Nouvelle hausse du chômage dans un contexte économique morose

Yannig Pons, Insee Corse

En Corse, les indicateurs conjoncturels du 2e trimestre 2014 ne montrent toujours pas de signes convaincants d’amélioration dans un contexte national également morose mais moins dégradé.

Le chômage progresse alors qu’il stagne au niveau national. Le taux de chômage s’établit à 10,1 %, de 0,4 point supérieur à la moyenne de métropole, plaçant l’île au 9e rang des régions. Le taux de chômage de Haute-Corse demeure supérieur à celui de Corse-du-Sud (10,9 % contre 9,2 %). Parallèlement, le nombre de demandeurs d’emploi croît à nouveau dans la région et davantage que sur le continent.

L’emploi salarié en légère hausse se maintient mieux qu’au niveau national mais il poursuit sa baisse dans la construction. En Haute-Corse, après deux ans de stagnation, il progresse davantage qu’en Corse-du-Sud ce trimestre (+ 2,1 % contre + 1,4 %). Les créations d’entreprises hors auto-entrepreneurs sont en hausse et les défaillances d’entreprises continuent à augmenter.

Par ailleurs, la vente de logements diminue fortement après un trimestre de hausse et l’encours des invendus reste élevé.

Enfin, les trafics passagers progressent malgré un léger recul dans le maritime. Le transport de fret enregistre une légère baisse.

Insee Conjoncture Corse N° 2
No 2
Paru le : 17/10/2014

L’emploi régional progresse alors qu’il stagne au niveau national

Au 2e trimestre 2014, l’emploi salarié dans les secteurs principalement marchands croît de 1,5 % par rapport à l’an dernier (soit + 992 emplois) contre 0,1 % au niveau de la métropole. Il est également en hausse par rapport au trimestre précédent (+ 1,7 %), une progression meilleure qu’en France métropolitaine (+ 0,2 %) (figure 1).

L’emploi augmente ce trimestre dans le tertiaire marchand hors intérim (+ 2,5 %). Au sein du secteur, il progresse fortement dans l’hébergement et restauration. Cette hausse se vérifie également en glissement annuel (+ 4,9 %). En revanche, l’emploi se replie faiblement dans l’industrie (– 0,3 % sur un trimestre) et dans la construction (– 0,6 %) (figure 2). Dans la construction, le repli se poursuit pour le 6e trimestre consécutif (– 440 emplois depuis le 4e trimestre 2012).

Au niveau départemental, l’emploi augmente davantage ce trimestre en Haute-Corse (+ 2,1 %) qu’en Corse-du-Sud (+ 1,4 %). Cette progression plus forte en Haute-Corse permet de compenser la quasi-stagnation des trimestres précédents dans le département. En glissement annuel, l’évolution est identique dans les deux départements, + 1,5 % (+ 517 emplois en Corse-du-Sud et + 475 emplois en Haute-Corse).

Figure_1 – Évolution de l’emploi salarié marchand

  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières. Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, estimations d’emplois

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1|2005 100 100 100 100
T2|2005 100,64 100,61 99,16 99,77
T3|2005 102,77 101,8 100,01 100,52
T4|2005 105,54 101,22 102,19 101,6
T1|2006 107,56 100,76 102,17 101,11
T2|2006 107,94 100,34 102,79 101,65
T3|2006 110,28 100,45 103,33 101,57
T4|2006 112,21 100,38 104,9 102,35
T1|2007 113,64 101,46 106,42 102,71
T2|2007 114,36 101,19 106,95 102,92
T3|2007 116,19 101,6 106,94 103,74
T4|2007 117,25 103,01 107,32 103,65
T1|2008 119,55 104,29 108,6 104,5
T2|2008 122,38 104,61 107,85 103,61
T3|2008 122,63 106,21 107,46 104,16
T4|2008 124,01 107,1 108,72 105,07
T1|2009 124,21 108,05 109,12 104,66
T2|2009 125,32 108,21 109,35 104,92
T3|2009 125,35 108,25 109,09 104,92
T4|2009 125,5 109,92 109,54 105,48
T1|2010 126,04 110,1 111,56 107,31
T2|2010 124,81 110,54 113,1 107,93
T3|2010 125,82 111,08 111,81 106,54
T4|2010 127 111,1 112,52 106,39
T1|2011 127,38 113 112,91 106,75
T2|2011 128,46 114,66 114,59 108,04
T3|2011 128,49 114,86 113,94 107,82
T4|2011 128,68 115,4 113,56 107,62
T1|2012 129,95 116,07 114,37 107,67
T2|2012 129,99 116,7 115,03 107,8
T3|2012 128,86 116,08 115,33 108,05
T4|2012 129,3 115,49 115,52 107,89
T1|2013 127,51 115,85 115,38 107,45
T2|2013 127,05 116,75 116,69 108,06
T3|2013 126,93 117,26 116,58 108,21
T4|2013 125,5 117,4 116,51 108,1
T1|2014 125,15 117,78 116,61 108,61
T2|2014 124,38 117,4 119,53 110,19
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Corse

