L’activité est bien orientée en fin d’année

Pierre-Jean Chambard, Michel Poinsard, Insee

La situation est plus favorable qu'au trimestre précédent en Rhône-Alpes. La baisse des mises en chantier ralentit. La stabilité des nuitées étrangères limite la baisse de la fréquentation hôtelière. Les exportations redémarrent. L'emploi salarié privé repart à la hausse. Les gains d'emploi sont importants, en particulier dans les services marchands et l'intérim. Malgré une légère augmentation du taux de chômage, l'activité semble mieux orientée dans la région qu'au niveau national, où elle a peu progressé.

Insee Conjoncture Rhône-Alpes
No 04
Paru le : 09/04/2015

Les exportations de Rhône-Alpes redémarrent au quatrième trimestre 2014

Les exportations de Rhône-Alpes augmentent de + 3,3 % au quatrième trimestre 2014 (11,8 milliards d'euros en données corrigées des variations saisonnières) et dépassent de 4,0 % le niveau du quatrième trimestre 2013. France entière, la progression trimestrielle s’établit à + 2,6 % (109,6 milliards d’euros) et le niveau atteint est supérieur de + 2,3 % à celui de fin 2013.

Au cours de l’année 2014, les exportations de Rhône-Alpes en matériels de transport progressent de + 5,9 %, alors qu’elles avaient diminué de - 5,6 % en 2013. De même, les exportations d’équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique augmentent de + 2,2 % (faisant suite à un recul de - 1,2 % en 2013). Sur la même période, les exportations de produits chimiques, parfums et cosmétiques limitent leur baisse à - 0,9 % alors qu’elles avaient diminué de - 6,4 % en 2013. De même, la baisse des exportations de produits pharmaceutiques (- 2,6 %) est nettement atténuée par rapport à celle de 2013 (- 26,1 %).

Toujours pour l’ensemble de l’année 2014 par rapport à 2013, les exportations vers l’Union Européenne progressent de + 3,2 % alors qu’elles avaient diminué de - 3,5 % l’année précédente. Grâce à une nette amélioration en fin d’année, les exportations vers l’Europe hors Union Européenne limitent leur baisse à - 3,4 %, à comparer avec celle de - 7,9 % en 2013. La progression vers les Nouveaux Etats Membres s’établit à + 5,4 %, faisant suite à une baisse de - 2,0 % en 2013.

Figure_1 – Évolution des montants des exportations

En milliards d'euros
Évolution des montants des exportations
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 9,3 85,5
T2 2005 10,0 89,1
T3 2005 9,7 89,6
T4 2005 10,2 92,3
T1 2006 10,6 97,7
T2 2006 10,9 98,8
T3 2006 10,5 95,7
T4 2006 11,2 98,6
T1 2007 11,2 99,9
T2 2007 11,1 99,8
T3 2007 11,4 100,4
T4 2007 11,7 101,4
T1 2008 12,3 106,1
T2 2008 12,1 105,0
T3 2008 12,0 105,3
T4 2008 10,5 96,7
T1 2009 8,9 84,4
T2 2009 8,8 82,9
T3 2009 9,2 87,5
T4 2009 9,5 87,0
T1 2010 9,6 91,7
T2 2010 10,6 97,5
T3 2010 11,2 100,4
T4 2010 11,1 100,5
T1 2011 12,0 105,0
T2 2011 12,0 104,9
T3 2011 12,1 105,2
T4 2011 11,8 105,7
T1 2012 12,4 110,2
T2 2012 12,1 106,7
T3 2012 12,0 109,4
T4 2012 11,8 108,1
T1 2013 11,3 106,6
T2 2013 11,5 107,3
T3 2013 11,4 106,7
T4 2013 11,3 107,1
T1 2014 11,6 105,7
T2 2014 11,3 104,7
T3 2014 11,4 106,8
T4 2014 11,8 109,6
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Douanes

Figure_1 – Évolution des montants des exportations

La baisse des mises en chantier ralentit en Rhône-Alpes au quatrième trimestre 2014

Au quatrième trimestre 2014, la baisse des mises en chantier de logements en Rhône-Alpes ralentit (- 1,0 % par rapport au troisième trimestre, à comparer avec - 4,3 % au troisième trimestre par rapport au deuxième). Le niveau des mises en chantier s'établit ainsi à 45 200 logements en rythme annuel. Pour l'ensemble de la France métropolitaine, le ralentissement de la baisse est plus modéré, celle-ci est estimée à - 2,1 % au quatrième trimestre contre - 2,4 % au troisième (soit un niveau de 345 000 logements commencés annuellement).

