L’activité régionale maintient son rythme de croissanceNote de conjoncture régionale - 3ᵉ trimestre 2017

Annelise Robert et Sylvain Brouillet, Insee

L’emploi salarié marchand maintient son rythme de croissance au troisième trimestre 2017 en Auvergne-Rhône-Alpes. L’emploi intérimaire ralentit. Le tertiaire marchand reste le secteur le plus dynamique de la région. L’industrie renoue avec les gains d’emploi mais le secteur de la construction marque le pas. Le taux de chômage augmente ce trimestre dans la région mais reste moins élevé qu’un an plus tôt. Les créations d’entreprises reprennent de la vigueur. Les autorisations de logements ainsi que les mises en chantier augmentent fortement. L’activité hôtelière est à la hausse.

Insee Conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes
No 11
Paru le : 25/01/2018

L’emploi salarié marchand maintient son rythme de croissance

L’emploi salarié marchand non agricole en Auvergne-Rhône-Alpes continue d’augmenter, et ce depuis deux ans et demi. La région compte 5 100 salariés supplémentaires au troisième trimestre 2017, soit une augmentation de + 0,3 %. Cette hausse est identique à celle enregistrée en France hors Mayotte. Elle est similaire à celle du trimestre précédent, alors que le niveau national a un peu ralenti (figure 1).

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand
Auvergne-Rhône-Alpes France hors Mayotte
T1 2005 100 100
T2 2005 100,09 99,97
T3 2005 100,33 100,18
T4 2005 100,35 100,43
T1 2006 100,41 100,48
T2 2006 101,03 101,02
T3 2006 101,2 101,34
T4 2006 101,54 101,64
T1 2007 102,11 102,38
T2 2007 102,42 102,63
T3 2007 102,87 102,98
T4 2007 102,69 103,18
T1 2008 103,33 103,56
T2 2008 102,63 103,19
T3 2008 102,25 102,9
T4 2008 101,14 102,02
T1 2009 100,04 101,05
T2 2009 99,25 100,53
T3 2009 98,84 100,29
T4 2009 99,04 100,3
T1 2010 98,81 100,25
T2 2010 99,15 100,29
T3 2010 99,6 100,52
T4 2010 100,01 100,71
T1 2011 100,26 101,01
T2 2011 100,41 101,15
T3 2011 100,28 101,11
T4 2011 100,4 101,15
T1 2012 100,44 101,09
T2 2012 100,42 101,01
T3 2012 100,52 100,81
T4 2012 100,09 100,53
T1 2013 100,22 100,57
T2 2013 100,16 100,26
T3 2013 100,46 100,44
T4 2013 100,68 100,5
T1 2014 100,69 100,46
T2 2014 100,62 100,5
T3 2014 100,32 100,24
T4 2014 100,57 100,28
T1 2015 100,49 100,28
T2 2015 100,85 100,52
T3 2015 101,09 100,7
T4 2015 101,52 100,97
T1 2016 101,86 101,3
T2 2016 102,12 101,56
T3 2016 102,45 101,92
T4 2016 102,84 102,36
T1 2017 103,28 102,74
T2 2017 103,6 103,23
T3 2017 103,87 103,52
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1 – Évolution de l'emploi salarié marchand

Comme au plan national, la hausse de l’emploi est due au secteur tertiaire marchand. En effet, les trois quarts des emplois créés l’ont été dans les services marchands hors intérim. En revanche, l’industrie regagne des salariés pour la première fois depuis un an (+ 0,1 % d’augmentation ce trimestre). Elle représente un peu moins d’un quart de l’emploi régional. À l’inverse, la construction perd des emplois (– 0,2 %) après un semestre de gains.

Sur l’année, la région a créé 27 100 emplois, soit un accroissement de + 1,4 %, légèrement plus faible qu’au plan national (+ 1,6 %).

L’emploi progresse nettement en Savoie mais régresse en Ardèche ce trimestre

La Savoie enregistre la plus forte hausse trimestrielle de l’emploi (+ 1,0 %) dans la région. La Haute-Savoie, le Rhône et le Puy-de-Dôme sont dans la tendance régionale. L’Ardèche est le seul département à perdre des salariés (– 0,6 %). Le niveau de l’emploi varie peu dans les autres départements.

Sur un an, l’accroissement du nombre de salariés est fort dans le Puy-de-Dôme (+ 1,9 %) et le Rhône (+ 2,2 %). La Haute-Savoie, la Drôme et le Cantal ont des augmentations comparables à celle de la région (entre + 1,3 % et + 1,5 %). En revanche, dans l’Allier, le niveau de l’emploi est légèrement plus faible qu’un an auparavant.

L’emploi intérimaire ralentit

L’emploi intérimaire ralentit franchement au troisième trimestre 2017 (+ 0,4 % après + 3,3 % 1 ), avec un gain de seulement 400 emplois. Cette hausse est bien plus modérée qu’au niveau national (+ 1,5 %) (figure 2). Quatre départements perdent des emplois (Isère, Loire et les deux Savoie), avec une diminution comprise entre – 1,3 % et – 4,2 %. À l’inverse, le Rhône gagne à lui seul plus de 500 intérimaires (soit + 1,9 %) et l’Allier en gagne 200 (+ 6,8 %).

