Les freins se desserrent un peu

Pierre-Jean Chambard, Michel Poinsard, Insee

Plusieurs indicateurs demeurent mal orientés en Rhône-Alpes au troisième trimestre. La fréquentation hôtelière est en recul par rapport à l'année dernière. Les mises en chantier fléchissent nettement. L'emploi salarié privé régresse dans l'ensemble de la région. Seuls certains secteurs des services sont épargnés. L'intérim en particulier se replie fortement. Néanmoins, des signes de moindre crispation de l'activité déjà relevés au niveau national semblent concerner également la région : les exportations augmentent légèrement et se stabilisent à leur niveau de l'année précédente. Les autorisations de construire progressent ce trimestre. Enfin, le taux de chômage régional augmente légèrement, mais reste nettement inférieur à celui enregistré dans l'ensemble de la France métropolitaine.

Insee Conjoncture Rhône-Alpes
No 03
Paru le : 22/01/2015

Les exportations de Rhône-Alpes se stabilisent au troisième trimestre 2014

Les exportations de Rhône-Alpes augmentent de + 0,3 % au troisième trimestre 2014 (11,4 milliards d'euros en données corrigées des variations saisonnières), et se retrouvent au même niveau qu’au troisième trimestre 2013. France entière, les exportations progressent de + 1,4 % en un trimestre (106,5 milliards d’euros) et se situent, comme en Rhône-Alpes, au même niveau qu’au troisième trimestre 2013.

Sur les quatre derniers trimestres cumulés (du quatrième de 2013 au troisième de 2014), les exportations de Rhône-Alpes en produits métallurgiques et métalliques reculent à nouveau (de - 3,3 %), mais moins rapidement qu’au trimestre précédent (- 5,3 %). De même, les exportations de produits chimiques, parfums et cosmétiques diminuent de - 0,9 % (faisant suite à un recul de - 1,3 % au deuxième trimestre). Sur la même période, en revanche, les exportations de produits des industries agroalimentaires progressent de + 2,2 % (après + 1,6 % au deuxième trimestre).

Les exportations diminuent de - 2,4 % vers le continent américain (- 1,8 % au deuxième trimestre) et modérément vers l’Asie (- 0,5 %, à comparer à une baisse de - 2,6 % au trimestre précédent). Les exportations vers l’Union européenne progressent (+ 0,8 % après + 0,6 % au deuxième trimestre), tandis que celles à destination des pays européens hors Union économique diminuent de - 1,1 % après - 3,1 %.

Figure 1 – Évolution des montants des exportations

En milliards d'euros
Évolution des montants des exportations
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2006 10,6 97,6
T2 2006 10,9 98,9
T3 2006 10,5 95,7
T4 2006 11,2 98,6
T1 2007 11,2 99,7
T2 2007 11,1 100,0
T3 2007 11,3 100,4
T4 2007 11,7 101,4
T1 2008 12,3 106,0
T2 2008 12,1 105,2
T3 2008 11,9 105,3
T4 2008 10,5 96,8
T1 2009 8,9 84,2
T2 2009 8,9 83,0
T3 2009 9,1 87,4
T4 2009 9,5 87,1
T1 2010 9,7 91,6
T2 2010 10,6 97,7
T3 2010 11,1 100,3
T4 2010 11,1 100,6
T1 2011 12,0 104,8
T2 2011 12,0 105,1
T3 2011 12,1 105,1
T4 2011 11,8 105,7
T1 2012 12,4 109,9
T2 2012 12,1 106,9
T3 2012 11,9 109,3
T4 2012 11,8 108,1
T1 2013 11,3 106,3
T2 2013 11,5 107,6
T3 2013 11,3 106,5
T4 2013 11,3 107,1
T1 2014 11,6 105,3
T2 2014 11,3 105,0
T3 2014 11,4 106,5
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières
  • Source : Douanes

