Centrale de bilans

Définitions

Dernière mise à jour le : 13/10/2016

Définition

La Centrale de bilans a été créée par la Banque de France en 1968 ; elle a été supprimée en 2009 (la dernière année de constat est 2008).

Conformément au protocole conclu en 1969 entre la Banque de France et l'Insee, la Centrale de bilans avait pour mission, sur la base d'échantillons extraits de l'ensemble des entreprises adhérentes, de fournir, sous une forme élaborée, toutes les informations qu'il est possible de tirer des documents comptables (bilans, comptes de résultats, états annexes, etc.).

Les entreprises adhérentes à la Centrale de bilans de la Banque de France communiquaient, une fois par an, sur la base du volontariat, des informations détaillées permettant de mieux cerner leur comportement financier, à savoir :

une photocopie des tableaux constituant leur déclaration fiscale (imprimés 2050 à 2058C) ;

des feuillets complémentaires portant le détail de certains postes du bilan, de l'endettement et des flux inter-exercices et éventuellement un feuillet spécifique selon l'activité exercée : bâtiment, travaux publics, travail temporaire, transports routiers de marchandises.

L'échantillon de la Centrale de bilans devait refléter les structures du tissu productif national, sa représentativité calculée en rapportant les personnels employés par les firmes adhérentes aux effectifs globaux de chaque secteur calculé par l'Insee. Le taux de couverture pour les entreprises industrielles était de l'ordre de 33 % en termes d'effectifs (exhaustivité pour les firmes de 500 personnes et plus, taux de couverture de 50 % pour les 20 à 50 personnes, de 10 % pour les moins de 20).

Les résultats faisaient l'objet d'un redressement (secteur, taille) par rapport aux données exhaustives de l'Insee.

Plusieurs raisons expliquent la récente suppression de la Centrale de bilans:

son coût ;

un taux de réponse en forte baisse ;

une couverture médiocre des secteurs non industriels, ayant pour conséquence une grande difficulté à reconstituer le complet périmètre des groupes ;

une qualité des réponses aux variables complémentaires de plus en plus médiocre (or ce sont ces variables complémentaires qui justifiaient l'existence de la Centrale des bilans).

La Centrale de bilans a donc fait place à la base de données Fiben, alimentée à partir des seules données de la liasse fiscale.