2009 : une saison très favorable pour les campings, une année difficile pour l'hôtellerie

Dominique Pallez, pôle de compétence tourisme, Insee

En 2009, sur la seule saison d'été, le nombre de nuitées dans les campings a progressé de 4,2 %. Ils ont bénéficié d'arrivées en plus grand nombre de la clientèle hexagonale, qui est venue combler, et même au-delà, les défections étrangères. Conséquence de la crise économique, une partie de cette clientèle a opté pour des séjours meilleur marché. Mais les campings ont aussi recueilli, comme au cours des quelques années passées, le fruit d'une politique de développement des emplacements locatifs. En revanche, les hôtels ont enregistré un recul de 4,0 % sur la saison. Ils ont souffert tout à la fois d'une diminution de la clientèle d'affaires et d'une moindre venue des touristes étrangers. Le recul a été plus important hors de la période d'été et les difficultés ont été plus grandes dans les villes que sur le littoral ou à la montagne.

En 2009, les touristes ont souvent opté pour des hébergements moins onéreux

La saison d'été 2009, de mai à septembre, a été particulièrement favorable aux campings. La fréquentation y a en effet progressé de 4,2 % par rapport à 2008 (tableau 1). Avec 103 millions de nuitées, 2009 est même la meilleure saison depuis le début des années 2000.

L'embellie a touché tous les types de campings, mais davantage les 1 et 2 étoiles que les 3 et 4 étoiles (graphique 1). La durée des séjours s'est parallèlement raccourcie (tableau 1). Cette durée est en moyenne de quatre jours et demi pour les emplacements nus et d'une semaine pour les emplacements locatifs.

Le nombre d'arrivées (+ 9,3 %) s'est accru plus rapidement que le nombre de nuitées. Quoique plus onéreux, les emplacements locatifs ont poursuivi une progression entamée il y a une dizaine d'années déjà. En 2009, la hausse du nombre de séjours y a été une fois et demie plus rapide que pour les emplacements nus. Ces emplacements permettent en effet d'attirer une nouvelle clientèle, traditionnellement plus attachée à la location d'hébergements en dur : appartements, maisons, meublés, villages vacances… Les gestionnaires de campings en sont bien conscients et augmentent leur offre au détriment des emplacements nus. Les taux d'occupation sont plus élevés que pour les emplacements nus : 51 % contre 30 %.

Sur l'année 2009, le nombre de nuitées dans les hôtels a diminué de 4,9 % (tableau 1). Cette baisse intervient après quatre années favorables et 2009 se situe au niveau des années 2003 et 2004 (graphique 2). Par rapport à 2008, tous les mois sont en retrait, mais les écarts se creusent surtout en dehors des trois mois d'été.

La fréquentation a baissé pour toutes les catégories d'hôtels, qu'ils soient étoilés ou non. Mais contrairement aux campings, les 1 et 2 étoiles ont un peu plus souffert que les hôtels d'au moins trois étoiles (graphique 1). La durée moyenne des séjours est restée stable : 1,8 jour.

Dans les espaces urbains, la fréquentation a baissé : de 3 à 5,6 %, selon la situation géographique des villes. Sur le littoral et en espace rural, la diminution a été moindre. En montagne, si la fréquentation dans les stations d'altitude a diminué de 7,9 %, l'année 2009 a été correcte ailleurs (moyenne montagne) avec un nombre de nuitées en hausse de 1,4 %.

Graphique 1 – Évolution 2008-2009 du nombre de nuitées selon la catégorie d'hôtels ou de campings

  • Note : il n'existe pas de catégorie 0 étoile pour les campings.
  • Lecture : le nombre de nuitées dans les campings 2 étoiles augmente de 6,8 % entre 2008 et 2009.
  • Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux, enquêtes de fréquentation hôtelière et dans les campings.