Figure 1 – Évolution des montants des exportations

Les mises en chantier fléchissent nettement au troisième trimestre 2014

Au troisième trimestre 2014, les mises en chantier de logements en Rhône-Alpes baissent de - 6,6 % par rapport au deuxième trimestre (- 4,0 % au deuxième trimestre par rapport au premier). Le niveau des mises en chantier s'établit ainsi à 33 000 logements en rythme annuel. En octobre et novembre, la tendance baissière marque un palier. Pour l'ensemble de la France métropolitaine, la diminution se limite à - 2,6 % (soit un niveau de 291 000 logements annuellement) contre - 5,1 % au deuxième trimestre. Le ralentissement de cette baisse se confirme à l’automne.

Figure 2 – Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements commencés
Rhône-Alpes France métropolitaine
janv.|2005 100 100
févr.|2005 98,86 101,1
mars|2005 98,88 101,67
avr.|2005 96,65 102,12
mai|2005 97,02 103,03
juin|2005 97,03 103,78
juil.|2005 95,43 104,96
août|2005 95,98 105
sept.|2005 97,68 105,62
oct.|2005 98,6 106,6
nov.|2005 97,83 108,57
déc.|2005 100,23 110,73
janv.|2006 100,49 111,31
févr.|2006 101,43 111,48
mars|2006 101,99 113,61
avr.|2006 104,57 114,09
mai|2006 105,76 114,55
juin|2006 106,3 116,13
juil.|2006 106,01 115,38
août|2006 105,62 116,23
sept.|2006 105 117,05
oct.|2006 104,14 116,44
nov.|2006 108,03 116
déc.|2006 105,16 114,06
janv.|2007 102,89 112,66
févr.|2007 102,49 111,74
mars|2007 104,43 111,98
avr.|2007 103,52 110,38
mai|2007 104,41 111,63
juin|2007 107,3 112,11
juil.|2007 109,2 114,47
août|2007 113,28 115,44
sept.|2007 116,71 115,32
oct.|2007 117,53 116,37
nov.|2007 113,7 115,1
déc.|2007 115,65 115,65
janv.|2008 116,83 115,22
févr.|2008 118,98 114,63
mars|2008 116,57 112,5
avr.|2008 113,48 110,24
mai|2008 113,28 108,6
juin|2008 110,74 104,78
juil.|2008 114,17 106,72
août|2008 110,67 105,38
sept.|2008 104,99 102,76
oct.|2008 103,12 100,74
nov.|2008 104,47 101,35
déc.|2008 100,87 98,77
janv.|2009 100,78 96,53
févr.|2009 98,29 96,91
mars|2009 95,8 95,32
avr.|2009 95,95 95,58
mai|2009 93,78 93,46
juin|2009 90,11 92,83
juil.|2009 85,89 87,13
août|2009 84,53 85,75
sept.|2009 84,61 84,71
oct.|2009 84,13 84,83
nov.|2009 82,33 82,62
déc.|2009 81,64 82,66
janv.|2010 78,8 82,28
févr.|2010 76 79,72
mars|2010 77,01 81,59
avr.|2010 79,71 82,99
mai|2010 78,8 83,05
juin|2010 78,17 81,97
juil.|2010 78,05 82,99
août|2010 76,56 81,16
sept.|2010 75,64 81,23
oct.|2010 76,49 81,77
nov.|2010 76,56 83,1
déc.|2010 82,36 85,25
janv.|2011 87,71 87,4
févr.|2011 95,45 92,37
mars|2011 96,79 91,72
avr.|2011 97,57 92,75
mai|2011 99,42 93,75
juin|2011 98,4 93,34
juil.|2011 97,55 93,53
août|2011 99,56 94,52
sept.|2011 100,99 95,1
oct.|2011 103,08 95,83
nov.|2011 105,71 98,57
déc.|2011 104,12 102,47
janv.|2012 102,17 103,7
févr.|2012 95,37 100,36
mars|2012 93,67 100,14
avr.|2012 92,45 98,44
mai|2012 90,13 96,65
juin|2012 91,34 98,66
juil.|2012 90,81 97,44
août|2012 87,31 95,76
sept.|2012 87,07 95,45
oct.|2012 83,77 93,05
nov.|2012 83,75 89,53
déc.|2012 82,81 86,11
janv.|2013 81,73 84,19
févr.|2013 82,53 83,3
mars|2013 83,15 83,32
avr.|2013 82,13 83,89
mai|2013 81,91 84,61
juin|2013 83,31 84,86
juil.|2013 85,16 84,72
août|2013 86,04 84,71
sept.|2013 84,81 84,5
oct.|2013 84,1 84,09
nov.|2013 80,23 83,2
déc.|2013 78,69 81,62
janv.|2014 76,81 81,57
févr.|2014 75,01 81,11
mars|2014 72,43 79,45
avr.|2014 72,48 77,99
mai|2014 72,3 76,71
juin|2014 70,59 75,03
juil.|2014 67,6 74,9
août|2014 66,71 74,51
sept.|2014 66,76 74,28
oct.|2014 67,5 73,97
nov.|2014 67,63 73,65
  • Note : données mensuelles brutes, en date de prise en compte. Chaque point représente la moyenne des 12 derniers mois
  • Source : SOeS, Sit@del2