Figure 2 – Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements commencés
Rhône-Alpes France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100,61 100,44
mars 2005 101,43 101,6
avril 2005 101,02 102,22
mai 2005 104,08 104,47
juin 2005 104,49 105,53
juil. 2005 103,67 105,85
août 2005 104,69 106,49
sept. 2005 106,33 108,07
oct. 2005 107,14 109,18
nov. 2005 107,14 109,3
déc. 2005 106,94 110,64
janv. 2006 107,76 110,86
févr. 2006 108,57 111,55
mars 2006 108,98 112,31
avril 2006 109,59 113,45
mai 2006 108,16 113,8
juin 2006 108,78 114,96
juil. 2006 109,8 115,35
août 2006 109,39 115,94
sept. 2006 108,78 115,72
oct. 2006 111,02 116,46
nov. 2006 112,45 117,45
déc. 2006 114,9 117,08
janv. 2007 114,69 117,08
févr. 2007 114,08 117,08
mars 2007 115,31 116,81
avril 2007 116,12 116,51
mai 2007 115,71 116,07
juin 2007 117,14 115,77
juil. 2007 119,59 117,32
août 2007 118,98 116,58
sept. 2007 120,41 116,51
oct. 2007 120,2 117,05
nov. 2007 119,8 116,36
déc. 2007 117,55 116,16
janv. 2008 118,37 115,89
févr. 2008 119,59 115,84
mars 2008 119,8 114,44
avril 2008 116,73 113,13
mai 2008 115,92 111,35
juin 2008 115,31 109,21
juil. 2008 110,82 106,27
août 2008 110,41 105,36
sept. 2008 107,76 103,33
oct. 2008 105,92 100,2
nov. 2008 102,24 97,01
déc. 2008 101,22 94,6
janv. 2009 97,55 91,36
févr. 2009 92,24 88,06
mars 2009 88,57 85,86
avril 2009 87,35 84,03
mai 2009 84,9 82,06
juin 2009 83,27 80,6
juil. 2009 84,69 80,6
août 2009 84,29 80,75
sept. 2009 84,08 79,47
oct. 2009 81,43 78,87
nov. 2009 84,69 80,28
déc. 2009 85,31 82,48
janv. 2010 84,29 82,58
févr. 2010 85,1 83,05
mars 2010 87,14 84,3
avril 2010 89,18 84,92
mai 2010 90,41 86,3
juin 2010 90,82 87,49
juil. 2010 91,43 88,1
août 2010 94,08 88,94
sept. 2010 95,51 91,36
oct. 2010 99,39 94,25
nov. 2010 103,06 96,79
déc. 2010 107,76 98,47
janv. 2011 110,41 99,8
févr. 2011 111,43 100,89
mars 2011 111,63 101,8
avril 2011 110 102,15
mai 2011 110,61 103,04
juin 2011 108,98 102
juil. 2011 107,96 101,58
août 2011 106,53 101,06
sept. 2011 106,53 100,12
oct. 2011 105,31 98,99
nov. 2011 105,1 99,83
déc. 2011 103,27 100,15
janv. 2012 102,45 99,7
févr. 2012 103,27 99,93
mars 2012 102,86 99,78
avril 2012 103,06 99,33
mai 2012 102,45 98,22
juin 2012 102,65 98,59
juil. 2012 102,04 98,3
août 2012 101,84 98
sept. 2012 101,43 97,43
oct. 2012 101,63 97,01
nov. 2012 100 94,55
déc. 2012 99,8 94,47
janv. 2013 100,82 95,29
févr. 2013 101,63 95,95
mars 2013 102,65 96,54
avril 2013 103,67 97,63
mai 2013 105,31 98,72
juin 2013 107,35 99,21
juil. 2013 109,39 99,33
août 2013 109,39 99,04
sept. 2013 109,59 98,99
oct. 2013 107,96 98,08
nov. 2013 105,92 97,24
déc. 2013 102,86 94,89
janv. 2014 102,24 94,15
févr. 2014 101,02 92,72
mars 2014 99,39 91,14
avril 2014 98,78 90,1
mai 2014 97,55 88,6
juin 2014 95,92 87,86
juil. 2014 93,88 87,19
août 2014 93,27 86,94
sept. 2014 91,63 85,91
oct. 2014 91,22 85,41
nov. 2014 91,43 84,85
déc. 2014 93,67 84,5
janv. 2015 92,86 83,79
févr. 2015 92,24 83,27
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente le cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 2 – Évolution du nombre de logements commencés

