Les emplois qualifiés plus présents depuis trente ans

Stéphanie Balzer, Insee

En trente ans en Corse, l’emploi s’est développé et le tissu économique s’est profondément transformé. Les emplois qualifiés sont proportionnellement plus nombreux au détriment des emplois non-qualifiés, en repli. Toutefois, parmi ces emplois non-qualifiés, si la part des ouvriers diminue, celle des employés augmente fortement sur la période. L’évolution de la société et ses nouveaux besoins en termes de commerces et services de proximité entraînent ainsi la création de nombreux emplois, en particulier en périphérie des grandes villes.

 

48 400 emplois supplémentaires en trente ans

Sur trente ans, le nombre d’emplois progresse de 62 % en Corse contre 20 % en France de province. En 2014, l’économie insulaire compte ainsi 48 400 emplois de plus qu’en 1982. Durant cette période, le tissu productif régional s’est profondément transformé.

Les commerces et services de proximité se développent en réponse aux nouveaux besoins de la population (aides à domicile, caissiers et cadres de magasin, serveurs de restauration…) créant 20 800 emplois, en hausse de 115 % sur la période (figure 1). L’administration et la santé gagnent 17 400 emplois, ils sont deux fois plus nombreux qu’en 1982. L’essor des fonctions intellectuelles supérieures, qui regroupent les métiers de l’informatique, de la gestion et de la recherche, se traduit aussi par un doublement des emplois. Au sein de ces différentes fonctions, la croissance des emplois est toujours plus marquée qu’en province.

Les fonctions de productions matérielles sont les seules à perdre des emplois : 4 600 sur la période, soit une baisse de 17 %. L’île est toutefois beaucoup moins impactée par la désindustrialisation qui a touché les autres régions françaises (- 38 % d’emplois en province).

Figure 1 – Variation des emplois entre 1982 et 2014 par fonction et qualification en Corse

Nombre d'emplois
Variation des emplois entre 1982 et 2014 par fonction et qualification en Corse
Emplois qualifiés Emplois intermédiaires Employés non-qualifiés Ouvriers non-qualifiés
Commerces et services de proximité 1 078 8 383 10 416 866
Administration et santé 4 561 11 475 1 331 0
Fonctions intellectuelles supérieures 2 801 6 178 36 0
Fonctions d'intermédiation 532 4 766 0 526
Productions matérielles 409 614 -48 -5 531
  • Source : Insee, Recensements de la population

Figure 1 – Variation des emplois entre 1982 et 2014 par fonction et qualification en Corse

Le nombre d’emplois qualifiés multiplié par trois

L’évolution de ces différentes fonctions productives conduit à une forte hausse des emplois qualifiés. Leur progression est beaucoup plus rapide que celle de l’emploi total. Leur nombre triple depuis 1982 pour atteindre 14 000 emplois en 2014. Ils représentent 11 % de l’emploi total insulaire contre 6 % trente ans auparavant (figure 2).

Le nombre d’emplois qualifiés augmente dans toutes les sphères de l’économie mais c’est dans l’administration et la santé que la croissance est la plus importante avec 4 560 emplois supplémentaires en trente ans. C’est le cas notamment des personnels de catégorie A des collectivités locales, du fait de la décentralisation, et des professeurs de l’enseignement secondaire, en lien avec la généralisation de l’accès au baccalauréat. Sur la période, les fonctions intellectuelles supérieures s’accroissent de 2 800 emplois qualifiés grâce particulièrement aux cadres administratifs des PME, architectes, conseils en recrutement et de gestion… Les commerces et services de proximité gagnent 1 080 emplois qualifiés ; parmi eux, les cadres de commerce se développent avec l’expansion des grandes surfaces. Enfin, les emplois qualifiés des fonctions de productions matérielles enregistrent le taux de croissance le plus élevé : ils sont 4 fois plus nombreux qu’en 1982 avec 540 emplois en 2014. En particulier, la hausse du nombre d’ingénieurs et de cadres de fabrication mécanique, de production et de distribution d’énergie est relativement importante.