Figure 2 – Évolution du nombre de logements commencés

Les autorisations de construire progressent en Rhône-Alpes au troisième trimestre 2014 (+ 1,8 % après une baisse de - 4,4 % au deuxième trimestre), correspondant à un niveau de 52 600 logements en rythme annuel. Pour la France métropolitaine aussi, le nombre de logements autorisés augmente (+ 0,6 %, après - 5,0 % au deuxième trimestre), à un niveau de 373 000 logements en rythme annuel. Toutefois, l’évolution s’oriente vers une baisse modérée à l’automne.

Figure 3 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Rhône-Alpes France métropolitaine
janv.|2005 100 100
févr.|2005 100,67 100,55
mars|2005 100,97 102,01
avr.|2005 102,6 102,7
mai|2005 101,59 103,46
juin|2005 103,64 104,57
juil.|2005 104,84 105,88
août|2005 104,45 106,45
sept.|2005 105,02 107,98
oct.|2005 105,88 108,35
nov.|2005 104,73 108,73
déc.|2005 107,47 110,4
janv.|2006 109,35 111,9
févr.|2006 112,24 113,45
mars|2006 114,28 114,86
avr.|2006 115,36 115,81
mai|2006 116,63 116,57
juin|2006 118,05 118,29
juil.|2006 117,17 119,38
août|2006 117,98 119,32
sept.|2006 119,89 119,06
oct.|2006 119,54 120,27
nov.|2006 122,44 121,14
déc.|2006 121,16 120,38
janv.|2007 120,14 120,07
févr.|2007 120,15 119,65
mars|2007 122,94 121,01
avr.|2007 120,93 120,32
mai|2007 121,07 120,59
juin|2007 122,98 119,59
juil.|2007 125,39 119,23
août|2007 129,55 120,44
sept.|2007 130 120,61
oct.|2007 130,79 119,75
nov.|2007 129,45 117,48
déc.|2007 129,92 115,31
janv.|2008 131,4 114,05
févr.|2008 131,45 113
mars|2008 126,46 110,21
avr.|2008 126,89 109,45
mai|2008 124,18 107,75
juin|2008 118,55 106,22
juil.|2008 116,75 104,65
août|2008 110,89 101,9
sept.|2008 108,83 99,38
oct.|2008 106,02 97,66
nov.|2008 104,78 97,53
déc.|2008 99,28 96,58
janv.|2009 96,91 95,81
févr.|2009 91,88 94,82
mars|2009 89,26 90,7
avr.|2009 84,65 88,6
mai|2009 84,47 86,79
juin|2009 81,86 83,94
juil.|2009 80,36 82,57
août|2009 79,3 80,96
sept.|2009 78,47 80,08
oct.|2009 77,04 79,81
nov.|2009 76,49 78,79
déc.|2009 77,12 78,03
janv.|2010 77,65 77,16
févr.|2010 78,36 76,74
mars|2010 82,02 80,27
avr.|2010 86,67 81,95
mai|2010 87,74 83,57
juin|2010 91,56 84,73
juil.|2010 91,71 87,37
août|2010 92,81 88,6
sept.|2010 93,61 89,61
oct.|2010 94,77 89,62
nov.|2010 94,25 89,45
déc.|2010 97,43 90,66
janv.|2011 97,55 92,21
févr.|2011 100,56 93,93
mars|2011 99,8 93,45
avr.|2011 98,55 93,46
mai|2011 99,41 94,11
juin|2011 99,74 94,87
juil.|2011 102,68 95,79
août|2011 106,01 96,77
sept.|2011 107,86 97,95
oct.|2011 109,9 101,11
nov.|2011 110,93 103,58