Les autorisations de construire diminuent nettement en Rhône-Alpes au quatrième trimestre 2014 (- 4,9 %) faisant suite à l’amélioration du trimestre précédent (+ 1,6 %), ramenant les autorisations à un niveau de 45 200 logements en rythme annuel. Pour la France métropolitaine, la dégradation est moins nette, - 1,6 %, après une hausse de + 0,5 % au troisième trimestre. Ainsi, le nombre de logements autorisés régresse à 345 000 logements en rythme annuel. La tendance se dégrade en décembre 2014 puis janvier 2015, tant en Rhône-Alpes que pour l’ensemble de la France.

Figure 3 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Rhône-Alpes France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 101 100,47
mars 2005 100,83 101,51
avril 2005 101,17 102,27
mai 2005 100,67 102,8
juin 2005 101,67 104,19
juil. 2005 102,84 105,05
août 2005 102,67 105,52
sept. 2005 102,67 106,38
oct. 2005 103,84 106,5
nov. 2005 103,67 106,97
déc. 2005 105,18 108,38
janv. 2006 106,68 109,42
févr. 2006 108,18 110,69
mars 2006 111,35 112,42
avril 2006 114,36 113,42
mai 2006 115,36 114,81
juin 2006 115,86 115,53
juil. 2006 116,69 116,39
août 2006 116,53 117,06
sept. 2006 118,53 116,57
oct. 2006 117,86 118
nov. 2006 119,7 118,96
déc. 2006 120,53 118,47
janv. 2007 119,53 117,9
févr. 2007 118,2 117,9
mars 2007 119,87 118,39
avril 2007 118,2 117,84
mai 2007 116,86 117,53
juin 2007 119,2 116,78
juil. 2007 122,37 116,98
août 2007 124,21 116,8
sept. 2007 125,04 116,51
oct. 2007 125,54 115,77
nov. 2007 123,71 113,69
déc. 2007 123,21 112,44
janv. 2008 124,37 112,22
févr. 2008 127,21 111,87
mars 2008 123,21 110,26
avril 2008 121,7 109,48
mai 2008 120,7 108,28
juin 2008 114,19 106,09
juil. 2008 110,68 103,6
août 2008 108,18 101,16
sept. 2008 105,18 99,61
oct. 2008 102,34 97,4
nov. 2008 100,17 95,55
déc. 2008 93,99 92,75
janv. 2009 90,48 89,97
févr. 2009 84,81 86,37
mars 2009 81,64 83,49
avril 2009 79,8 81,24
mai 2009 77,13 78,55
juin 2009 76,96 76,62
juil. 2009 75,29 75,5
août 2009 73,29 74,66
sept. 2009 72,79 74,01
oct. 2009 70,28 73,11
nov. 2009 71,12 73,27
déc. 2009 71,95 73,99
janv. 2010 72,79 74,64
févr. 2010 74,12 76,38
mars 2010 78,46 78,87
avril 2010 83,14 80,83
mai 2010 84,31 82,94
juin 2010 87,48 85,27
juil. 2010 90,32 87,49
août 2010 91,49 88,8
sept. 2010 92,82 90,36
oct. 2010 94,49 90,99
nov. 2010 93,99 91,52
déc. 2010 95,33 92,71
janv. 2011 95,99 94,01
févr. 2011 98,5 94,22
mars 2011 96,66 93,73
avril 2011 93,66 93,62
mai 2011 95,66 95,08
juin 2011 95,33 95,44
juil. 2011 96,16 95,97
août 2011 99,83 97,22
sept. 2011 101 98,96
oct. 2011 103,67 99,63
nov. 2011 103,67 100,74
déc. 2011 106,34 101,76
janv. 2012 107,51 101,78
févr. 2012 105,18 101,92
mars 2012 105,84 101,57
avril 2012 107,68 101,86
mai 2012 108,18 100,45
juin 2012 109,35 100,06
juil. 2012 106,84 99,2
août 2012 105,68 99,08
sept. 2012 103,84 97,04
oct. 2012 102,5 96,55
nov. 2012 103,84 95,48
déc. 2012 100,83 93,75
janv. 2013 100,17 93,91
févr. 2013 102,67 95,42
mars 2013 103,17 95,95
avril 2013 100,67 94,42
mai 2013 98,66 92,38
juin 2013 95,83 90,66
juil. 2013 94,99 88,56
août 2013 91,82 85,88
sept. 2013 90,15 84,27
oct. 2013 91,32 83,61
nov. 2013 91,15 82,75
déc. 2013 91,82 81,98
janv. 2014 91,15 79,89
févr. 2014 88,98 76,83
mars 2014 88,15 75,75
avril 2014 86,64 74,58
mai 2014 84,47 74,7
juin 2014 85,98 74,56
juil. 2014 87,31 74,79
août 2014 86,31 74,74
sept. 2014 87,48 74,99
oct. 2014 83,64 74,03
nov. 2014 81,97 73,23
déc. 2014 81,3 72,91
janv. 2015 80,13 72,48
févr. 2015 79,8 71,88
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente le cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