En un an, l’emploi intérimaire progresse nettement (+ 15,6 %), à un rythme proche du national.

1 Ce chiffre a été sensiblement révisé pour le deuxième trimestre 2017, qui affichait + 2,4 % en donnée provisoire dans la note de conjoncture n° 10.

Figure 2 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Auvergne-Rhône-Alpes France hors Mayotte
T1 2005 100 100
T2 2005 98,75 97,81
T3 2005 101,7 103,17
T4 2005 103,42 106,12
T1 2006 104,92 104,05
T2 2006 107,68 109,62
T3 2006 107,86 108,81
T4 2006 111,2 110,81
T1 2007 119,06 118,25
T2 2007 116,73 115,02
T3 2007 114,01 112,46
T4 2007 106,63 111,43
T1 2008 117,19 116,66
T2 2008 107,55 109,2
T3 2008 101,12 102,89
T4 2008 83,39 88,67
T1 2009 70,4 76,99
T2 2009 69,22 77,38
T3 2009 73,87 81,21
T4 2009 80,3 85,18
T1 2010 85,55 89,87
T2 2010 91,35 93,69
T3 2010 95,41 97,37
T4 2010 102,42 101,59
T1 2011 105,25 103,2
T2 2011 101,58 102,31
T3 2011 101,44 102,02
T4 2011 98,55 100,8
T1 2012 95,26 96,85
T2 2012 91,89 94,01
T3 2012 88,51 89,56
T4 2012 83,94 86,55
T1 2013 88,77 90,06
T2 2013 90,65 89,22
T3 2013 92,34 91,43
T4 2013 92,38 91,67
T1 2014 92,85 91,41
T2 2014 94,04 93,55
T3 2014 90,35 90,56
T4 2014 91,76 91,46
T1 2015 92,15 92,16
T2 2015 96,02 96,07
T3 2015 100,58 98,91
T4 2015 100,56 100,98
T1 2016 102,25 102,34
T2 2016 103,93 103,82
T3 2016 106,48 107,54
T4 2016 118,25 117,86
T1 2017 118,66 117,74
T2 2017 122,57 122,72
T3 2017 123,11 124,59
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2 – Évolution de l'emploi intérimaire

L’industrie renoue avec les gains d’emploi mais la construction marque le pas

L’emploi industriel reprend un peu de vigueur ce trimestre. Pour la première fois depuis un an, il augmente, légèrement, de + 0,1 % en Auvergne-Rhône-Alpes, alors qu’il continue de diminuer au niveau national (figure 3 : données provisoires, cf. avertissement). Tous les secteurs sont en hausse, à l’exception des industries extractives, de la cokéfaction et du raffinage et de la gestion des déchets. La moitié des départements de la région (notamment l’Ain, l’Ardèche et la Loire) perdent des emplois industriels. L’Isère, la Drôme et la Haute-Savoie concentrent l’essentiel des créations d’emploi. En un an, l’industrie perd néanmoins près de 2 000 emplois régionaux, soit un recul de – 0,4 %, à peine moins prononcé qu’au niveau national (– 0,5 %).

Figure 3 – Évolution de l’emploi salarié privé par secteur (hors agriculture)

Évolution de l’emploi salarié privé par secteur (hors agriculture)
Secteur d’activité Effectif au 3e trimestre 2017 Évolution par rapport au 2e trimestre 2017 Evolution sur un an (%)
En effectif En % France hors Mayotte (en %)
Industrie 478 800 +300 +0,1 -0,1 -0,4
Construction 173 700 -400 -0,2 +0,1 +0,3
tertiaire marchand (1) + (2)+ (3) 1 329 700 +5 200 +0,4 +0,4 +2,2
(1) commerce 373 500 +900 +0,2 +0,2 +0,4
(2) services hors intérim 857 200 +3 800 +0,4 +0,4 +1,6
(3) intérim 98 900 +400 +0,4 +1,5 +15,6
Ensemble 1 982 200 +5 100 +0,3 +0,3 +1,4
  • Note : données corrigées des variations saisonnières, provisoires pour le 3ᵉ trimestre 2017, et arrondies pour les effectifs.
  • Champ : emploi salarié marchand en fin de trimestre (hors agriculture et salariés des particuliers employeurs).
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee

Après un semestre de hausse, l’emploi salarié dans la construction marque le pas au troisième trimestre 2017. Durant cette période, 400 emplois ont été supprimés, soit un repli de – 0,2 %, alors qu’au plan national, ce secteur continue sa progression très modérée (+ 0,1 %). La Savoie et l’Isère totalisent presque l’ensemble des pertes du secteur, les autres départements connaissant peu d’évolution par rapport au trimestre précédent. Sur un an, la construction reste en hausse dans la région (+ 0,3 %), moins dynamique qu’au niveau national (+ 0,9 %). Alors que l’emploi recule en Ardèche, dans l’Allier et l’Isère (entre – 3,5 % et – 1,9 %), le nombre de salariés dans la construction augmente à un rythme soutenu dans six départements (dont le Cantal et la Haute-Savoie avec une hausse supérieure à + 1,8 %).