déc.|2011 111,56 106,38
janv.|2012 111,79 106,92
févr.|2012 109,79 106,7
mars|2012 109,92 106,79
avr.|2012 111,99 106,91
mai|2012 112,6 106,73
juin|2012 113,94 106,85
juil.|2012 113,06 106,66
août|2012 111,59 106,82
sept.|2012 109,78 107,42
oct.|2012 108,34 105,06
nov.|2012 110,02 103,72
déc.|2012 106,7 99,89
janv.|2013 106,84 99,85
févr.|2013 107,54 100,03
mars|2013 109,86 101,48
avr.|2013 107,92 100,93
mai|2013 105,05 99,04
juin|2013 102,38 97,84
juil.|2013 100,59 94,8
août|2013 98,35 91,91
sept.|2013 95,88 89,66
oct.|2013 96,03 88,59
nov.|2013 94,96 86,89
déc.|2013 95,27 86,75
janv.|2014 94,41 84,15
févr.|2014 92,94 81,48
mars|2014 91,75 79,99
avr.|2014 89,92 78,43
mai|2014 87,97 77,64
juin|2014 88,81 77,3
juil.|2014 91,15 78,15
août|2014 89,5 78,58
sept.|2014 90,77 77,95
oct.|2014 87,41 77,2
nov.|2014 84,98 76,02
  • Note : données mensuelles brutes, en date de prise en compte. Chaque point représente la moyenne des 12 derniers mois
  • Source : SOeS, Sit@del2

Figure 3 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Le recul des nuitées étrangères contribue à la baisse de la fréquentation hôtelière en Rhône-Alpes

La fréquentation des hôtels de Rhône-Alpes diminue de - 5,3 % au troisième trimestre 2014 par rapport au même trimestre de 2013 et s'établit à 5,2 millions de nuitées. Cette nouvelle baisse, faisant suite à celle de - 6,0 % au deuxième trimestre (donnée révisée) provient d'un fort recul dans l'ensemble des départements, à l'exception de l'Ain où le nombre de nuitées ne varie pas d'une année à l'autre. La part des nuitées étrangères, stable au deuxième trimestre, diminue nettement au cours du troisième trimestre 2014 par rapport au trimestre correspondant de 2013 (25,5 % contre 27,9 %). La baisse du taux d'occupation de 2,4 points, à 57,4 % dans la région, résulte de nets reculs dans la plupart des départements, à l'exception du Rhône.

Figure 4 – Évolution du nombre de nuitées mensuelles dans l'hôtellerie

En milliers de nuitées
Évolution du nombre de nuitées mensuelles dans l'hôtellerie
2012 2013 2014
Janvier 1 688 1 693 1 601
Février 1 960 1 911 1 866
Mars 1 973 2 221 1 923
Avril 1 357 1 352 1 339
Mai 1 215 1 322 1 199
Juin 1 510 1 587 1 464
Juillet 1 889 1 994 1 758
Août 1 887 1 990 2 008
Septembre 1 433 1 476 1 406
Octobre 1 189 1 239 1 224
Novembre 1 057 1 031
Décembre 1 504 1 491
  • Note : données mensuelles brutes
  • Suite au changement de méthode intervenu début 2013, les données 2012 ont été rétropolées
  • Source : Insee ; DGCIS, partenaires régionaux