Figure 3 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Les nuitées étrangères limitent la baisse de la fréquentation hôtelière en Rhône-Alpes

La fréquentation des hôtels de Rhône-Alpes diminue de - 1,4 % au quatrième trimestre 2014 par rapport au même trimestre de 2013 et s'établit à 3,7 millions de nuitées. La baisse est plus modérée qu’au cours des trimestres précédents, du fait d’une amélioration, principalement dans les trois départements alpins, mais aussi dans le Rhône. En revanche, la situation se dégrade en Ardèche et dans la Drôme. La baisse du taux d'occupation de 1,4 point, à 52,3 % dans la région, résulte de nets reculs en Ardèche, dans la Drôme et en Isère, tandis que la baisse reste plus modérée dans le Rhône. La part des nuitées étrangères varie peu (un peu plus d’une sur cinq), même si les étrangers sont moins nombreux à se rendre dans les hôtels de Rhône-Alpes qu’au quatrième trimestre 2013 (- 7,4 %).

Figure_4 – Nombre de nuitées mensuelles dans l’hôtellerie

En milliers
Nombre de nuitées mensuelles dans l’hôtellerie
2013 2014 Moyenne des années 2010 à 2013
Janvier 1 693 1 601 1629
Février 1 911 1 866 1874
Mars 2 221 1 923 1991
Avril 1 352 1 339 1390
Mai 1 322 1 199 1241
Juin 1 587 1 464 1511
Juillet 1 994 1 758 1910
Août 1 990 2 008 1884
Septembre 1 476 1 406 1427
Octobre 1 239 1 238 1191
Novembre 1 031 948 997
Décembre 1 491 1 523 1448
  • Note : données mensuelles brutes. Les données du mois de décembre sont provisoires
  • Suite au changement de méthode intervenu début 2013, les données 2012 ont été rétropolées
  • Source : Insee ; DGCIS, partenaires régionaux.

Figure_4 – Nombre de nuitées mensuelles dans l’hôtellerie

Les départements alpins gagnent de l'emploi ce trimestre, mais en perdent sur l’année

L'emploi salarié marchand non agricole rhônalpin repart à la hausse au quatrième trimestre 2014, avec un gain de 6 600 postes par rapport au troisième trimestre, soit une progression de + 0,4 %, alors que l’emploi est stable au niveau national. Les gains d'emploi de la région sont de même ampleur que les pertes enregistrées le trimestre précédent.