Le secteur du commerce continue à gagner des emplois ce trimestre à un rythme identique à celui du niveau national (+ 0,2 %). L’Ain, le Puy-de-Dôme, le Rhône et les deux Savoie concentrent les créations d’emplois. Les autres départements connaissent peu d’évolution. En glissement annuel, le commerce gagne 1 500 salariés dans la région, soit une hausse de + 0,4 %, un peu moins soutenue qu’au niveau national (+ 0,7 %).

Les emplois dans les services marchands hors intérim progressent de + 0,4 % au troisième trimestre 2017, comme au plan national. L’Ardèche est le seul département qui recule fortement (– 1,5 %). Le Rhône et la Savoie concentrent plus des trois quarts des gains du secteur. Les emplois dans les services de transport et entreposage sont les seuls en repli. Le dynamisme du secteur ne se dément pas au fil des trimestres (figure 4). Sur l’année, les services gagnent 13 800 salariés, soit une progression de + 1,6 % à peine moins forte qu’au niveau national (+ 1,7 %). Ces nouveaux emplois se situent essentiellement dans les secteurs de l’hébergement-restauration, l’information et la communication, dont l’accroissement est supérieur à + 2 %.

Figure 4 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Auvergne-Rhône-Alpes

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Auvergne-Rhône-Alpes
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim dont Commerce
T1 2005 100 100 100 100
T2 2005 101,02 99,56 100,32 100,46
T3 2005 102,1 99,16 100,57 100,76
T4 2005 103,12 98,56 100,64 100,73
T1 2006 104,28 98,27 100,6 101,23
T2 2006 105,7 98 101,39 101,6
T3 2006 106,78 97,62 101,71 102,01
T4 2006 108,06 97,21 102,08 101,92
T1 2007 108,92 97,07 102,44 102,31
T2 2007 109,95 97,09 102,99 102,78
T3 2007 111,5 96,67 103,97 103,33
T4 2007 112,65 96,31 104,2 103,34
T1 2008 112,54 96,08 104,68 102,82
T2 2008 112,43 95,37 104,55 102,74
T3 2008 112,9 95,12 104,41 102,55
T4 2008 112,61 94,19 104,31 102,43
T1 2009 112,02 92,79 104,18 102,14
T2 2009 111,51 91,07 103,85 101,54
T3 2009 110,26 89,75 103,69 100,97
T4 2009 109,52 88,92 104,11 100,94
T1 2010 109,36 87,89 103,9 101,37
T2 2010 109,14 87,47 104,32 101,68
T3 2010 109,02 87,19 104,99 102,14
T4 2010 109 86,92 105,33 102,24
T1 2011 108,86 87,03 105,52 102,46
T2 2011 108,8 86,98 106,08 102,89
T3 2011 108,56 86,92 105,95 102,83
T4 2011 108,37 86,84 106,43 103,3
T1 2012 108,86 86,6 106,81 103,47
T2 2012 108,49 86,47 107,14 103,71
T3 2012 108,6 86,41 107,57 103,99
T4 2012 108,26 86,17 107,34 103,3
T1 2013 107,77 86,04 107,35 103,11
T2 2013 107,7 85,75 107,28 102,51
T3 2013 107,58 85,74 107,72 102,66
T4 2013 107,41 85,6 108,19 103,24
T1 2014 107,24 85,56 108,22 103,12
T2 2014 106,5 85,45 108,19 103,07
T3 2014 105,62 85,12 108,24 103,04
T4 2014 104,49 85,12 108,76 103,24
T1 2015 103,32 84,99 108,84 103,55
T2 2015 102,48 84,95 109,34 103,87
T3 2015 101,62 84,64 109,73 104,45
T4 2015 101,69 84,41 110,6 105,22
T1 2016 101,61 84,25 111,16 105,53
T2 2016 101,43 83,89 111,71 105,81
T3 2016 101,34 84 112,06 105,92
T4 2016 100,71 83,81 112,07 105,72
T1 2017 101,53 83,65 112,77 105,94
T2 2017 101,85 83,59 113,03 106,09
T3 2017 101,62 83,64 113,47 106,36
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 4 – Évolution de l'emploi salarié marchand par secteur en Auvergne-Rhône-Alpes

Avertissement

À partir des résultats du premier trimestre 2017, les estimations trimestrielles d'emploi localisées commentées dans les notes de conjoncture régionale sont réalisées en partenariat avec l'Acoss et les Urssaf (champ hors intérim) ainsi que la Dares (sur l’intérim). La synthèse de l'ensemble des éléments est assurée par l'Insee. Parallèlement aux publications régionales de l'Insee, les Urssaf publient des StatUr notamment sur les effectifs salariés. Les niveaux publiés dans ces deux publications sont différents (emploi en personnes physiques pour l'Insee contre nombre de postes pour les Urssaf) en raison des écarts de champ et de concept.