Graphique 2 – Évolution du nombre de nuitées dans les hôtels et les campings

  • Lecture : les nuitées des résidents étrangers dans les hôtels diminuent de 11,1 % entre 2008 et 2009.
  • Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux, enquêtes de fréquentation hôtelière et dans les campings.

Tableau 1 – Fréquentation touristique dans les hôtels et les campings en France métropolitaine

Fréquentation touristique dans les hôtels et les campings en France métropolitaine
Nombre de nuitées en 2009 (en millions) Évolution 2008-2009 du nombre de nuitées (en %) Évolution 2008-2009 du nombre de nuitées de touristes en provenance Nombre de séjours en 2009 (en millions) Évolution 2008-2009 du nombre de séjours (en %) Durée moyenne des séjours
de France (en %) de l'étranger (en %) en 2008 (en jours) en 2009 (en jours)
Hôtels
Année 2009 188,0 − 4,9 − 1,4 − 11,1 103,7 − 3,4 1,8 1,8
Saison* 2009 97,5 − 4,0 − 0,4 − 9,6 52,7 − 2,4 1,9 1,9
Campings (saison 2009) 102,9 + 4,2 + 7,2 − 1,1 19,3 + 9,3 5,6 5,3
Emplacements nus 63,6 + 3,1 + 5,7 − 0,9 13,8 + 8,2 4,9 4,6
Emplacements locatifs 39,3 + 6,2 + 9,3 − 1,8 5,5 + 12,1 7,6 7,2
Ensemble (saison 2009) 200,4 + 0,1 + 3,4 − 5,5 72,0 + 0,6 2,8 2,8
  • *Saison : période de mai à septembre.
  • Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux, enquêtes de fréquentation hôtelière et dans les campings.

La fréquentation des touristes en provenance de l'étranger a reculé fortement dans les hôtels

Dans les hôtels, la baisse de fréquentation a touché à la fois les touristes en provenance de France et de l'étranger. Mais, sur 9,6 millions de nuitées en moins, 7,8 sont imputables aux touristes étrangers et 1,8 aux touristes français.

Le nombre de nuitées passées par des touristes étrangers a diminué de 11,1 % (tableau 1 et graphique 2). Toutes les catégories d'hôtels ont été touchées, mais les hôtels 4 et 5 étoiles ont un peu mieux résisté (− 6,2 %). En revanche, les hôtels 0 et 1 étoile ont perdu un cinquième de leur clientèle étrangère. La fréquentation a baissé dans les villes comme dans les communes rurales, mais Paris et les stations de sports d'hiver ont été un peu moins touchés que les autres communes.

Les pays d'origine de la clientèle étrangère sont par ordre d'importance décroissante le Royaume-Uni, l'Italie, l'Allemagne, les États-Unis, la Belgique et l'Espagne (tableau 2). C'est pour le Royaume-Uni que le recul de la fréquentation a été particulièrement prononcé (− 21,4 %).

Le nombre de nuitées des touristes français ne s'est réduit que de 1,4 %. Ces derniers ont même été plus nombreux qu'en 2008 dans les hôtels 0 et 3 étoiles. Par contre, en 2009, ils ont davantage délaissé les hôtels 2 étoiles. Les Français ont plus souvent séjourné qu'en 2008 dans les établissements du littoral ou de montagne (stations d'altitude exceptées). En revanche, le nombre de nuitées en ville a reculé, en partie à cause de la clientèle d'affaires.

Dans les campings, la fréquentation des touristes en provenance de l'étranger a aussi baissé, mais plus faiblement : − 1,1 % (graphique 2). Cette diminution n'est pas due aux arrivées qui ont progressé d'un peu plus de 2 %, mais à la durée des séjours qui a été plus courte.

Second pays de provenance en 2008 pour cette catégorie d'hébergement, le Royaume-Uni est, comme pour la fréquentation hôtelière, en grande partie à l'origine de ce repli. Par rapport à 2008, le nombre de nuitées des résidents britanniques a diminué de près d'un million, soit − 14,0 % (tableau 3). Mais la fréquentation s'est aussi amoindrie pour d'autres pays, comme le Danemark ou l'Espagne. Par contre, les touristes originaires des Pays-Bas (premier pays de provenance), d'Allemagne, de Belgique ou de Suisse étaient plus nombreux qu'en 2008.