Les évolutions départementales ne sont pas homogènes cependant : les progressions d'emploi concernent la Savoie (+ 0,8 %), le Rhône (+ 0,6 %), ainsi que la Drôme et l'Isère (+ 0,5 %). Les gains sont un peu plus modestes pour la Haute-Savoie (+ 0,3 %). L'Ain maintient son niveau d'emploi, mais la Loire (- 0,1 %), et surtout l'Ardèche (- 0,4 %) perdent des salariés.

Figure 5 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 100,24 100,06
T3 2005 100,4 100,19
T4 2005 100,4 100,33
T1 2006 100,51 100,43
T2 2006 101,27 101
T3 2006 101,55 101,39
T4 2006 101,68 101,45
T1 2007 102,41 102,24
T2 2007 102,72 102,49
T3 2007 103,23 102,86
T4 2007 103,11 103,07
T1 2008 103,66 103,31
T2 2008 102,94 102,89
T3 2008 102,6 102,56
T4 2008 101,63 101,85
T1 2009 100,32 100,78
T2 2009 99,59 100,29
T3 2009 99,11 100,01
T4 2009 99,51 100,09
T1 2010 99,22 100,03
T2 2010 99,67 100,08
T3 2010 100,17 100,29
T4 2010 100,65 100,49
T1 2011 100,97 100,78
T2 2011 101,26 101,06
T3 2011 101,08 100,95
T4 2011 101,13 100,94
T1 2012 101,35 100,98
T2 2012 101,23 100,85
T3 2012 101,25 100,59
T4 2012 100,87 100,33
T1 2013 100,84 100,28
T2 2013 100,7 99,92
T3 2013 100,73 99,94
T4 2013 100,9 100,03
T1 2014 100,84 99,91
T2 2014 100,86 99,95
T3 2014 100,45 99,56
T4 2014 100,86 99,55
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 5 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Figure 6 – Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur (hors agriculture)

Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur (hors agriculture)
Secteur d'activités Effectif au 4e trimestre 2014 Évolution par rapport au 3e trimestre 2014
En effectif En % France métropolitaine (en %)
Industrie 402 900 -100 0,0 -0,3
Construction 149 600 -1 800 -1,2 -1,0
Tertiaire marchand (1)+(2)+(3) 1 081 300 8 500 0,8 0,4
(1) Commerce 305 200 100 0,0 0,0
(2) Services hors intérim 709 800 5 100 0,7 0,2
(3) Intérim 66 300 3 300 5,3 4,7
Ensemble 1 633 800 6 600 0,4 0,1
  • Champ : emploi salarié marchand en fin de trimestre (hors agriculture et salariés des particuliers employeurs) ; données corrigées des variations saisonnières
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Sur l'ensemble de l'année 2014, l'évolution est nettement plus favorable en Rhône-Alpes qu'au niveau national. La région maintient quasiment son niveau d'emploi en 2014 : les pertes sont limitées à 600 salariés, soit une baisse qui n'atteint pas - 0,1 %, contre - 0,3 % en France métropolitaine.

Au niveau départemental, les évolutions sont là encore contrastées : l'Ain, l'Ardèche et la Drôme sont dans la tendance régionale et maintiennent peu ou prou leur niveau d'emploi. Seul le Rhône gagne véritablement des salariés, 3 800 au total , soit une progression de 0,7 %. En revanche, l'emploi est à la baisse dans les départements alpins, limitée dans l'Isère (- 0,3 %), mais plus sensible (de l'ordre de - 0,7 %) dans les Savoie.

L’emploi interimaire se redresse

Au quatrième trimestre, le secteur de l'intérim connaît des gains importants d'emploi (+ 5,3 %, soit 3 300 emplois gagnés) après les fortes pertes du trimestre précédent. La tendance est comparable au niveau national avec une progression de + 4,7 %.