Sur le champ commun, les taux évolutions peuvent différer légèrement sur les échelons agrégés présentés dans les notes de conjoncture et les StatUr, compte tenu d'effets de composition liés aux écarts de niveaux.

Par ailleurs, l’introduction de la Déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut transitoirement affecter les comportements déclaratifs des entreprises. Dans la phase de montée en charge de la DSN, des adaptations sont réalisées dans la chaîne de traitement statistique des estimations d’emploi afin de tenir compte de ces changements. Ces modifications sont susceptibles de générer des révisions accrues sur les données.

Le taux de chômage a augmenté au troisième trimestre 2017 mais reste moins élevé qu’un an auparavant

Après une forte baisse au premier semestre 2017, le taux de chômage a augmenté de + 0,3 point au troisième trimestre en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette hausse du chômage concerne toutes les régions françaises ce trimestre. Il atteint à présent 8,4 % de la population active en Auvergne-Rhône-Alpes, soit un point de moins que le niveau métropolitain (figure 5).

Sur un an, il reste toutefois en recul de – 0,3 point. La région demeure l’une de celles où le chômage est le plus bas après la Bretagne et les Pays de la Loire.

Figure 5 – Taux de chômage

En %
Taux de chômage
Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine
T1 2005 7,2 8,3
T2 2005 7,4 8,4
T3 2005 7,5 8,6
T4 2005 7,5 8,7
T1 2006 7,6 8,7
T2 2006 7,4 8,6
T3 2006 7,3 8,5
T4 2006 6,9 8
T1 2007 7 8,1
T2 2007 6,8 7,8
T3 2007 6,7 7,6
T4 2007 6,2 7,1
T1 2008 5,9 6,8
T2 2008 6,1 7
T3 2008 6,3 7,1
T4 2008 6,6 7,4
T1 2009 7,5 8,2
T2 2009 8,2 8,8
T3 2009 8,1 8,8
T4 2009 8,5 9,1
T1 2010 8,3 9
T2 2010 8,1 8,9
T3 2010 7,9 8,8
T4 2010 7,9 8,8
T1 2011 7,8 8,8
T2 2011 7,8 8,7
T3 2011 7,9 8,8
T4 2011 8 9
T1 2012 8,1 9,1
T2 2012 8,4 9,4
T3 2012 8,4 9,4
T4 2012 8,7 9,7
T1 2013 8,9 9,9
T2 2013 8,9 10,1
T3 2013 8,7 9,9
T4 2013 8,6 9,7
T1 2014 8,6 9,8
T2 2014 8,7 9,9
T3 2014 8,8 10
T4 2014 8,9 10,1
T1 2015 8,9 10
T2 2015 9,1 10,2
T3 2015 9 10,1
T4 2015 8,8 9,9
T1 2016 8,9 9,9
T2 2016 8,7 9,7
T3 2016 8,7 9,7
T4 2016 8,6 9,7
T1 2017 8,3 9,3
T2 2017 8,1 9,2
T3 2017 8,4 9,4
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 5 – Taux de chômage

Les taux de chômage départementaux s’échelonnent de 5,8 % (dans le Cantal) à 10,6 % de la population active (dans la Drôme). Quatre d’entre eux dépassent le niveau national (figure 6). Les trois départements au plus fort taux de chômage (Drôme, Ardèche et Allier) sont ceux où l’augmentation est la plus forte ce trimestre (+ 0,3 point). Les autres départements n’ont connu qu’une très légère augmentation du chômage.

Figure 6 – Taux de chômage dans les départements d'Auvergne-Rhône-Alpes

Taux de chômage dans les départements d'Auvergne-Rhône-Alpes
Département Taux de chômage au 3ᵉ trimestre 2017 évolution sur un an
AIN 6,9 -0,4
ALLIER 10,2 -0,3
ARDECHE 10,5 -0,3
CANTAL 5,8 -0,5
DROME 10,6 -0,5
ISERE 8,1 -0,2
LOIRE 9,5 -0,4
HAUTE-LOIRE 7,6 -0,6
PUY-DE-DOME 8,3 -0,3
RHONE 8,6 -0,2
SAVOIE 7,3 -0,4
HAUTE-SAVOIE 6,9 -0,3
  • Note : données provisoires pour le 3ᵉ trimestre 2017.
  • Note de lecture : l’évolution du taux de chômage sur un an dans le Rhône est de - 0,2 point.
  • Source : Insee, taux de chômage localisés.

Figure 6 – Taux de chômage dans les départements d'Auvergne-Rhône-Alpes

En revanche, sur un an, le taux de chômage est en baisse dans tous les départements. Le recul est plus fort dans la Haute-Loire (– 0,6 point), la Drôme et le Cantal (– 0,5 point). Il est plus faible dans l’Isère et le Rhône (– 0,2 point). La baisse est modérée pour les autres départements.

Les créations d'entreprises reprennent de la vigueur

Au troisième trimestre 2017, 17 696 entreprises ont été créées en Auvergne-Rhône-Alpes, soit une augmentation de + 4,1 % par rapport au trimestre précédent. C’est un rythme identique à celui de la France métropolitaine (figure 7). Les créations par des micro-entrepreneurs, représentant 40 % des immatriculations, croissent de + 6,7 %, contre + 2,5 % pour les entreprises classiques.