Ce sont les résidents français qui sont à l'origine des bons résultats de la saison 2009 des campings avec 13,6 % d'arrivées en plus, ce qui se traduit par une augmentation du nombre de nuitées de 7,2 %, la durée des séjours ayant eu tendance à être écourtée par rapport à 2008.

Tableau 2 – Hôtels - Fréquentation en 2009 de la clientèle en provenance de l'étranger

Hôtels - Fréquentation en 2009 de la clientèle en provenance de l'étranger
en %
Principaux pays de provenance Part dans le nombre de nuitées des étrangers Évolution 2008-2009 du nombre de nuitées
Royaume-Uni 18,3 − 21,4
Italie 10,3 − 10,3
Allemagne 9,3 − 11,1
États-Unis 8,7 − 6,2
Belgique 8,5 − 2,1
Espagne 7,8 − 14,4
Autres 37,1 − 7,6
Ensemble 100,0 − 11,1
  • Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux, enquête de fréquentation hôtelière.

Tableau 3 – Campings - Fréquentation en 2009 de la clientèle en provenance de l'étranger

Campings - Fréquentation en 2009 de la clientèle en provenance de l'étranger
en %
Principaux pays de provenance Part dans le nombre de nuitées des étrangers Évolution 2008-2009 du nombre de nuitées
Pays-Bas 42,6 + 1,1
Allemagne 16,8 + 4,1
Royaume-Uni 16,7 − 14,0
Belgique 10,2 + 6,3
Italie 3,3 0,0
Suisse 3,1 + 4,5
Espagne 2,1 − 0,6
Danemark 1,6 − 9,8
Autres 3,6 − 3,3
Ensemble 100,0 − 1,1
  • Sources : Insee, DGCIS, enquête de fréquentation dans les campings.

Une année particulièrement difficile pour le tourisme urbain

En 2009, la fréquentation touristique a baissé dans les villes alors qu'elle a augmenté ailleurs. Deux raisons principales : d'une part, les hôtels ont un poids plus fort dans le parc touristique des villes, d'autre part, la clientèle étrangère y est proportionnellement plus importante. La fréquentation hôtelière a diminué de 4,2 % à Paris et de 5,6 % dans les autres villes hors littoral.

En montagne, hors stations, et en particulier dans les Alpes, l'année 2009 a été très bonne pour les hôtels comme pour les campings. Le littoral a connu des fortunes plus diverses : dans les campings, une progression de 2 % pour le littoral nord, de 3 % pour l'Atlantique Sud et de 4 % pour le littoral méditerranéen ; dans les hôtels, une baisse pour le littoral rural (− 1,8 %) et pour le littoral urbain (− 3,3 %). En espace rural, la fréquentation hôtelière s'est amoindrie (− 3,1 %) tandis que dans les campings, la fréquentation a progressé (+ 5 %).

Quatre régions ont été particulièrement touchées par les mauvais résultats de l'hôtellerie : l'Île-de-France, le Nord - Pas-de-Calais, Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d'Azur (tableau 4).

Première région urbaine, l'Île-de-France a perdu près de 4 millions de nuitées dans les hôtels, alors que la hausse de la fréquentation dans les campings n'a été que d'une dizaine de milliers ; dans les hôtels, les touristes en provenance de l'étranger sont à l'origine de plus de 80 % de la baisse.

Les touristes d'Europe du Nord et en particulier du Royaume-Uni ont fait particulièrement défaut dans le Nord - Pas-de-Calais. La fréquentation hôtelière de cette région a fortement chuté et elle n'a progressé que très faiblement dans les campings.