L’emploi dans la construction cède 0,4 % ce trimestre en Haute-Corse et 0,9 % en Corse-du-Sud. L’industrie perd des emplois en Corse-du-Sud (– 1,3 %) alors qu’elle en gagne en Haute-Corse (+ 0,8 %). Dans le secteur tertiaire marchand, l’emploi progresse davantage en Haute-Corse (+ 2,8 %) qu’en Corse-du-Sud (+ 2,3 %).

Au 2e trimestre 2014, le taux de chômage insulaire s’établit à 10,1 % après quatre trimestres de stagnation à 9,9 %. Il est supérieur au taux de la métropole de + 0,4 point. Cet écart s’accroit puisqu’il n’était que de + 0,2 point les deux trimestres précédents (figure 3). La Corse conserve le 9e taux de chômage le plus élevé des 22 régions métropolitaines. Le chômage progresse dans les deux départements. Son taux demeure plus élevé en Haute-Corse qu’en Corse-du-Sud (10,9 % contre 9,2 %).

Plus de 20 400 demandeurs d’emploi

Figure_3 – Taux de chômage

  • Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, taux de chômage localisé (région), et au sens du BIT (France)

Le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois de catégories A, B et C, en données corrigées des variations saisonnières, continue à augmenter au 2e trimestre 2014, pour atteindre 20 415, fin juin. L’évolution trimestrielle (+ 5,5 %) est supérieure à celle des deux précédents trimestres (+ 3,0 % au 1er trimestre 2014 et + 1,4 % au dernier trimestre 2013).

Ces hausses sont supérieures à celles observées en France métropolitaine ce trimestre (+ 1,9 %) et au trimestre précédent (+ 0,9 %).

L’augmentation trimestrielle du nombre de demandeurs d’emploi insulaires concerne toutes les classes d’âge. Mais les personnes de plus de 50 ans sont les plus touchées avec une évolution de + 8,7 % par rapport au trimestre précédent. En évolution annuelle, le nombre de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans progresse de 21,7 %, celui des moins de 25 ans augmente beaucoup plus légèrement (+ 0,3 %).

Sur un an, le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi en catégories A, B et C croît de 12,1 % en Corse et de 5,1 % en France métropolitaine.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an continue aussi à croître fortement ce trimestre, tant en variation trimestrielle (+ 9,7 %), qu’annuelle (+ 27,0 %).

Une situation du logement neuf dégradée

Au cours du 2e trimestre 2014, 199 logements neufs ont été vendus en Corse (figure 4). Les ventes cumulées sur les quatre derniers trimestres sont en baisse de 5,7 % par rapport aux ventes des quatre trimestres précédents (– 6,8 % au niveau national).

Figure_4 – Commercialisation de logements neufs

  • Source : SoeS, ECLN (données provisoires du 26/08/2014)

Les mises en vente de logements neufs collectifs passent de 433 au 2e trimestre 2013 à 145 au 2e trimestre 2014, alors que les ventes de logements neufs individuels se maintiennent (de 48 à 49). L’encours de logements neufs proposés à la vente, avec 1 549 logements invendus, reste proche de son record de 1 643 logements atteint au 4e trimestre 2012. En variation annuelle, l’encours baisse de 0,1 % (– 1,2 % au niveau national). Au second trimestre 2014, le prix moyen au mètre carré à la réservation des logements en immeubles collectifs baisse par rapport à l’année passée (– 7,2 % en Corse contre – 1,0 % pour la France métropolitaine).

Le nombre de logements autorisés à la construction sur un an (du 1er juillet 2013 au 30 juin 2014) diminue de 48,4 % par rapport à la même période de l’année précédente, contre – 21,0 % au niveau national.