Cette dynamique rompt avec un deuxième trimestre durant lequel les créations d'entreprises, notamment les micro-entreprises, étaient en baisse (– 0,4 %). Le secteur de l’industrie est en forte évolution (+ 10,5 %), même s’il ne représente que 5 % des immatriculations. Il enregistre ainsi son plus haut niveau de créations trimestrielles depuis fin 2014.

Par rapport au même trimestre de 2016, les créations sont en forte hausse (+ 10,3 %), portée par les immatriculations des micro-entreprises (+ 21,1 %).

Au troisième trimestre 2017, le nombre de défaillances d’entreprises jugées au cours des douze derniers mois en Auvergne-Rhône-Alpes diminue de – 6,8 % pour atteindre 6 600 défaillances. En France métropolitaine, la baisse est plus marquée (– 7,7 %).

Figure 7 – Créations d'entreprises

Indice base 100 au 1er trimestre 2009
Créations d'entreprises
Auvergne-Rhône-Alpes hors micro-entr. France métro. hors micro-entr. Auvergne-Rhône-Alpes y/c micro-entr. France métro. y/c micro-entr.
T1 2009 100 100 100 100
T2 2009 94,09 95,98 125,39 120,5
T3 2009 95,55 94,72 123,64 116,72
T4 2009 100,37 100,3 126,75 124,13
T1 2010 96,22 96,57 132,12 132,73
T2 2010 102,4 100,5 126,62 122
T3 2010 103,1 99,18 122,29 117,41
T4 2010 101,27 97,83 123,8 118,16
T1 2011 100,67 96,63 114,08 108,06
T2 2011 99,1 95,31 111,51 108,1
T3 2011 99,1 96,87 111,92 107,51
T4 2011 101,45 97,29 113,16 108,97
T1 2012 98,31 93,28 115,54 111,47
T2 2012 93,4 89,11 113,41 108,62
T3 2012 93,32 89,84 112,81 107,76
T4 2012 96,76 91 110,24 105,33
T1 2013 104,14 97,81 111,32 107,68
T2 2013 105,97 97,97 113,65 106,45
T3 2013 105,65 99,33 109,73 104,98
T4 2013 108,32 102,37 115,57 108,1
T1 2014 108,33 100,81 117,02 109,81
T2 2014 107,97 100,89 115,68 108,13
T3 2014 106,73 100,23 118,85 110,1
T4 2014 108,36 101,83 116,77 109,78
T1 2015 112,96 107,95 108,47 104,16
T2 2015 115,68 113,55 108,09 102,86
T3 2015 119,77 116,38 110,02 104,2
T4 2015 125,09 119,19 112,27 105,98
T1 2016 124,78 122,11 110,98 108,75
T2 2016 130,47 126,18 116,53 112,52
T3 2016 130,21 126,81 112,17 108,92
T4 2016 127,39 126,37 113,07 109,03
T1 2017 131,77 128,82 119,29 114,45
T2 2017 132,07 129,47 118,78 112,85
T3 2017 135,41 132,12 123,7 117,52
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 7 – Créations d'entreprises

Le nombre de logements autorisés et les mises en chantier en forte progression

En Auvergne-Rhône-Alpes, 68 100 logements ont été autorisés à la construction entre octobre 2016 et septembre 2017, soit une hausse de + 17,0 % en un an (figure 8), bien plus soutenue qu’en France métropolitaine (+ 12,9 %).