Figure 4 – Évolution du nombre de nuitées mensuelles dans l'hôtellerie

L'emploi régresse dans tous les départements rhônalpins

L'emploi salarié marchand non agricole rhônalpin recule au 3trimestre 2014, avec une perte de 6 200 postes, soit une régression de - 0,4 %, comparable à celle enregistrée au niveau national (- 0,3 %). Tous les secteurs sont à la baisse à l’exception des services marchands hors intérim. Sur un an, l'évolution est légèrement meilleure dans la région : 4 500 emplois sont perdus, soit une baisse de - 0,3 %, contre - 0,4 % en France métropolitaine.

Figure 5 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 100,24 100,06
T3 2005 100,39 100,18
T4 2005 100,4 100,33
T1 2006 100,52 100,43
T2 2006 101,27 101
T3 2006 101,54 101,38
T4 2006 101,68 101,45
T1 2007 102,42 102,25
T2 2007 102,72 102,49
T3 2007 103,23 102,86
T4 2007 103,11 103,07
T1 2008 103,67 103,32
T2 2008 102,93 102,89
T3 2008 102,6 102,56
T4 2008 101,63 101,84
T1 2009 100,33 100,79
T2 2009 99,59 100,29
T3 2009 99,11 100,01
T4 2009 99,52 100,09
T1 2010 99,22 100,03
T2 2010 99,67 100,09
T3 2010 100,17 100,3
T4 2010 100,66 100,5
T1 2011 100,98 100,79
T2 2011 101,27 101,07
T3 2011 101,1 100,97
T4 2011 101,15 100,94
T1 2012 101,4 100,99
T2 2012 101,28 100,87
T3 2012 101,34 100,62
T4 2012 100,99 100,33
T1 2013 100,95 100,28
T2 2013 100,78 99,95
T3 2013 100,83 99,97
T4 2013 101,02 100,02
T1 2014 100,97 99,93
T2 2014 100,94 99,97
T3 2014 100,55 99,61
  • Note : données trimestrielles
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Figure 5 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Figure 6 – Emploi salarié privé par secteur d'activité (hors agriculture)

Emploi salarié privé par secteur d'activité (hors agriculture)
Secteur d'activités Effectif au 3e trimestre 2014 Évolution par rapport au 2e trimestre 2014
En effectif En % France métropolitaine (en %)
Industrie 402 250 - 1 900 - 0,5 - 0,4
Construction 151 600 - 1 100 - 0,7 - 1,1
Tertiaire marchand (1)+(2)+(3) 1 075 000 - 3 200 - 0,3 - 0,3
(1) Commerce 305 350 - 600 - 0,2 - 0,4
(2) Services hors intérim 706 900 + 1 050 + 0,2 0
(3) Intérim 62 750 - 3 700 - 5,6 - 4,0
Ensemble 1 628 850 - 6 200 - 0,4 - 0,3
  • Champ : emploi salarié marchand en fin de trimestre (hors agriculture et salariés des particuliers employeurs) ; données corrigées des variations saisonnières
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Aucun département rhônalpin ne parvient à maintenir son niveau d'emploi ce trimestre. C'est en Isère et dans le Rhône que les pertes d'emploi sont les plus modérées (- 0,2 %). La baisse est un peu plus sensible dans la Loire (- 0,4 %), en Ardèche et en Haute-Savoie (- 0,5  % pour chacun de ces départements). L'Ain (- 0,6 %) et la Savoie (- 0,7 %) voient également le nombre de leurs salariés régresser. Avec un peu plus de 1 000 emplois perdus, c'est dans la Drôme que les pertes enregistrées sont les plus fortes (- 0,8 %).