Figure 2 – Evolution de la structure de l’emploi selon la qualification en Corse

%
Evolution de la structure de l’emploi selon la qualification en Corse
Ouvriers non-qualifiés Employés non-qualifiés Emplois intermédiaires Emplois qualifiés
1982 19,2 7,5 67,6 5,7
1990 13,1 9,7 68,7 8,5
1999 8,8 13,2 67,8 10,2
2009 9,3 13,2 66,9 10,6
2014 8,7 13,9 66,5 10,9
  • Source : Insee, Recensements de la population

Figure 2 – Evolution de la structure de l’emploi selon la qualification en Corse

Toujours plus d’employés non-qualifiés pour répondre aux besoins de la société

En trente ans, le nombre d’emplois non-qualifiés augmente de 36 % en Corse, soit une croissance plus faible que celle des emplois qualifiés. Ainsi, leur part dans l’emploi total recule, passant de 27 % en 1982 à 23 % en 2014 avec 28 600 emplois.

Cette modification de la structure de l’emploi ne correspond pas simplement à une élévation généralisée des qualifications. Le recul global de la part des emplois non-qualifiés cache un accroissement important des postes d’employés non-qualifiés : leur nombre triple sur la période pour atteindre 17 600 emplois en 2014. Ils représentent aujourd’hui 14 % de l’emploi total régional, soit une proportion deux fois plus élevée qu’en 1982.

Dans les commerces et services de proximité, ces employés non-qualifiés sont largement majoritaires car ils permettent de répondre à de nouveaux besoins (vieillissement de la population, hausse de l’activité féminine, nouvelles pratiques alimentaires …). Ainsi, en 2014, les aides à domiciles, assistantes maternelles mais aussi les vendeurs en grandes surfaces sont nettement plus nombreux que trente ans auparavant.

Au contraire, dans le même temps, le nombre d’ouvriers non-qualifiés diminue de 27 % pour atteindre 11 000 emplois. Leur part dans l’emploi total recule, passant de 19 % en 1982 à 9 % en 2014. Sur période récente, cette baisse concerne principalement les ouvriers non-qualifiés du BTP et de type industriel.

Enfin, avec deux tiers des emplois totaux, la part des emplois de qualification intermédiaire reste stable sur trente ans.

Les emplois se développent surtout en périphérie des grandes villes

Entre 1982 et 2014, l’emploi qualifié progresse de façon continue dans tous les types d’espace (figure 3). Ces emplois sont les plus fréquents dans les grands pôles urbains d’Ajaccio et de Bastia où ils représentent 13 % de l’emploi total en 2014.

Toutefois, c’est dans les couronnes des deux grandes villes insulaires que le nombre d’emplois qualifiés progresse le plus : il est muliplié par 6 sur la période, soit une croissance trois fois plus importante que dans les grands pôles eux-mêmes. Ces espaces périurbains enregistrent également la plus forte hausse de postes d’employés non-qualifiés. Leur nombre croît, en lien avec le développement des commerces et services en périphérie des grandes villes où la population s’est progressivement installée. Les emplois intermédiaires, qui relèvent notamment du commerce de gros et des transports, s’accroissent aussi fortement dans ce type d’espace.

C’est dans les communes n’appartenant pas à une aire urbaine que les ouvriers non-qualifiés reculent le plus (- 55 %). Ils demeurent néanmoins plus fréquents dans ces communes que dans les autres types d’espace (11 % de l’emploi total en 2014).

Figure 3 – Evolution de l’emploi entre 1982 et 2014 par qualification selon le type d’espace en Corse

Taux d’évolution (en %)
Evolution de l’emploi entre 1982 et 2014 par qualification selon le type d’espace en Corse
Emplois qualifiés Emplois intermédiaires Employés non-qualifiés Ouvriers non-qualifiés
Grands pôles urbains 171,7 55,0 138,4 9,4
Couronnes des grands pôles urbains 553,7 136,0 486,3 -26,1
Moyennes et petites aires 283,7 66,0 254,2 -26,3
Communes n'appartenant pas à une aire urbaine 200,2 28,7 269,5 -55,6
  • Source : Insee, Recensements de la population

Figure 3 – Evolution de l’emploi entre 1982 et 2014 par qualification selon le type d’espace en Corse

Sources

Les données sont celles des recensements de la population de 1982, 1990, 1999, 2009 et 2014 pour l'emploi au lieu de travail.

Définitions

Les cinq fonctionsretenues s'appuient sur les 15 fonctions de l'analyse fonctionnelles des emplois développées à l'Insee.

Les qualificationssont regroupées en trois catégories, à partir de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles.

Pour en savoir plus