L'emploi intérimaire a connu de fortes variations trimestrielles à la hausse ou à la baisse en 2014. Finalement, sur l'année, le secteur limite ses pertes à 400 emplois (- 0,6 %), alors qu'au niveau national, la variation est également de faible amplitude, mais à la hausse (+ 0,1 %).

Figure 7 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 100,53 99,88
T3 2005 99,44 101,92
T4 2005 100,93 102,65
T1 2006 102,21 101,71
T2 2006 105,79 107,4
T3 2006 106,61 107,33
T4 2006 105,83 105,39
T1 2007 115,45 114,96
T2 2007 115,14 112,52
T3 2007 112,77 110,89
T4 2007 106,26 109,84
T1 2008 113,63 114,39
T2 2008 105,98 106,36
T3 2008 99,65 99,98
T4 2008 84,5 87,02
T1 2009 68,41 74,44
T2 2009 67,79 75,74
T3 2009 72,43 79,46
T4 2009 82,46 84,02
T1 2010 85,7 88,96
T2 2010 92,41 92,99
T3 2010 96,87 97,12
T4 2010 104,36 100,59
T1 2011 105,3 101,19
T2 2011 104 101,78
T3 2011 102,75 100,93
T4 2011 97,18 96,96
T1 2012 95,79 95,66
T2 2012 92,69 92,32
T3 2012 89,86 88,41
T4 2012 86,33 86,38
T1 2013 89,48 88,5
T2 2013 91,62 87,55
T3 2013 92,27 88,99
T4 2013 94,72 91,91
T1 2014 92,43 89,65
T2 2014 94,22 91,62
T3 2014 89,34 87,87
T4 2014 94,1 91,96
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi en fin de trimestre ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 7 – Évolution de l'emploi intérimaire

L'industrie préserve ses emplois, les services en gagnent

Après les pertes enregistrées au troisième trimestre, l'industrie maintient son niveau d'emploi ce trimestre. Tous les secteurs industriels enregistrent de faibles variations d'emploi, à l'exception de pertes dans le secteur regroupant la métallurgie, la plasturgie, les industries chimiques et du papier (- 400 salariés), compensées par des gains du même ordre dans l'alimentaire. Au niveau national, l'emploi industriel est en revanche orienté à la baisse (- 0,3 %). Sur l'ensemble de l'année 2014, l’emploi salarié rhônalpin perd 3 000 salariés dans l'industrie (- 0,7 % contre - 1,1 % en France Métropolitaine).

Pour le troisième trimestre consécutif, l’emploi salarié continue de se replier fortement dans le secteur de la construction. Les pertes atteignent 1 800 salariés (- 1,2 %) au quatrième trimestre. La régression est du même ordre en France métropolitaine (- 1,0 %). Sur un an, la région perd 4 200 salariés dans ce secteur, soit une baisse de - 2,7 %, la plus forte de ces cinq dernières années, mais qui reste cependant légèrement inférieure à celle enregistrée au niveau national (- 3,3 %).

Dans le commerce , après un léger repli au précédent trimestre, l’emploi salarié enregistre des variations de faible amplitude à la hausse (moins de 100 emplois gagnés) au quatrième trimestre. Au niveau national également, l'emploi du secteur est stable. Le secteur perd 1 700 salariés sur l'ensemble de l'année 2014, soit une baisse de - 0,6 %, légèrement plus marquée qu'au niveau national (- 0,4 %). Là encore, il s'agit de l'évolution la plus défavorable de ces cinq dernières années.

Les gains d'emploi sont élevés dans les services marchands hors intérim ce trimestre. Le secteur compte 5 100 salariés supplémentaires, soit une progression de + 0,7 %, plus importante que celle relevée au niveau national (+ 0,2 %). L'emploi progresse surtout pour les activités artistiques, sportives et associatives (+ 2,1 %), et dans le secteur regroupant les activités scientifiques et techniques et les services administratifs et de soutien (+ 0,9 %). Sur l'année, le secteur a gagné 8 700 salariés, soit une progression de + 1,2 %, contre + 0,5 % seulement au niveau national.

