Natural Disasters: Exposure and Underinsurance

Céline GRISLAIN-LETRÉMY

La couverture assurantielle contre les catastrophes naturelles reste faible dans de nombreux pays pourtant fortement exposés, comme en Amérique Latine ou dans les Caraïbes. Une raison souvent invoquée pour expliquer cette faible couverture est la limitation de l'offre d'assurance. Les départements d'Outre-mer français présentent une situation rare d'offre d'assurance développée dans ces régions. En effet, le régime français d'assurance contre les catastrophes naturelles est garanti par l'Etat ; il était initialement prévu pour s'appliquer uniquement en métropole et a été étendu aux départements d'Outre-mer dans l'urgence, après l'ouragan Hugo en 1989. Cette situation permet d'analyser les déterminants de la demande d'assurance. Avec une base unique de données microéconomiques relatives aux assurés et aux non-assurés, j'estime un modèle théorique d'équilibre sur le marché de l'assurance habitation, assurance incluant obligatoirement la couverture des catastrophes naturelles. Cette approche structurelle me permet de mesurer les distorsions induites sur la tarification du risque de catastrophes naturelles et de montrer que la faible pénétration de l'assurance est due, non pas au prix de l'assurance ou aux biais de perception, mais au caractère inassurable de certains logements et à l'anticipation par les ménages d'une aide financière, qui se substitue à l'assurance. Je montre également que les décisions d'assurance de leurs voisins modifient les choix d'assurance des ménages, à la fois par des effets de pair et par l'éligibilité commune du quartier à des aides potentielles.

Documents de travail
No G2013/12
Paru le : 17/10/2013