Figure 8 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction
Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100,99 100,47
mars 2005 100,99 101,53
avril 2005 100,85 102,29
mai 2005 100,99 102,8
juin 2005 101,69 104,19
juil. 2005 103,39 105,05
août 2005 102,82 105,52
sept. 2005 102,82 106,38
oct. 2005 103,95 106,52
nov. 2005 104,24 106,99
déc. 2005 104,66 108,4
janv. 2006 106,36 109,44
févr. 2006 108,19 110,71
mars 2006 110,59 112,47
avril 2006 113,14 113,45
mai 2006 113,7 114,84
juin 2006 114,55 115,57
juil. 2006 115,25 116,43
août 2006 115,25 117,11
sept. 2006 116,81 116,62
oct. 2006 116,67 118,03
nov. 2006 118,22 118,99
déc. 2006 119,21 118,48
janv. 2007 118,08 117,88
févr. 2007 116,67 117,88
mars 2007 118,5 118,37
avril 2007 116,81 117,84
mai 2007 115,68 117,54
juin 2007 117,37 116,78
juil. 2007 120,2 116,98
août 2007 121,47 116,8
sept. 2007 122,46 116,51
oct. 2007 122,46 115,78
nov. 2007 120,76 113,67
déc. 2007 120,34 112,47
janv. 2008 120,76 112,26
févr. 2008 123,02 111,91
mars 2008 119,21 110,32
avril 2008 117,8 109,52
mai 2008 116,95 108,34
juin 2008 111,16 106,15
juil. 2008 107,49 103,7
août 2008 105,08 101,27
sept. 2008 102,4 99,71
oct. 2008 99,29 97,53
nov. 2008 97,03 95,67
déc. 2008 91,81 92,85
janv. 2009 88,56 90,09
févr. 2009 83,62 86,47
mars 2009 80,65 83,57
avril 2009 78,81 81,32
mai 2009 75,99 78,64
juin 2009 76,13 76,74
juil. 2009 74,58 75,6
août 2009 72,88 74,76
sept. 2009 71,75 74,11
oct. 2009 69,63 73,21
nov. 2009 70,48 73,37
déc. 2009 70,9 74,09
janv. 2010 71,75 74,76
févr. 2010 72,74 76,52
mars 2010 76,41 79,03
avril 2010 80,37 80,97
mai 2010 81,5 83,04
juin 2010 83,62 85,39
juil. 2010 86,58 87,59
août 2010 87,85 88,94
sept. 2010 89,12 90,48
oct. 2010 90,54 91,11
nov. 2010 90,25 91,64
déc. 2010 91,95 92,83
janv. 2011 92,37 94,38
févr. 2011 94,21 94,56
mars 2011 92,51 94,07
avril 2011 90,11 93,99
mai 2011 92,09 95,46
juin 2011 91,81 95,83
juil. 2011 92,23 96,4
août 2011 95,62 97,65
sept. 2011 96,47 99,41
oct. 2011 98,73 100,06
nov. 2011 98,73 101,14
déc. 2011 100,42 102,21
janv. 2012 101,84 101,96
févr. 2012 100,14 102,15
mars 2012 100,42 101,82
avril 2012 102,26 102,15
mai 2012 102,12 100,72
juin 2012 103,11 100,31
juil. 2012 100,99 99,53
août 2012 99,72 99,65
sept. 2012 98,16 97,59
oct. 2012 97,32 97,06
nov. 2012 98,87 96,04
déc. 2012 96,05 94,34
janv. 2013 95,62 94,52
févr. 2013 97,88 95,99
mars 2013 98,87 96,61
avril 2013 96,33 95,03
mai 2013 94,49 93,09
juin 2013 92,09 91,31
juil. 2013 91,24 89,23
août 2013 88,28 86,35
sept. 2013 86,72 84,75
oct. 2013 88,14 84,26
nov. 2013 87,43 83,45
déc. 2013 88,14 82,67
janv. 2014 87,29 80,58
févr. 2014 85,17 77,56
mars 2014 84,18 76,5
avril 2014 82,77 75,35
mai 2014 80,93 75,39
juin 2014 82,06 75,39
juil. 2014 82,63 75,78
août 2014 81,92 75,56
sept. 2014 82,2 75,74
oct. 2014 77,82 74,88
nov. 2014 76,13 74,09
déc. 2014 75,42 74
janv. 2015 74,58 73,74
févr. 2015 74,15 73,25
mars 2015 72,88 72,49
avril 2015 73,31 73,15
mai 2015 73,59 72,78
juin 2015 73,31 73,74
juil. 2015 72,6 73,72
août 2015 72,74 74,54
sept. 2015 72,74 75,25
oct. 2015 75,56 75,82
nov. 2015 76,27 77,54
déc. 2015 74,86 78,56
janv. 2016 75,28 79,03
févr. 2016 76,41 80,42
mars 2016 77,26 80,71
avril 2016 77,26 81,69
mai 2016 78,39 83,49
juin 2016 76,55 83,71
juil. 2016 78,11 84,45
août 2016 79,8 85,49
sept. 2016 82,2 87,7
oct. 2016 82,63 88,43
nov. 2016 84,18 89,31
déc. 2016 86,72 90,58
janv. 2017 87,15 91,27
févr. 2017 87,29 91,6
mars 2017 87,85 93,81
avril 2017 90,4 93,97
mai 2017 92,51 94,95
juin 2017 94,49 96,16
juil. 2017 94,77 97,94
août 2017 95,76 98,65
sept. 2017 96,19 99
oct. 2017 95,9 99,78
nov. 2017 95,34 99,94
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 8 – Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

En cumul annuel, le nombre de logements autorisés croît de + 1,8 %, comparé à celui mesuré trois mois plus tôt. C’est moins qu'au niveau national (+ 3,0 %). Le Rhône et la Haute-Savoie, totalisant presque la moitié des autorisations régionales, sont les deux seuls départements où ce cumul est en baisse (– 0,6 % et – 4,7 %). L'évolution dépasse en revanche + 10 % dans les départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire.

Avec 54 300 logements commencés entre octobre 2016 et septembre 2017, les mises en chantier de la région sont en progression de + 13,4 % sur un an (figure 9), une croissance nettement moins rapide qu'en France métropolitaine (+ 19,8 %).

