Zoom sur la qualité de vie en Poitou-Charentes

Martine Dutertre

Au travers de 27 indicateurs, la qualité de vie dans les 97 territoires de vie picto-charentais peut être classée en six catégories, parmi les huit utilisées au niveau national. Cette typologie positionne la région au croisement des villes moyennes de l’Ouest et de la «diagonale aride» allant des Ardennes aux Pyrénées.

Selon l’organisation mondiale de la santé, la qualité de vie est un concept subjectif qui combine des facteurs psychologiques, physiques, sociaux et matériels. Suivant les recommandations de la commission Stiglitz qui préconise de dépasser la mesure du bien être par les seuls indicateurs de richesse, l’Insee propose d’appréhender la qualité de vie dans les territoires au travers de 13 dimensions collectives caractérisées par une trentaine d’indicateurs disponibles à des niveaux fins. Mobilisés sur 2 677 territoires de vie, ils dessinent une typologie mettant en évidence des territoires aux caractéristiques différenciées (entre les classes) (figure 1), ou proches (au sein d’une même classe). Hormis deux types spécifiques à la région parisienne, les 97 territoires de vie du Poitou-Charentes se répartissent selon les six autres profils.

Le Poitou-Charentes est marqué par les influences croisées des Pays de la Loire dominés par des espaces situés «autour des villes moyennes offrant des emplois et des conditions de vie plutôt favorables» et du Limousin marqué par la ruralité.

Il se distingue aussi du niveau national par une faible disparité de l’indice de mortalité et une moindre prégnance de la sur occupation des logements.

figure_1 – Carte de la qualité de vie dans les territoires de vie en Poitou-Charentes

  • Source : Insee

Des territoires autour de villes moyennes, offrant des emplois et des conditions de vie plutôt favorables

Cette catégorie, majoritaire en Poitou-Charentes, est très présente dans l'Ouest. 50 territoires de vie suivent ce modèle qui concerne 52 % des picto-charentais (925 000) et 86 % des deux-sévriens. Cette population se loge à proximité de l’emploi et dispose d’un accès rapide aux services et équipements. Ces picto-charentais sont plus diplômés qu'en moyenne régionale, disposent de meilleurs revenus et bénéficient d'espaces peu artificialisés. Ce dernier indicateur explique l’appartenance du territoire de vie de Niort à cette catégorie, plutôt qu’à celle englobant les autres grandes villes régionales. En effet, les espaces artificialisés de Niort sont intégrés à un territoire assez vaste, en moyenne moins dense que celui des autres grandes villes régionales.

Des territoires plutôt favorisés, à l’accès aux équipements rapide mais avec des difficultés socio-économiques

Cette catégorie regroupe 12 territoires (figure 2) et 25 % des habitants (soit 445 000), autour de Poitiers, La Rochelle, Angoulême, Rochefort, Royan, Saintes, Cognac, Aytré, une partie de l’Île de Ré et l’Île d'Oléron (trois zones). Poitiers et Angoulême concentrent des emplois administratifs alors que les autres territoires bénéficient davantage du tourisme. Ces territoires affichent des niveaux de revenus supérieurs à la moyenne régionale. Néanmoins, ils abritent aussi des personnes en situation sociale difficile. Par exemple, ils accueillent une part importante de familles monoparentales (14,9 %) et de personnes seules de plus de 75 ans (38,5 %). Leur plus forte densité se conjugue à une plus large présence d’espaces artificialisés (plus d'1 hectare sur 4), en progression.

figure_2 – Moyennes des principaux indicateurs caractérisant les types de territoire de vie en Poitou-Charentes

Moyennes des principaux indicateurs caractérisant les types de territoire de vie en Poitou-Charentes
Territoires de vie plutôt favorisés, à l’accès aux équipements rapide mais avec des difficultés socio-économiques plutôt aisés, éloignés de l'emploi, situés surtout dans le périurbain plutôt denses en situation peu favorable de bourgs et petites villes en situation intermédiaire isolés, peu urbanisés, hors influence des grands pôles autour de villes moyennes offrant des emplois et des conditions de vie plutôt favorables Moyenne des territoires de vie du Poitou-Charentes
Indicateurs
Part de la population ayant accès en moyenne aux 12 équipements de la gamme intermédiaire en 15 minutes ou moins (en %) 98,7 99,4 88,4 81,7 65,6 91,7 88,6
Part des 20 ans ou plus ayant au moins le baccalauréat (taux standardisé selon l'âge en %) 42,7 53,0 32,6 33,9 32,0 38,6 37,6
Part des chômeurs de longue durée (plus d'un an) dans la population active de 15-64 ans (en %) 5,6 3,7 6,0 4,6 4,5 3,9 4,4
Part des espaces artificialisés dans le territoire (en %) 28,3 30,2 4,4 2,3 2,1 7,0 8,6
Part des actifs occupés résidant à 30 minutes ou moins de leur lieu de travail (en %) 89,4 92,0 84,4 76,7 82,5 86,9 84,5
Part de la population vivant dans un logement suroccupé (résidences principales occupées par 2 personnes ou plus) (en %) 5,5 2,2 4,4 2,7 3,0 2,4 3,0
Revenu net imposable moyen annuel par foyer fiscal (base 100 métropole) 92,1 126,6 78,8 77,0 76,3 91,4 87,4
Indice comparatif de mortalité globale (base 100 France) 95,2 94,5 99,2 103,4 104,4 96,7 98,6
Population en milliers d'habitants 445 20 99 236 61 925 1 786
Nombre de territoires 12 2 4 23 6 50 97
  • Sources et définitions : voir méthodologie détaillée sur Insee.fr