La fréquentation hôtelière diminue par rapport à l’an dernier

Figure 5 – Évolution de la fréquentation dans les hôtels

En %
Évolution de la fréquentation dans les hôtels
Corse France métropolitaine
janv.|2011 -1,858390206459333 4,424022210273802
févr.|2011 -4,744377280801122 0,36091012993328525
mars|2011 9,502215836553177 2,148985301975413
avr.|2011 2,033422885288713 5,322672673662384
mai|2011 -6,3297332622021365 -2,4671429083817293
juin|2011 -3,302836482292795 6,6012477482590555
juil.|2011 -5,092731792700518 3,9576487624397405
août|2011 -3,521000576933746 2,467085975978371
sept.|2011 -0,8145639730448725 2,613869566834377
oct.|2011 4,536951606192136 5,675803492745392
nov.|2011 -13,314661371990592 4,577886630808415
déc.|2011 -5,927899766606939 3,365739522668058
janv.|2012 4,486500601827126 1,5636939977574793
févr.|2012 -5,280064261195918 3,3450201951589444
mars|2012 -1,2918895458304307 2,1838795881305013
avr.|2012 -4,365921816014944 -1,084546877146254
mai|2012 -1,8231558732382376 2,0573943679133726
juin|2012 -6,118044863070262 -3,007905343150008
juil.|2012 0,6619398018585656 -1,671820890955853
août|2012 6,5223152700371125 -0,23460742978605778
sept.|2012 4,110582616298264 -0,31433404339470566
oct.|2012 0,07924675213338876 -3,1209688860585985
nov.|2012 36,59699899936257 4,789772228013501
déc.|2012 9,487185337401556 0,5088531791278706
janv.|2013 -13,447473076433978 -2,909088596966503
févr.|2013 -9,858132522019252 -2,155312364527966
mars|2013 3,7583973245981555 3,0065411225567704
avr.|2013 -12,47704027257306 -6,510588313604927
mai|2013 7,877272395482181 4,007690326310902
juin|2013 2,228897620686158 -0,25763338349437864
juil.|2013 -1,1021617504118453 -1,9135497229769636
août|2013 0,17029770504614863 3,3033013912517335
sept.|2013 -2,6647781301357827 -1,4378286834997962
oct.|2013 4,037874627767032 0,9297332903546807
nov.|2013 -15,01550027120062 -2,49287987054859
déc.|2013 -0,8171734678236534 -0,5303078028611303
janv.|2014 11,88871128165167 0,6666591866972581
févr.|2014 -6,375715932450546 -0,9281630087031852
mars|2014 -15,781414956574842 -6,923801275494002
avr.|2014 -0,14964250155580502 4,640249513111804
mai|2014 -7,891336764886583 -4,133265968420022
juin|2014 -1,4269387260473887 -1,8972051850332479
juil.|2014 -9,991221244519412 -3,0344954191828712
août|2014 -6,386328226292358 -1,263822229474813
  • Notes : données mensuelles brutes. Évolution du nombre de nuitées du mois de l'année n par rapport au mois de l'année n-1.
  • Suite au changement de méthode intervenu début 2013, les données 2011 et 2012 ont été rétropolées.
  • Source : Insee ; DGCIS, partenaires régionaux.

Figure 5 – Évolution de la fréquentation dans les hôtels

Le 2e trimestre marque traditionnellement une reprise progressive de l’activité touristique. Néanmoins, la conjoncture économique toujours défavorable se traduit par une baisse de la fréquentation touristique par rapport au deuxième trimestre 2013. En effet, en Corse, le nombre de nuitées dans l'hôtellerie perd 3,8 % en glissement annuel (figure 5). Ce recul est davantage marqué qu’au niveau national (– 0,8 %).

Cette nette diminution est liée à une forte baisse des nuitées des touristes français (– 6,9 %). Elle n’est pas compensée par la progression de 6,6 % du nombre de nuitées des touristes étrangers, qui ne représentent qu’un quart des nuitées hôtelières.

La hausse de la fréquentation étrangère est particulièrement forte en avril et juin, sans doute en lien avec un calendrier scolaire favorable, notamment en Allemagne. La fréquentation française quant à elle diminue en glissement annuel sur chacun des trois mois, avec un recul marqué en mai, malgré un nombre important de ponts.