En glissement annuel, la Loire (- 1,1 %) et la Savoie (- 1,2  %) enregistrent les plus fortes pertes d'emploi. L'Isère et la Haute-Savoie voient leur nombre de salariés diminuer de - 0,6 %. Le Rhône et la Drôme maintiennent leur niveau d'emploi et l'emploi salarié privé est à la hausse dans l'Ain (+ 0,3 %) et en Ardèche (+ 0,5 %).

L’emploi se replie fortement dans l'intérim

Au contraire du trimestre précédent, l’emploi intérimaire enregistre de fortes pertes (- 5,6  % soit 3 700 emplois perdus). Le repli est plus marqué dans la région qu’à l’échelon national (- 4,0 %).

L’intérim s’inscrit en baisse également sur les douze derniers mois, de manière plus nette dans la région (- 3,3 %, soit 2 150 emplois en moins) qu'au niveau national (- 1,2 %).

Figure 7 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1|2005 100 100
T2|2005 100,52 99,88
T3|2005 99,41 101,92
T4|2005 100,93 102,65
T1|2006 102,21 101,71
T2|2006 105,77 107,4
T3|2006 106,57 107,33
T4|2006 105,86 105,39
T1|2007 115,44 114,94
T2|2007 115,1 112,54
T3|2007 112,71 110,89
T4|2007 106,33 109,84
T1|2008 113,61 114,37
T2|2008 105,93 106,36
T3|2008 99,58 99,98
T4|2008 84,61 87,02
T1|2009 68,4 74,42
T2|2009 67,71 75,74
T3|2009 72,34 79,46
T4|2009 82,61 84,02
T1|2010 85,71 88,94
T2|2010 92,28 92,99
T3|2010 96,78 97,13
T4|2010 104,53 100,61
T1|2011 105,32 101,15
T2|2011 103,86 101,8
T3|2011 102,69 100,98
T4|2011 97,34 96,95
T1|2012 95,83 95,66
T2|2012 92,55 92,32
T3|2012 89,71 88,43
T4|2012 86,71 86,53
T1|2013 89,43 88,43
T2|2013 91,54 87,55
T3|2013 92,08 89,04
T4|2013 95,19 92,13
T1|2014 92,35 89,58
T2|2014 94,27 91,65
T3|2014 89,01 87,96
  • Note : données trimestrielles
  • Champ : emploi en fin de trimestre ; données corrigées des variations saisonnières
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Figure 7 – Évolution de l'emploi intérimaire

L'emploi est à la baisse dans l'industrie, mais reste bien orienté dans les services

Après un trimestre de quasi-stabilité, l'industrie perd des emplois au 3e trimestre 2014 : la baisse régionale atteint - 0,5 %, soit 1 900 postes en moins. L'évolution est comparable (- 0,4 %) au niveau national. Sur un an, l’emploi salarié industriel perd 4 500 postes dans la région (- 1,1 % contre - 1,2 % en France Métropolitaine).

L’emploi salarié continue de fléchir dans le secteur de la construction en Rhône-Alpes au 3e trimestre : - 0,7 %, soit - 1 100 salariés. La régression est toutefois plus contenue qu'au niveau national (- 1,1 %). En glissement annuel, la région perd 2 350 salariés dans ce secteur, soit une baisse de - 1,5 % contre - 2,6 % en France métropolitaine.

Après s’être stabilisé au précédent trimestre, l’emploi salarié repart légèrement à la baisse dans le secteur du commerce au 3e trimestre 2014 (- 0,2 % soit - 600 postes), de manière plus atténuée toutefois qu’au niveau national (- 0,4 %). Sur un an, les pertes d'emploi du secteur sont limitées : - 0,1 % au niveau régional comme au niveau national.

Les services marchands hors intérim gagnent 1 050 salariés ce trimestre en Rhône-Alpes (+ 0,2 %). Au niveau national en revanche, l'emploi du secteur ne progresse pas. En glissement annuel, la région compte 4 900 salariés de plus dans ce secteur, soit une progression de + 0,7 %, contre + 0,4 % au niveau national.