La fréquentation touristique en Midi-Pyrénées a reculé en 2009. Dans cette région, le tourisme est fortement influencé par la présence de Lourdes. Or, l'année 2008 avait été marquée par le 150e anniversaire des apparitions de la Vierge et par la venue du pape à cette occasion. L'embellie dans les campings n'a pas compensé la perte subie par les hôtels.

Dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur enfin, la fréquentation dans l'hôtellerie a aussi fortement baissé, avec un recul du nombre de nuitées des touristes étrangers de 12,9 %. La hausse de la fréquentation dans les campings y a été plus modérée qu'ailleurs (+ 2,4 %), là encore du fait de la désaffection des touristes étrangers (− 6.4 %).

L'année a aussi été perturbée pour deux autres régions, mais davantage du fait des campings (tableau 4). Il s'agit des Pays de la Loire et du Centre. La baisse de la fréquentation y résulte de la moindre venue des touristes étrangers (surtout des Britanniques).

À l'opposé, du fait de la bonne tenue de la fréquentation des campings et de leur importance dans le parc touristique, quatre régions littorales ont enregistré de très bons résultats : le Languedoc-Roussillon, l'Aquitaine, la Corse et la Bretagne. L'année a aussi été favorable à deux régions de montagne, Rhône-Alpes et Auvergne.

La saison a été très positive dans l'est de la France pour les campings et la baisse de la fréquentation hôtelière y est plus modérée qu'ailleurs. Mais ces résultats portent sur un nombre de nuitées peu élevé.

Tableau 4 – Fréquentation dans les hôtels et les campings en 2009 selon les régions

Fréquentation dans les hôtels et les campings en 2009 selon les régions
Région Hôtels Campings
Nombre de nuitées en 2009 (en millions) Évolution 2008-2009 du nombre de nuitées (en %) Nombre de nuitées de la saison* 2009 (en millions) Évolution saisons 2008-2009 du nombre de nuitées (en %)
Île-de-France 62,3 − 5,9 1,4 + 1,0
Champagne-Ardenne 2,6 − 4,7 0,6 − 1,1
Picardie 2,6 + 6,8 1,1 + 5,5
Haute-Normandie 2,9 − 3,3 0,6 + 1,9
Centre 5,6 − 4,0 1,7 − 1,0
Basse-Normandie 4,5 − 1,2 2,7 + 5,0
Bourgogne 4,6 − 4,2 1,3 + 7,9
Nord - Pas-de-Calais 5,5 − 8,1 0,8 + 2,0
Lorraine 3,6 − 4,0 0,9 + 10,2
Alsace 5,8 + 0,5 1,0 + 10,7
Franche-Comté 2,0 − 3,7 1,3 + 20,0
Pays de la Loire 5,9 − 1,0 9,9 − 0,9
Bretagne 6,7 − 1,0 8,8 + 3,2
Poitou-Charentes 4,5 − 1,7 6,7 + 3,0
Aquitaine 8,2 − 1,7 13,5 + 4,8
Midi-Pyrénées 8,9 − 14,2 4,4 + 4,5
Limousin 1,3 − 1,0 0,8 + 4,6
Rhône-Alpes 17,1 − 5,2 8,2 + 7,3
Auvergne 3,4 − 1,8 1,7 + 8,4
Languedoc-Roussillon 7,3 − 3,4 17,9 + 5,0
Provence-Alpes-Côte d'Azur 20,0 − 6,4 14,2 + 2,4
Corse 2,9 − 1,8 3,7 + 12,2
France métropolitaine 188,0 − 4,9 102,9 + 4,2
  • *Saison : période de mai à septembre.
  • Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux, enquêtes de fréquentation hôtelière et dans les campings.

Davantage d'emplacements locatifs dans les campings

En 2009, le nombre de chambres a globalement peu varié dans les hôtels (tableau 5). Les établissements les moins étoilés (1 et 2 étoiles) ont diminué leur capacité d'accueil. A contrario, les 3, 4 et 5 étoiles ont développé les leurs.