Les créations d’entreprises progressent plus fortement qu’au niveau national

Figure 6 – Créations d'entreprises

Indice base 100 au 1er trimestre 2009
Créations d'entreprises
Corse hors auto-entrepreneurs France métro. hors auto-entrepreneurs Corse y/c auto-entrepreneurs France métro. y/c auto-entrepreneurs
T1|2009 100 100 100 100
T2|2009 80,32 95,07 116,1 117,61
T3|2009 85,24 93,44 100,4 108,01
T4|2009 91,56 99,22 109 119,78
T1|2010 81,37 96,14 122,6 134,18
T2|2010 80,84 99,6 106,7 118,75
T3|2010 75,4 98,09 91,5 108,62
T4|2010 78,38 97,08 98,8 114,28
T1|2011 78,56 96,03 98,6 108,6
T2|2011 78,91 94,24 105,5 105,23
T3|2011 82,25 95,99 90,2 99,89
T4|2011 76,98 96,33 92,1 105,61
T1|2012 73,81 91,74 104 112,58
T2|2012 75,75 88,55 104,8 105,33
T3|2012 67,49 89,4 85,7 100,19
T4|2012 80,14 90,33 92,8 102,4
T1|2013 87,87 97,07 96,9 107,51
T2|2013 86,64 98,09 98 103,13
T3|2013 89,1 98,65 87,9 98,62
T4|2013 90,69 101,22 89,8 104,6
T1|2014 84,71 100,23 96,3 109,57
T2|2014 91,92 101,53 107,2 105,69
  • Note : les créations d'entreprises hors auto-entrepreneurs sont corrigées des jours ouvrables et corrigées des variations saisonnières (CJO-CVS), les créations sous régime d'auto-entrepreneur sont brutes. Données trimestrielles.
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 6 – Créations d'entreprises

En Corse, au 2e trimestre 2014, 523 entreprises hors auto-entrepreneurs ont été créées (données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables) contre 482 au trimestre précédent soit une hausse trimestrielle de 8,5 %, contre + 1,3 % au niveau national (figure 6)Il s’agit du niveau le plus haut de créations depuis la mise en place du régime de l’auto-entrepreneur.

En données cumulées sur un an (du 1er juillet 2013 au 30 juin 2014), les créations d’entreprises hors auto-entrepreneurs augmentent de 10,6 % en Corse et de 7,1 % au niveau national par rapport à la même période de l’année précédente.

En incluant les auto-entrepreneurs, l’évolution trimestrielle est à la hausse de 11,3 % en Corse, alors qu’elle enregistre – 3,5 % au niveau national. L’évolution en glissement annuel est également plus élevée en Corse (+ 9,4 %) que sur le continent (+ 2,5 %). Ce regain de créations d’entreprise est probablement lié à la possibilité de créer ainsi son propre emploi dans un marché du travail difficile.

Une forte hausse des défaillances d’entreprises alors qu’elles baissent à l’échelle nationale