Figure 8 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1|2005 100 100 100 100
T2|2005 101,01 99,63 100,42 100,49
T3|2005 102,23 99,25 100,78 100,82
T4|2005 103,27 98,64 100,82 100,71
T1|2006 104,52 98,36 100,88 101,2
T2|2006 105,98 98,14 101,81 101,63
T3|2006 107 97,77 102,26 102,05
T4|2006 108,36 97,32 102,58 102,05
T1|2007 109,26 97,23 103,04 102,49
T2|2007 110,3 97,38 103,36 102,74
T3|2007 111,88 96,99 104,38 103,45
T4|2007 112,97 96,66 104,67 103,55
T1|2008 112,8 96,56 105,16 103,15
T2|2008 112,76 95,8 104,86 102,95
T3|2008 113,28 95,61 104,77 102,67
T4|2008 112,86 94,8 104,71 102,52
T1|2009 112,17 93,32 104,53 102,1
T2|2009 111,63 91,54 104,28 101,59
T3|2009 110,39 90,09 104,03 101,06
T4|2009 109,73 89,3 104,47 100,94
T1|2010 109,47 88,24 104,31 101,42
T2|2010 109,4 87,86 104,8 101,95
T3|2010 109,35 87,59 105,48 102,52
T4|2010 109,3 87,3 105,9 102,67
T1|2011 109,38 87,51 106,28 102,93
T2|2011 109,33 87,4 106,96 103,47
T3|2011 109,22 87,26 106,84 103,37
T4|2011 108,99 87,11 107,44 103,97
T1|2012 109,84 86,86 107,99 104,28
T2|2012 109,23 86,73 108,19 104,52
T3|2012 109,46 86,55 108,55 104,72
T4|2012 109,23 86,28 108,35 104,1
T1|2013 108,69 86 108,3 103,87
T2|2013 108,48 85,59 108,09 103,31
T3|2013 108,24 85,31 108,32 103,49
T4|2013 108,02 85,03 108,59 103,97
T1|2014 108,2 84,94 108,73 103,67
T2|2014 107,34 84,78 108,75 103,55
T3|2014 106,59 84,37 108,8 103,35
  • Note : données trimestrielles
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières
  • Source : Insee, estimations d'emploi

Figure 8 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Rhône-Alpes

Au troisième trimestre 2014, le taux de chômage augmente en Rhône-Alpes comme au niveau national de 0,2 point

Après la stabilité du deuxième trimestre, le taux de chômage augmente en Rhône-Alpes de 0,2 point, pour atteindre 8,8 % de la population active au troisième trimestre 2014. Il s’établit ainsi à 0,1 point au-dessus de son niveau du troisième trimestre 2013. Pour l’ensemble de la France métropolitaine, le taux de chômage s’élève à 9,9 %, en hausse de 0,2 point en un trimestre.

Figure 9 – Taux de chômage

En %, CVS
Taux de chômage
Rhône-Alpes France métropolitaine
T1|2005 7,2 8,3
T2|2005 7,4 8,4
T3|2005 7,5 8,6
T4|2005 7,5 8,7
T1|2006 7,5 8,8
T2|2006 7,3 8,6
T3|2006 7,3 8,5
T4|2006 6,8 8,0
T1|2007 7,0 8,1
T2|2007 6,7 7,8
T3|2007 6,6 7,7
T4|2007 6,1 7,1
T1|2008 5,9 6,8
T2|2008 6,0 7,0
T3|2008 6,2 7,1
T4|2008 6,5 7,4
T1|2009 7,5 8,2
T2|2009 8,3 8,8
T3|2009 8,2 8,8
T4|2009 8,5 9,1
T1|2010 8,3 9,0
T2|2010 8,1 8,9
T3|2010 8,0 8,8
T4|2010 7,9 8,8
T1|2011 7,8 8,7
T2|2011 7,7 8,6
T3|2011 7,8 8,8
T4|2011 8,0 8,9
T1|2012 8,1 9,1
T2|2012 8,3 9,3
T3|2012 8,4 9,4
T4|2012 8,7 9,7
T1|2013 8,8 9,9
T2|2013 8,8 10,0
T3|2013 8,7 9,9
T4|2013 8,5 9,7
T1|2014 8,6 9,7
T2|2014 8,6 9,7
T3|2014 8,8 9,9
  • Note : données trimestrielles
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisés

Figure 9 – Taux de chômage

Le taux de chômage régional est parmi les plus bas de France métropolitaine

Les départements rhônalpins affichent des taux de chômage proches de leur niveau d'il y a un an, en légère augmentation dans les départements savoyards et la Drôme. Rhône-Alpes reste parmi les régions ayant les taux de chômage les plus bas, avec les Pays de la Loire et l’Auvergne. À l’opposé, le Languedoc et le Nord-Pas-de-Calais enregistrent les taux les plus élevés.

Figure 10 – Chômage au 3e trimestre 2014 par département

Chômage au 3e trimestre 2014 par département
Taux (en %) Évolution sur 1 an (en point)
Savoie 7,9 0,2
Haute-Savoie 7,5 0,1
Drôme 11,0 0,1
Loire 10,0 0,0
Rhône 9,2 0,0
Isère 8,3 0,0
Ain 7,1 0,0
Ardèche 10,6 -0,1
Rhône-Alpes 8,8 0,1
France métropolitaine 9,9 0,0
  • Note : Ordre décroissant des évolutions sur un an
  • Source : Insee, taux de chômage localisés (Rhône-Alpes) et au sens du BIT (France)

Encadrés

Contexte national - Les freins se desserrent un peu

Au 3e trimestre 2014, l’activité en France s’est révélée un peu plus dynamique que prévu (+ 0,3 %), sous l’effet de facteurs ponctuels. L’économie française croîtrait légèrement au 4e trimestre (+ 0,1 %) avant d’accélérer un peu au 1er semestre 2015 (+ 0,3 % par trimestre). Plusieurs freins communs aux pays de la zone euro se sont en effet desserrés à l’automne : la dépréciation de l’euro soutient la compétitivité des entreprises ; la baisse du cours du pétrole renforce le pouvoir d’achat des ménages et la situation financière des entreprises ; le revenu des ménages serait également moins handicapé par les hausses d’impôts. Des freins plus spécifiques à l’économie française se desserreraient : le fort ajustement de l’investissement en logement toucherait à sa fin et la situation financière des entreprises s’améliorerait avec la montée en charge du CICE et l’instauration du Pacte de responsabilité. Le recul de l’emploi marchand s’atténuerait et, avec le soutien des contrats aidés, l’emploi total progresserait légèrement. La population active s’accroissant toutefois un peu plus vite, le taux de chômage augmenterait de nouveau pour atteindre 10,2 % mi-2015 en France métropolitaine.

Contexte international - Légère embellie en zone euro

Au 3e trimestre 2014, l’activité a légèrement accéléré dans les pays avancés. Les économies américaine et britannique ont de nouveau fortement progressé, tandis que la croissance est restée modeste en zone euro. Dans les économies émergentes, l’activité a continué de tourner au ralenti. Dans les pays avancés, le découplage perdure entre les pays anglo-saxons où le climat des affaires est à un niveau élevé depuis le début de l’année, et la zone euro où le climat reste morose. Au premier semestre 2015, la croissance reprendrait un peu de vigueur dans la zone euro, notamment en Allemagne où l’instauration d’un salaire minimum génèrerait des effets de revenus positifs. En Espagne, la stabilisation de la construction desserrerait le principal frein restant à la croissance et l’activité y serait dynamique. En Italie en revanche, l’activité resterait atone. Au Japon, la hausse de la TVA en avril 2014 a pesé fortement sur la demande intérieure, de sorte que l’activité y est très dégradée, et ne se rétablirait que lentement. La croissance resterait modérée dans les économies émergentes.