Figure 9 – Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en janvier 2005
Évolution du nombre de logements commencés
Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine
janv. 2005 100 100
févr. 2005 100,88 100,44
mars 2005 101,58 101,6
avril 2005 101,93 102,22
mai 2005 104,75 104,47
juin 2005 105,62 105,5
juil. 2005 105,45 105,85
août 2005 106,15 106,49
sept. 2005 108,44 108,07
oct. 2005 110,02 109,18
nov. 2005 110,54 109,28
déc. 2005 110,37 110,64
janv. 2006 111,25 110,86
févr. 2006 112,3 111,53
mars 2006 112,48 112,31
avril 2006 113,71 113,4
mai 2006 112,65 113,75
juin 2006 112,83 114,93
juil. 2006 113,01 115,33
août 2006 112,83 115,89
sept. 2006 111,95 115,7
oct. 2006 113,18 116,41
nov. 2006 114,24 117,4
déc. 2006 116,87 117,05
janv. 2007 116,17 117,05
févr. 2007 115,47 117,05
mars 2007 116,7 116,78
avril 2007 116,87 116,51
mai 2007 116,52 116,04
juin 2007 117,93 115,75
juil. 2007 120,74 117,23
août 2007 120,21 116,51
sept. 2007 121,44 116,44
oct. 2007 122,32 117,13
nov. 2007 121,79 116,46
déc. 2007 119,16 116,26
janv. 2008 120,04 115,99
févr. 2008 121,09 115,94
mars 2008 120,91 114,56
avril 2008 117,75 113,28
mai 2008 116,87 111,48
juin 2008 115,99 109,33
juil. 2008 111,42 106,47
août 2008 111,07 105,55
sept. 2008 108,44 103,5
oct. 2008 105,45 100,22
nov. 2008 101,41 96,99
déc. 2008 100,7 94,6
janv. 2009 97,19 91,31
févr. 2009 92,09 88,01
mars 2009 88,75 85,81
avril 2009 86,99 83,96
mai 2009 84,53 81,96
juin 2009 82,95 80,48
juil. 2009 84,01 80,48
août 2009 83,3 80,6
sept. 2009 82,95 79,34
oct. 2009 80,67 78,7
nov. 2009 83,66 80,08
déc. 2009 84,36 82,28
janv. 2010 83,3 82,38
févr. 2010 84,18 82,85
mars 2010 85,94 84,13
avril 2010 88,05 84,77
mai 2010 89,46 86,18
juin 2010 89,63 87,39
juil. 2010 90,69 88,06
août 2010 93,15 88,89
sept. 2010 94,38 91,26
oct. 2010 97,72 94,13
nov. 2010 101,23 96,64
déc. 2010 105,45 98,2
janv. 2011 107,73 99,56
févr. 2011 108,79 100,49
mars 2011 108,79 101,43
avril 2011 107,21 101,65
mai 2011 107,73 102,69
juin 2011 105,98 101,43
juil. 2011 104,57 100,99
août 2011 103,16 100,44
sept. 2011 103,51 99,93
oct. 2011 102,46 98,89
nov. 2011 102,99 100,69
déc. 2011 102,46 102,07
janv. 2012 102,28 101,58
févr. 2012 102,28 101,46
mars 2012 102,99 101,88
avril 2012 102,11 100,44
mai 2012 100,18 98,17
juin 2012 100,53 98,37
juil. 2012 99,65 97,93
août 2012 98,95 97,19
sept. 2012 97,01 95,26
oct. 2012 97,01 94,52
nov. 2012 94,2 90,99
déc. 2012 93,15 90,82
janv. 2013 92,79 90,67
févr. 2013 93,15 91,21
mars 2013 92,44 90,6
avril 2013 93,85 91,88
mai 2013 94,9 92,5
juin 2013 95,78 92,69
juil. 2013 97,01 92,47
août 2013 96,66 92,08
sept. 2013 96,66 92,2
oct. 2013 94,73 90,65
nov. 2013 92,09 89,36
déc. 2013 88,4 86,25
janv. 2014 88,05 85,78
févr. 2014 86,64 84,13
mars 2014 84,53 82,45
avril 2014 84,18 81,86
mai 2014 84,18 81,07
juin 2014 82,07 80,11
juil. 2014 82,07 79,81
août 2014 81,55 79,66
sept. 2014 81,02 79,17
oct. 2014 81,2 79,1
nov. 2014 82,95 79,2
déc. 2014 85,06 79,39
janv. 2015 85,06 78,87
févr. 2015 84,18 78,9
mars 2015 83,83 78,6
avril 2015 83,13 77,91
mai 2015 82,43 77,42
juin 2015 84,18 77,74
juil. 2015 82,95 77,34
août 2015 83,3 77,67
sept. 2015 83,66 78,11
oct. 2015 82,78 78,13
nov. 2015 81,72 78,43
déc. 2015 79,44 79,15
janv. 2016 79,26 79,32
févr. 2016 81,02 79,89
mars 2016 81,72 79,59
avril 2016 82,78 80,28
mai 2016 83,83 81,76
juin 2016 83,66 81,96
juil. 2016 84,18 82,63
août 2016 84,89 82,63
sept. 2016 84,18 83,09
oct. 2016 84,53 84,35
nov. 2016 85,94 85,69
déc. 2016 87,7 86,33
janv. 2017 89,28 88,08
févr. 2017 90,16 89,12
mars 2017 91,21 91,78
avril 2017 91,56 93,31
mai 2017 92,44 94,3
juin 2017 92,97 96
juil. 2017 94,02 97,41
août 2017 94,2 98,42
sept. 2017 95,43 99,56
oct. 2017 96,31 100,35
nov. 2017 95,78 100,17
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 9 – Évolution du nombre de logements commencés

Par rapport au cumul annuel établi au trimestre précédent, le nombre de logements commencés augmente de + 2,6 % dans la région et de + 3,7 % au niveau national. Seule la Loire enregistre une baisse (– 4,0 %), tandis qu'en Ardèche et dans l'Allier, la croissance est supérieure à + 10 %.