Des territoires plutôt aisés, éloignés de l’emploi, en périurbain

Cette catégorie est présente autour de Bordeaux, Nantes ou Tours, mais demeure rare en Poitou-Charentes avec seulement deux territoires littoraux au nord de la Rochelle. Ils se distinguent par des qualifications, des salaires et des revenus élevés. Les 20 000 picto-charentais concernés connaissent d’importants écarts de salaires entre hommes et femmes (taux horaire moindre de 23,3 %) mais une distance à l'emploi moins forte qu'au niveau national sur les territoires de même type.

Des territoires plutôt denses, en situation peu favorable

Proches des villes, certaines zones plutôt denses rencontrent des difficultés. Cette catégorie, typique des anciens bassins industriels du nord de la France, ne concerne que quatre territoires régionaux et un territoire aquitain, Saint-Ciers-sur-Gironde, qui déborde sur la Charente-Maritime.

Presque 99 000 habitants (un peu plus de 5 % de la population régionale) vivent dans ces zones marquées en termes socio-économiques. Les adultes sont moins souvent bacheliers qu'au niveau régional, même chez les jeunes de 20-29 ans, en particulier à Roumazière-Loubert et à Montguyon. Sur ce dernier territoire de vie, les jeunes diplômés ne représentent que 40 % de cette tranche d’âge. Le chômage de longue durée pénalise les zones de Châtellerault et de Soyaux touchées par une déprise industrielle.

Des bourgs et petites villes en situation intermédiaire

En Poitou-Charentes, ce type regroupe 23 territoires de vie, en Gâtine, dans l'Aunis, le sud Vienne, Mirebeau, le nord Charente et le sud Charente-Maritime. Ces pôles de services offrent un accès moins rapide aux équipements et services mais présentent des situations d'emploi plus favorables que le groupe précédent. Les familles monoparentales sont moins présentes au sein des 236 000 habitants (soit 13 %) de ces zones.

Des territoires isolés, peu urbanisés, hors de l’influence des grands pôles

Les six territoires ruraux, typiques de la diagonale aride, abritent 61 000 picto-charentais (un peu plus de 3 %). Ces espaces sont animés par des pôles comme Montmorillon, l'Isle-Jourdain, Matha, Chef-Boutonne, Nueil-les-Aubiers, Airvault. Les habitants bénéficient des aménités naturelles qu’offre une faible densité du bâti, mais sont plus éloignés des équipements et services. Malgré tout, la situation de l'emploi des jeunes ne diverge pas de la moyenne régionale.

Encadré

Méthodologie :

Premièrement, une analyse en composantes principales permet de donner du sens au positionnement des territoires de vie. Deuxièmement, une classification ascendante hiérarchique regroupe les territoires de vie selon des caractéristiques communes.

Sources

Insee, DADS, BPE, RP, MEOS, Corine Land Cover, DGFIP, CNAM, Ministère de l’intérieur, SoeS observatoire national des agendas 21.

Définitions

Bassins de vie : définis en 2012 comme les plus petites zones, organisées autour d’un pôle de service, au sein desquels la population a accès aux équipements et services courants.

Territoire de vie : définis pour cette étude, ils partitionnent les bassins de vie de plus de 50 000 habitants autour des pôles de services. Le Poitou-Charentes contient 97 territoires de vie. Celui d’Angoulême, Fléac, Linars, Saint-Michel et Douzat bien que cette dernière commune ne se trouve pas dans la continuité des autres.

Pour en savoir plus

Reynard R., Vialette P., «une approche de qualité de vie dans les territoires», Insee Première n° 1519, octobre 2014.

Données complémentaires sur www.insee.fr