Figure 8 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 100,99 99,63 100,42 100,49
T3 2005 102,26 99,25 100,77 100,82
T4 2005 103,26 98,63 100,83 100,71
T1 2006 104,52 98,36 100,88 101,2
T2 2006 105,99 98,14 101,8 101,64
T3 2006 107,01 97,77 102,26 102,05
T4 2006 108,35 97,32 102,58 102,05
T1 2007 109,27 97,22 103,04 102,49
T2 2007 110,33 97,38 103,36 102,75
T3 2007 111,88 96,99 104,38 103,44
T4 2007 112,95 96,66 104,68 103,55
T1 2008 112,82 96,56 105,15 103,15
T2 2008 112,79 95,79 104,86 102,95
T3 2008 113,25 95,61 104,77 102,67
T4 2008 112,86 94,8 104,72 102,52
T1 2009 112,2 93,32 104,52 102,1
T2 2009 111,64 91,53 104,29 101,59
T3 2009 110,38 90,09 104,02 101,06
T4 2009 109,75 89,3 104,48 100,94
T1 2010 109,48 88,24 104,3 101,42
T2 2010 109,4 87,85 104,79 101,94
T3 2010 109,33 87,59 105,46 102,51
T4 2010 109,35 87,3 105,88 102,66
T1 2011 109,32 87,49 106,26 102,95
T2 2011 109,32 87,37 106,94 103,46
T3 2011 109,17 87,24 106,81 103,37
T4 2011 109,05 87,1 107,4 103,95
T1 2012 109,73 86,88 107,91 104,28
T2 2012 109,22 86,78 108,06 104,46
T3 2012 109,35 86,67 108,35 104,65
T4 2012 109,28 86,4 108,1 104,01
T1 2013 108,56 86,15 108,04 103,8
T2 2013 108,47 85,74 107,87 103,18
T3 2013 108,1 85,49 108,06 103,39
T4 2013 108,11 85,15 108,34 103,88
T1 2014 108,04 85,07 108,46 103,62
T2 2014 107,32 84,9 108,55 103,42
T3 2014 106,42 84,53 108,54 103,27
T4 2014 105,17 84,52 109,09 103,29
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 8 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes

Au quatrième trimestre 2014, le taux de chômage augmente en Rhône-Alpes comme au niveau national de 0,1 point

Le taux de chômage s'élève à 8,9 % de la population active au quatrième trimestre 2014 en Rhône-Alpes. Il augmente de + 0,1 point par rapport au troisième trimestre, après une hausse de + 0,2 point. Il s’établit ainsi à 0,4 point au-dessus de son niveau du quatrième trimestre 2013. Au niveau national, les variations sont identiques, tant sur un trimestre que sur un an, mais le niveau du taux de chômage national est plus élevé, puiqu'il atteint 10,0 % de la population active.

Figure 9 – Taux de chômage

En %, CVS
Taux de chômage
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 7,2 8,3
T2 2005 7,4 8,4
T3 2005 7,5 8,6
T4 2005 7,5 8,7
T1 2006 7,5 8,8
T2 2006 7,3 8,6
T3 2006 7,3 8,5
T4 2006 6,8 8,0
T1 2007 7,0 8,1
T2 2007 6,7 7,8
T3 2007 6,6 7,6
T4 2007 6,1 7,1
T1 2008 5,9 6,8
T2 2008 6,0 7,0
T3 2008 6,2 7,1
T4 2008 6,6 7,4
T1 2009 7,5 8,2
T2 2009 8,2 8,8
T3 2009 8,2 8,8
T4 2009 8,5 9,1
T1 2010 8,3 9,0
T2 2010 8,1 8,9
T3 2010 8,0 8,8
T4 2010 7,9 8,8
T1 2011 7,8 8,7
T2 2011 7,7 8,6
T3 2011 7,8 8,8
T4 2011 7,9 8,9
T1 2012 8,1 9,1
T2 2012 8,3 9,3
T3 2012 8,4 9,4
T4 2012 8,7 9,7
T1 2013 8,8 9,9
T2 2013 8,8 10,0
T3 2013 8,8 9,9
T4 2013 8,5 9,6
T1 2014 8,6 9,7
T2 2014 8,6 9,7
T3 2014 8,8 9,9
T4 2014 8,9 10,0
  • Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 9 – Taux de chômage

En Rhône-Alpes, le taux de chômage augmente depuis un an dans tous les départements d'au moins 0,3 point, les plus touchés étant la Savoie et la Drôme (respectivement + 0,6 point et + 0,5 point). Depuis le maximum atteint au deuxième trimestre 2014, c’est le département de l’Isère qui résiste le mieux à la hausse. Depuis l’année 2011, au-delà des variations de court terme, la hiérarchie des taux de chômage par département ne se modifie pas en Rhône-Alpes.