L’été réussit aux hôtels de la région

Au troisième trimestre 2017, la fréquentation hôtelière régionale progresse de + 2,7 % par rapport au même trimestre de l’année précédente (figure 10). Elle dépasse ainsi pour la première fois le seuil de 7 millions de nuitées. Ce dynamisme est essentiellement dû à une clientèle d’agrément en forte hausse (+ 3,5 %) sur la saison estivale. La clientèle d’affaires ne représente que 37 % des nuitées régionales et progresse de + 1,3 %.

Figure 10 – Évolution de la fréquentation hôtelière dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

Évolution de la fréquentation hôtelière dans la région Auvergne-Rhône-Alpes
Mois 2016 2017 Moyenne 2013 - 2016
Janvier 1910 1929 1852
Février 2420 2346 2218
Mars 2459 2232 2326
Avril 1712 1814 1639
Mai 1732 1667 1635
Juin 2007 2006 1916
Juillet 2533 2559 2389
Août 2532 2593 2536
Septembre 1833 1931 1801
Octobre 1615 1617 1531
Novembre 1246 1329 1183
Décembre 1686 nd. 1670
  • Note : données mensuelles brutes.
  • Avertissement : Le champ de l’enquête Hôtellerie a évolué en 2017 : seize hôtels de montagne de taille importante ont quitté l’enquête, minorant le nombre de nuitées enregistrées notamment en Savoie et Haute-Savoie.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE, Enquêtes Hôtellerie 2013-2017

Figure 10 – Évolution de la fréquentation hôtelière dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

Les plus fortes hausses sont enregistrées dans l’Ain, l’Isère et la Haute-Loire. Contrairement aux autres départements, dans lesquels août demeure le mois le plus fréquenté, c'est en juillet qu'on enregistre le plus de nuitées dans le Rhône et l'Isère depuis trois saisons.

Alors que l’offre de chambres diminue dans tous les départements hors Ardèche et Drôme (– 1,7 % au niveau régional), le taux d'occupation des chambres de la région augmente de + 1,7 % par rapport à la même période l'an dernier. Tous les départements connaissent une hausse excepté le Cantal.

Les étrangers représentent 27 % de la clientèle en Auvergne-Rhône-Alpes. Seule la Haute-Savoie connaît un déclin de la part de la fréquentation étrangère.

Encadrés

Contexte national : la croissance française atteindrait + 1,9 % en 2017

En France, l’activité est restée soutenue au troisième trimestre 2017 (+ 0,5 %, après + 0,6 %). La consommation des ménages a accéléré, l’investissement est resté solide, mais les exportations ont ralenti par contrecoup et les importations ont bondi. Le climat des affaires est au plus haut depuis 2008 si bien que la croissance accélérerait au quatrième trimestre (+ 0,6 %) pour atteindre + 1,9 % en moyenne en 2017. Elle resterait solide début 2018, tirée notamment par l’investissement des entreprises. Avec l’arrêt de la prime à l’embauche, l’emploi marchand a ralenti au troisième trimestre. Mais il accélérerait en fin d’année, avec l’amélioration de l’activité. En revanche, l’emploi non marchand baisserait du fait des suppressions d’emplois aidés. Au total, le taux de chômage France entière (métropole et DOM), qui a ponctuellement augmenté à 9,7 % au troisième trimestre, repartirait à la baisse à 9,5 % fin 2017, puis 9,4 % mi-2018.

Contexte international : la zone euro croît à toute allure

L’activité a de nouveau accéléré cet été dans les économies avancées (+ 0,8 % après + 0,7 %) et elle resterait dynamique d’ici mi-2018 : le climat des affaires est bien orienté, en particulier dans la zone euro. Le chômage est au plus bas depuis 2008 dans la zone euro et depuis 2000 dans les économies anglo-saxonnes, ce qui soutiendrait un peu l’inflation d’ici mi-2018. L’activité s’est également reprise dans les économies émergentes mais à un rythme en deçà des années 2000. Le commerce mondial est reparti (+ 5,0 % en prévision pour 2017 après + 1,6 % en 2016). D’ici mi-2018, la croissance resterait solide aux États-Unis, portée par la relance fiscale votée en décembre. Dans la zone euro, l’activité continuerait d’augmenter solidement (+ 0,5 % à + 0,6 % par trimestre).

Pour en savoir plus

« La France garde la cadence », Note de conjoncture nationale, décembre 2017