Figure 7 – Défaillances d'entreprises

Indice base 100 en janvier 2005
Défaillances d'entreprises
Corse France métropolitaine
janv.|2005 100 100
févr.|2005 98,64 100,52
mars|2005 95,25 100,57
avr.|2005 95,59 101,22
mai|2005 91,19 102,01
juin|2005 88,81 102,31
juil.|2005 86,44 102,08
août|2005 87,46 101,95
sept.|2005 87,8 102,18
oct.|2005 84,41 101,8
nov.|2005 85,08 101,61
déc.|2005 81,02 101,36
janv.|2006 80 100,49
févr.|2006 82,71 99,45
mars|2006 83,39 98,95
avr.|2006 81,02 97,81
mai|2006 82,37 97,16
juin|2006 82,71 96,75
juil.|2006 86,78 96,78
août|2006 84,75 97
sept.|2006 83,39 97,05
oct.|2006 84,41 97,57
nov.|2006 81,69 98,29
déc.|2006 82,03 98,95
janv.|2007 83,05 99,82
févr.|2007 82,03 101,14
mars|2007 83,39 102
avr.|2007 80,68 102,72
mai|2007 78,64 103,16
juin|2007 81,36 103,95
juil.|2007 79,32 105,07
août|2007 79,66 104,94
sept.|2007 80,68 104,96
oct.|2007 88,81 105,76
nov.|2007 90,85 105,6
déc.|2007 94,92 105,6
janv.|2008 97,29 105,64
févr.|2008 101,02 106,13
mars|2008 103,05 105,69
avr.|2008 109,15 107,12
mai|2008 110,51 106,87
juin|2008 111,86 106,86
juil.|2008 112,88 107,4
août|2008 113,22 107,64
sept.|2008 113,22 109,11
oct.|2008 106,44 110,52
nov.|2008 107,12 111,76
déc.|2008 106,78 114,05
janv.|2009 103,73 115,7
févr.|2009 106,44 117,52
mars|2009 111,19 121,05
avr.|2009 106,78 122,8
mai|2009 111,53 124,71
juin|2009 110,17 126,52
juil.|2009 108,81 128
août|2009 112,54 128,98
sept.|2009 112,88 130,67
oct.|2009 117,97 130,38
nov.|2009 120,34 130,96
déc.|2009 119,32 130,57
janv.|2010 124,41 130,72
févr.|2010 120 130,53
mars|2010 118,98 130,65
avr.|2010 120,34 129,35
mai|2010 117,63 129,3
juin|2010 120,34 129,4
juil.|2010 122,03 128,48
août|2010 119,66 128,63
sept.|2010 118,31 127,41
oct.|2010 114,92 126,45
nov.|2010 113,9 125,86
déc.|2010 111,53 124,77
janv.|2011 110,17 124,84
févr.|2011 108,81 124,8
mars|2011 106,1 123,95
avr.|2011 108,47 123,42
mai|2011 107,8 125,01
juin|2011 100 123,63
juil.|2011 99,66 122,91
août|2011 97,29 122,95
sept.|2011 94,58 122,44
oct.|2011 95,59 122,53
nov.|2011 95,93 122,76
déc.|2011 98,64 122,57
janv.|2012 96,27 123,52
févr.|2012 98,64 123,51
mars|2012 99,66 122,56
avr.|2012 100,34 122,9
mai|2012 99,32 121,24
juin|2012 104,07 121,36
juil.|2012 105,76 122,97
août|2012 107,12 122,83
sept.|2012 108,47 122,25
oct.|2012 109,49 124,25
nov.|2012 106,78 124,56
déc.|2012 109,49 125,98
janv.|2013 116,27 125,7
févr.|2013 111,53 125,55
mars|2013 108,47 125,39
avr.|2013 107,12 126,85
mai|2013 109,15 127,14
juin|2013 112,54 127,62
juil.|2013 113,56 128,65
août|2013 114,92 128,5
sept.|2013 122,71 129,54
oct.|2013 119,66 129,54
nov.|2013 119,32 129,24
déc.|2013 120,68 129,3
janv.|2014 116,95 129,44
févr.|2014 121,69 130,61
mars|2014 125,08 130,55
avr.|2014 125,76 130,76
mai|2014 127,46 130,08
juin|2014 132,54 130,23
juil.|2014 131,19 130,11
août|2014 130,85 129,71
  • Note : données mensuelles brutes au 09 octobre 2014, en date de jugement.
  • Chaque point représente la moyenne des douze derniers mois.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 7 – Défaillances d'entreprises

Au 2e trimestre 2014, le nombre de défaillances d’entreprises s’établit à 112 dans la région, soit une augmentation de 24,4 % en glissement annuel, une variation nettement supérieure à celle du niveau national (– 1,0 %) (figure 7).

En Corse, la tendance est à la hausse depuis fin 2011. Le nombre de défaillances atteint ainsi un niveau record ce trimestre.

Progression du trafic de passagers, recul du fret

L’activité dans les transports de passagers augmente de 1,5 % au 2e trimestre par rapport à l’an dernier. Malgré un contexte de perturbation sociale (à compter du 24 juin 2014), le transport maritime progresse très légèrement en juin. Sur l’ensemble du trimestre, le maritime diminue de 1,3 % tandis que l’aérien augmente de 4,6 %. Au total, ce sont 29 200 passagers de plus qui ont été transportés au 2e trimestre 2014 par rapport au 2e trimestre 2013 (figure 8).

Parallèlement, dans le transport de fret, le trafic total en tonnes diminue de 2,1 % par rapport au 2e trimestre 2013 pour atteindre 555 000 tonnes (figure 8). Cette forte baisse résulte du recul des entrées d’hydrocarbure (– 11,4 %) et de ciment (– 13,3 %) et des sorties de « Roll » (– 3,3 %). La baisse des entrées de ciment est liée à la baisse de l’activité dans la construction. En revanche, l’entrée de « Roll » est en hausse 1,5 % par rapport au deuxième trimestre 2013.

Figure_8 – Trafics passagers et fret

  • Source : Observatoire Régional des Transports de la Corse