Figure 10 – Chômage au 4e trimestre 2014 par département

Chômage au 4e trimestre 2014 par département
Taux (en %) Évolution sur 1 an (en point)
Savoie 8,1 0,6
Drôme 11,1 0,5
Loire 10,1 0,4
Ain 7,3 0,4
Ardèche 10,7 0,4
Rhône-Alpes 9,3 0,3
Isère 8,3 0,3
Haute-Savoie 7,5 0,3
Rhône-Alpes 8,9 0,4
France métropolitaine 10,0 0,4
  • Note : ordre décroissant des évolutions sur un an
  • Source : Insee, taux de chômage localisés (Rhône-Alpes) et au sens du BIT (France)

Figure 10 – Chômage au 4e trimestre 2014 par département

Encadrés

Contexte national - Un peu de carburant pour la consommation et pour les marges

Comme attendu, l’activité a peu progressé en France au quatrième trimestre 2014 (+ 0,1 %). Au premier semestre 2015, la consommation des ménages serait dynamique, soutenue par le regain de pouvoir d’achat offert notamment par la forte baisse des prix du pétrole. En revanche, le climat des affaires, qui n’a que légèrement progressé depuis novembre et reste inférieur à sa moyenne de long terme, fait état d’un attentisme persistant des entreprises. Leur investissement stagnerait donc, malgré les conditions de financement favorables et la nette remontée de leur taux de marge, qui atteindrait son plus haut depuis début 2011. Par ailleurs, l’investissement des ménages continuerait de reculer. Au total, le PIB accélérerait à + 0,4 % au premier trimestre 2015, du fait d’un rebond ponctuel de la production d’énergie après un automne doux, puis progresserait de 0,3 % au deuxième trimestre. Mi-2015, la hausse de l’activité atteindrait + 1,1 % sur un an, le rythme le plus haut depuis fin 2011. Le regain d’activité et les politiques d’enrichissement de la croissance en emplois ne suffiraient pas à enrayer la baisse de l’emploi marchand sur le semestre et, malgré le soutien des emplois aidés, le chômage continuerait d’augmenter, à 10,6 % mi-2015.

Contexte international - Accélération progressive en zone euro, croissance robuste dans les pays anglo-saxons

Au quatrième trimestre 2014, l’activité est restée solide dans les pays avancés. Le dynamisme de la consommation a permis une croissance robuste aux États-Unis et au Royaume-Uni, tandis que l’activité a légèrement accéléré dans la zone euro. Dans les pays émergents, en revanche, l’activité a tourné au ralenti, notamment en Chine. Au premier semestre 2015, le décalage conjoncturel entre les pays anglo-saxons et la zone euro tendrait à s’amenuiser. Dans cette dernière, sous l’effet des baisses récentes du prix du pétrole et du cours de l’euro, la consommation et le commerce extérieur seraient dynamiques. L’activité resterait soutenue en Espagne, grâce aussi à la vigueur de l’investissement, et en Allemagne, qui bénéficierait de l’instauration du salaire minimum, mais elle redémarrerait très lentement en Italie. Aux États-Unis comme au Royaume-Uni, la vigueur de la consommation des ménages continuerait de générer une croissance soutenue, mais l’appréciation de leurs monnaies pèserait sur le commerce extérieur. Dans les pays émergents, l’activité continuerait de tourner au ralenti, et leurs importations seraient peu dynamiques.

Pour en savoir plus

Note de conjoncture nationale, avril 2015 « Un peu de carburant pour la consommation et pour les marges »