte cantonale du Rhône seront mis en place. Le conseil départemental du Nouveau Rhône comptera alors 26 conseillers, 13 hommes et 13 femmes, toujours avec les mêmes compétences que l’ancien conseil général.

Définitions

Lors du prochain renouvellement général les 22 et 29 mars 2015, deux conseillers départementaux seront élus dans chaque canton, au scrutin majoritaire à deux tours. Ces modifications s’inscrivent dans le cadre des objectifs définis par le Président de la République lors des Etats généraux de la démocratie territoriale. La loi du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux instaure ce nouveau mode d'élection. Il consiste à faire élire, pour chaque canton, deux conseillers se présentant en binôme composé d'un candidat de chaque sexe. Ce mode de scrutin garantit la parité homme-femme au sein des futurs conseils départementaux, nouvelle appellation des conseils généraux . L’objectif de parité au sein des assemblées départementales est réaffirmé, aujourd’hui, elles ne comptent que 13,8% de femmes. Le nombre d’élus restant inchangé, la carte cantonale de chaque département a été modifiée afin de permettre l’élection de deux conseillers départementaux par canton et d’améliorer leur représentativité démographique. Il s’agit aussi de doter l’échelon départemental de bases démocratiques adaptées à la France d’aujourd’hui. Près des trois cinquièmes des cantons n’ont pas connu de modification de leurs limites géographiques depuis 1801.

Pour en savoir plus

Décret n° 2014-147 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Isère,

Les populations légales 2012 des cantons - découpage 2015 sur Insee.fr