Le nombre total d'emplacements dans les campings a reculé d'un peu moins de 1 % alors que la fréquentation progressait. Cette diminution a porté sur les emplacements nus, les emplacements locatifs s'étant fortement accrus : + 5 %.

Le nombre d'emplacements nus s'est réduit dans toutes les régions, Haute-Normandie et Bourgogne exceptées. Les deux tiers des 12 700 emplacements supprimés se situent dans les deux régions en bordure de la Méditerranée (Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon) et dans trois régions atlantiques : Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes.

La hausse des emplacements locatifs a touché toutes les régions sauf le Nord - Pas-de-Calais. Au total, 7 000 emplacements locatifs ont été créés dont 2 000 en Languedoc-Roussillon et 1 000 en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Les capacités d'accueil des campings les plus modestes se sont réduites alors que les campings 4 étoiles augmentaient les leurs.

Tableau 5 – Parc touristique en 2009

Parc touristique en 2009
Catégorie Chambres d'hôtels Emplacements dans les campings
Parc au 01/01/2010 Évolution 2008-2009 (en %) Parc au 01/01/2010 Évolution 2008-2009 (en %)
Tous emplacements Emplacements nus Emplacements locatifs
0 étoile et non classés 83 237 + 1,2
1 étoile 28 421 − 3,1 49 055 − 3,6 − 4,5 + 4,9
2 étoiles 260 769 − 0,9 241 534 − 1,8 − 2,6 + 5,1
3 étoiles 173 967 + 0,5 269 613 − 0,6 − 1,9 + 4,0
4 et 5 étoiles 66 081 + 2,3 147 120 + 1,6 − 0,9 + 5,6
Ensemble 612 475 + 0,1 707 322 − 0,8 − 2,2 + 4,9
  • Note : il n'existe pas de catégorie 0 étoile pour les campings.
  • Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux, enquêtes de fréquentation hôtelière et dans les campings.

Sources

L'enquête de fréquentation hôtelière est effectuée mensuellement auprès des hôtels de tourisme classés (0 à 5 étoiles) et des hôtels de chaîne non classés. Elle est réalisée en partenariat entre l'Insee et la direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services (DGCIS). Dans la plupart des régions, elle bénéficie d'une extension d'échantillon financée par les partenaires locaux du tourisme.

L'enquête de fréquentation dans les campings (hôtellerie de plein air) est aussi réalisée en partenariat entre l'Insee et la DGCIS. Elle interroge l'ensemble des campings classés (1 à 4 étoiles) possédant au moins un emplacement de passage (définitions). Les campings possédant uniquement des emplacements loués à l'année ne sont pas enquêtés. Elle est réalisée mensuellement au cours de la saison d'été (mai à septembre).

Les résultats figurant dans cette publication sont définitifs.

Définitions

Nombre de séjours ou arrivées : nombre de clients différents qui séjournent une ou plusieurs nuits consécutives dans le même hôtel (ou le même camping).

Nombre de nuitées ou fréquentation : nombre total de nuits passées par les clients dans un hôtel ou un camping ; ainsi, six nuitées seront comptabilisées pour un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel, de même pour six personnes ne séjournant qu'une seule nuit.

Taux d'occupation : rapport du nombre de chambres (ou d'emplacements) occupées au nombre de chambres (ou d'emplacements) effectivement disponibles (c'est-à-dire en excluant les fermetures saisonnières) sur une période donnée.

Emplacement de passage : emplacement destiné à une clientèle touristique n'y élisant pas domicile. Un emplacement de passage peut être nu ou locatif, c'est-à-dire équipé d'un hébergement léger (chalet, bungalow, mobil-home, habitation légère de loisir).

Pour en savoir plus

Doguet B., Tardieu F., «  2008 : un second semestre difficile pour l'hôtellerie, une saison correcte pour les campings  », Insee Première n° 1232, avril 2009.

«  Le tourisme en France   », Insee - direction du Tourisme, Insee Références, édition 2008.